Crime , conséquences , fait

Témoignages Publié le 25.06.2010

Fotolia_1735853_S2J'ai été abusée par mon beau-père de l'age de 6-10 ans , il arrêté quand j'ai eu mes règles , aujourd'hui j'ai dû mal à le situer , est-il pédophile ou incestueux ? A mes 10 ans , forte d'une maturité précoce , je me suis dit " t'es foutue" tu passeras pas les 30 ans. Aujourd'hui j'ai 28 ans et cette réflexion me trotte toujours dans la tête. Crime : responsable de la souffrance de ma mère , et de celle de mon demi-frère et de ma demi-soeur. Conséquence : honteuse  d'être et d'avoir eu une existence :pas de moi = pas de souffrance. Faits : comme toutes les "victimes", on fait aller avec les hauts et les bas ...

J'ai été abusée par mon beau-père de l'age de 6-10 ans , il arrêté quand j'ai eu mes règles , aujourd'hui j'ai dû mal à le situer , est-il pédophile ou incestueux ?

-A mes 10 ans , forte d'une maturité précoce , je me suis dit " t'es foutue" tu passeras pas les 30 ans.

Aujourd'hui j'ai 28 ans et cette réflexion me trotte toujours dans la tête

-A mes 12 ans , j'étais très en colère , en colère contre ma mère , en colère contre les autres qui ne voyaient pas ma souffrance en colère contre la vie.

A 28 ans , j'ai pris du recul , on ne naît pas sous la même étoile , c'est un fait.

-A 13 ans j'étais fatiguée d'être en colère et de la vie , trop d'énergie à donner le change , et surtout pas envie de savoir ce que me réserve la suite , j'ai trouvé la paix dans l'automutilation et l'anorexie.

A 28 ans , je suis boulimique et çà donne un sens à ma vie ( manger/vomir )

-A mes 14 ans , j'avais déjà tenté de me suicider à plusieurs reprises , sans conséquence et sans effet , trop pétrifiée à l'idée que ma mère apprenne la cause de ce mal-être.

A 25 ans , j'ai choisi la pendaison , plus sûre , mais mon instinct survie a été plus fort , j'ai été hospitalisée.

-A 15 ans , j'étais une coquille vide , sans sentiments , ni états d'âmes , presque sereine ,et c'est mon corps qui a pris le relais , j'ai fait des crises d'angoisse nocturne incontrôlable pendant 6 mois : sanglots , mal au ventre , peur panique.

Mais au bout des 6 mois mon corps a capitulé devant , je pense , la passivité de ma mère , il m'a fait littéralement vomir mon angoisse et les crises se sont arrêtées.

Je suis allée voir ma mère , je l'ai rassurée , je lui ai dit " c'est parti " après j'ai pu dormir , j'étais épuisée.

-A 16-17 ans , j'en ai eu marre d'avoir peur , j'ai changé physiquement , j'ai crû que je pouvais me sortir de ce passé en l'occultant  complètement j'étais un " imposteur" ,j'ai monté mon plan pour faire tomber mon beau-père.Il allait payer mais je devais patienter jusqu'à mes 26 ans,mon demi-frère et ma demi-soeur , que j'aime très fort, aurait eu respectivement 22 ans et 18ans , je voulais qu'ils terminent leur scolarité sans ce poids pour bien débuter dans la vie.

- A 24 ans mon plan est tombé à l'eau , j'ai détruit ma famille ,le hasard a voulu que ma mère trouve en triant des affaires, une lettre décrivant tout ce que m'avais fait subir mon beau-père, le plus bizarre ce que je me souviens plus du tout  l'avoir écrite. ( ? )

le jour même , ma mère a demandé à mon beau-père de partir et m'a demandé de venir à la maison...elle était anéantie , en état de choc , dans un très mauvais état. Mon frère et ma soeur , partagés, je peux pas leur en vouloir d'aimer leur père , obligés de gérer et de digérer cette information.

bref, ça me soûle , j'ai honte de témoigner c'est comme si j'avais finalement envie d'exister , ça me soûle pas envie de faire mon intéressante mais en même temps flippée de ne pas être lue et continuer d'être insignifiante ...c'est le bordel dans ma tête.

PYALLA

Nous en parlons
A
Anne_
Publié le 25.07.2010
Inscrit il y a 11 ans / Actif / Adhérent

ta mère t'a lue
je t'ai lue
d'autres te liront

je ne crois pas que ce soit faire "son intéressante" que de dénoncer une souffrance : nous sommes là pour nous entraider, pour trouver des solutions pour faciliter nos vies. Alors dire suscite les réactions, les pistes vers un mieux vivre.

La honte : pour l'agresseur, et les soins pour la victime. Appuie toi sur ta mère puisqu'elle semble sensible à ton histoire, et surtout, fais toi aider par des professionnels (psychologue, psychiatre, ...) : seul solution vers le chemin de la résilience.

courage pour la suite : c'est long de retrouver une vie "normale", mais le jeu en vaut la chandelle !