Communiqué de presse de Face à l'inceste et Make.org

Dossiers Publié le 08.02.2021

Résultats de la consultation “Comment protéger les enfants contre toutes les formes de violences ?” La lutte contre l’inceste, une priorité exprimée par les citoyens

Alors que la parole se libère enfin sur le fléau de l’inceste, dans le sillage du livre de Camille Kouchner “La Familial Grande” et via le hashtag #metooinceste sur Twitter, Make.org et l’association Face à l’inceste révèlent les priorités des Français en matière de lutte contre l’inceste, exprimées dans le cadre d’une vaste consultation citoyenne. Celle-ci s’est déroulée du 23 septembre au 22 novembre 2020 et a réuni plus de 70 000 participants, 4 300 propositions et 500 000 votes.

Dans cette consultation, les propositions déposées et plébiscitées par les citoyens font souvent écho à celles de l’association Face à l’inceste. Leur analyse a permis d’identifier 9 solutions jugées prioritaires par les Français pour lutter contre l’inceste.

Ces propositions concernent aussi bien l’évolution des procédures judiciaires que les processus de détection et de signalement, la sensibilisation, la prévention, et la prise en charge des victimes. Certains sujets majeurs, défendus par plusieurs associations de protection de l’enfance, comme l’abolition de la prescription pour les faits d’inceste ou la suppression de la notion de consentement dans un acte sexuel entre un adulte et un enfant, ressortent très nettement de cette consultation, et sont fortement soutenus par les participants.

Comme pour chacune de ses Grandes Causes, Make.org invitera prochainement les citoyens ayant participé à la consultation, ainsi que l’ensemble de ses partenaires (associations, entreprises, institutions, experts, médias…) à trois journées de réflexion et de co-construction pour transformer les idées prioritaires issues de la consultation en pistes d’actions concrètes. Ces ateliers de concertation auront lieu les 2, 3 et 4 mars 2021.

INCESTE : 9 SOLUTIONS JUGÉES PRIORITAIRES PAR LES FRANÇAIS

1- L’abolition définitive de la prescription pour les agressions sexuelles sur mineur et l’inceste

Exemple de propositions plébiscitées :

 💬 Face à l’inceste : Il faut abolir la prescription pour permettre aux victimes d'inceste et de pédocriminalité de porter plainte quand elles le peuvent. (92% de votes pour)
 💬 Sylvie : Il faut mettre fin à la prescription concernant l'inceste. Tout acte sexuel d'un adulte sur un enfant doit être considéré comme un crime (92% de votes pour)
 💬 Marianne : Il faut annuler le délai de prescription pour les violences sexuelles, abus sur mineur. Ne pas oublier l'amnésie traumatique (91% de votes pour)
 💬 Virginie : Il faut supprimer la prescription de 30 ans concernant l'inceste. Un enfant ayant subi ce traumatisme peut retrouver la mémoire bien après. (87% de votes pour)
 💬 Festival des Enfants : Il faut arrêter les délais de prescription, victime un jour = victime à vie (84% de votes pour)

2 - L’abolition de la notion de consentement pour les mineurs de moins de 15 ans
 
 Exemple de propositions plébiscitées :

 💬 Face à l’inceste : Il faut que soit reconnue par la loi l’incapacité d’un enfant à donner son consentement éclairé à un acte sexuel avec un adulte (92% de votes pour)
 💬 Guillaume : Il faut que les tribunaux considèrent qu'aucun enfant ne peut être consentant à des relations sexuelles avec un adulte (90% de votes pour)
 💬 L’Enfant Bleu : Il faut que la loi stipule qu’un mineur de moins de 15 ans est présumé non consentant à une relation sexuelle avec un adulte (86% de votes pour)
 💬 Annick : Il faut considérer que l'absence de consentement est implicite en cas de viol d'un mineur (84% de votes pour)
 💬 Chaps : Il faut modifier la loi sur le consentement. Un enfant et un jeune ado n'est pas consentant (82% de votes pour)

 3 - L’alourdissement des peines en cas d’agression sexuelles sur mineur et d’inceste

Exemple de propositions plébiscitées :

 💬 Face à l’inceste : Il faut mettre fin à la correctionnalisation de l’inceste et des viols sur mineurs. (77% de votes pour)
 💬 Marina : Il faut condamner plus sévèrement la maltraitance, la pédocriminalité et l’inceste. Pas de sursis pour les bourreaux. Des peines lourdes. (90% de votes pour)
 💬 Valérie : faut vraiment augmenter la peine des violeurs à minimum 10 ans d'emprisonnement (87% de votes pour)
 💬 Alice : Il faut des peines suffisamment lourdes contre les violences sexuelles pour que jamais un coupable n'ait l'occasion de récidiver. (86% de votes pour)
 💬 Jennifer : Il faut que les juges arrêtent de maintenir le lien parent-enfant en cas d'abus sexuels ou de violences (85% de votes pour)

4 - La formation de tous les professionnels de l'enfance à la détection et la prise en charge des victimes d’agressions sexuelles

Exemple de propositions plébiscitées :

 💬 Face à l’inceste : Il faut obligatoirement former des professionnel(le)s sur les conséquences de l'inceste, des repérages et sur les procédures de signalements (91% de votes pour)
 💬 Monique : Il faut former les professionnels de santé et les enseignants au dépistage et à la prise en charge des violences sexuelles. (92% de votes pour)
 💬 Mathilde : Il faut former tous les étudiants soignants et futurs instituteurs/professeurs à la détection des violences familiales/sexuelles (90% de votes pour)
 💬 Elsa : Il faut former les professeur.es de maternelle, primaire et collège à repérer une victime potentielle d'inceste, et à agir (88% de votes pour)
 💬 Héloise : Il faut former les professionnels des PMI, crèches et écoles, pour pouvoir prendre en charge les bébés et enfants victimes d'inceste (83% de votes pour)

5 - La fin du tabou de l'inceste

 Exemple de propositions plébiscitées :

 💬 Face à l’inceste : Il faut commencer par nommer l'inceste pour le combattre et sortir du silence. (94% de votes pour)
 💬 Soline : Il faut parler de l'inceste. C'est parce que c'est la violence la plus taboue, la plus silencieuse, la plus gênante, qu'elle est si répandue (90% de votes pour)
 💬 Diane : Il faut sensibiliser sur des sujets tabous : l’inceste. Le déni est fort mais les chiffres ne mentent pas face à ce crime (89% de votes pour)
 💬 MH : Il faut que le sujet de l'inceste puisse être nommé, discuté, reconnu dans la société, dans les médias, dans les familles, à l'école, etc (87% de votes pour)
 💬 Clémence : Il faut des campagnes de communication sur la réalité de l'inceste qui peut toucher toute famille "ordinaire" pour briser le tabou (85% de votes pour)

6 - L’amélioration de la prise en charge thérapeutique des victimes

Exemple de propositions plébiscitées :

💬 Face à l’inceste : Il faut la création de centres de soins spécialisés dans la prise en charge des traumatismes et des conséquences de l'inceste à l'âge adulte (88% de votes pour)
💬 Caroline : Il faut proposer un travail thérapeutique aux enfants victimes pour qu’ils puissent se réparer et grandir sereinement (92% de votes pour)
💬 Pascale : Il faut des psychothérapies gratuites et prolongées pour toutes les victimes de violence afin d'éviter la reproduction transgénérationnelle (88% de votes pour)
💬 Esther : Il faut prendre en charge au sein de centres de soins multidisciplinaires,les enfants et adultes victimes de pedocriminalité inceste & autre (89% de votes pour)
💬 Clémence : Il faut renforcer les moyens destinés à l'accompagnement psychologique des familles et des enfants (ex : centres médico-psychologiques) (85% de votes pour)

7 - L’amélioration du suivi et de l’accompagnement judiciaire des enfants victimes de violences sexuelles

 Exemple de propositions plébiscitées :

💬 Face à l’inceste : Il faut créer un parcours d’aide pour les survivants de l’inceste et de la pédocriminalité, pour les démarches (police, justice...) (93% de votes pour)
💬 Caroline : Il faut un accompagnement éducatif des mineurs victimes de violences sexuelles intra familiales, tout au long de la procédure pénale (94% de votes pour)
💬 Jennifer : Il faut que les signalements soient rapidement pris en compte, et qu'en cas de procédure judiciaire, les délais soient raccourcis (90% de votes pour)
💬 Amélie : Il faut former tous les gendarmes et policiers à recevoir les plaintes de pédocriminalité, former sur les mécanismes traumatiques (90% de votes pour)
💬 Morgane : Il faut améliorer la formation de la police et des magistrats, pour qu'une plainte/audition ne soit pas une nouvelle humiliation (89% de votes pour)

8 - L’aide aux enfants victimes à repérer les situations anormales et à les dénoncer

Exemple de propositions plébiscitées :

💬 Face à l’inceste : "Il faut informer les enfants dès la maternelle jusqu’au lycée sur leurs droits et sur les limites à ne pas dépasser concernant leur intimité" (93% votes pour)
💬 Lucie : Il faut organiser dans les écoles des activités pour faire comprendre le consentement et de ne pas avoir honte/peur de dénoncer des faits (90% de votes pour)
💬 Angélique : Il faut faire de la prévention, intervenir dans les écoles pour dire qu'il est interdit qu'un adulte touche les parties intimes d'un enfant. (89% de votes pour)💬 Popmoms : Il faut aider les enfants à signaler les violences subies à la maison ou à l'école (harcèlement) de manière non verbale, ex:via des stickers (89% de votes pour)💬 Association Les Papillons : Il faut mettre nos boîtes aux lettres dans les écoles et les clubs de sport pour aider les enfants à libérer leur parole. (86% de votes pour)

9 - La sensibilisation sur la non-assistance à personne en danger

Exemple de propositions plébiscitées :

💬 Face à l’inceste : Il faut une obligation de signalement des professionnels de santé, police, justice… (86% de votes pour)
💬Natacha : Il faut rappeler, sensibiliser que c'est un devoir de signaler un cas de maltraitance (92% de votes pour)
💬 Marthe : Il faut communiquer massivement sur l'obligation de signaler, et sur la non-assistance à mineur en danger que constitue le silence. (91% de votes pour)
💬 Mathilde : Il faut considérer la co-responsabilité, ne plus avoir peur de dénoncer les violences constatées. C'est notre problème à tous (89% de votes pour)
💬 Elizio : Il faut poursuivre les policiers ne prenant pas les plaintes ou tenant des propos désobligeants envers les victimes lors du dépôt de plainte (81% de votes pour)