Inceste à 12 ans. Cet homme que tout le monde aime

Témoignages Publié le 14.10.2017

Inceste à 12 ans.

Cet homme que tout le monde aime

J’ai 18 ans. Je suis une des nombreuse victime de ce fléau qui est le harcèlement. J’ai vécu un harcèlement qui est de plus en plus courant, j’ai étais victime d’attouchement sexuelle sur mineurs par un membres de la famille. Tout commence en novembre 2012, mes parents ce retrouvent dans une galère phénoménale, nous nous retrouvons sans logement (mes parents, mon grand frère, ma petite sœur et moi même); mon oncle et ma tante ont une grande maison et proposent de nous héberger. Nous y allons. Nous arrivons chez eux le 10 novembre 2012.

Nous sommes le 16 novembres 2012, mes parents ma tante, mes cousins, ainsi que mon frère son partis faire les course, il reste 3 de mes cousines à la maison et ma petite sœur. Il est environs 15h30 quand mon oncle me demande d’aller l’aider pour passer un câble d’antenne entre le grenier et la chambre de ma cousine et moi même. Je monte pour l’aider car vu qu’il nous héberge lorsqu’il demander de l’aide nous devions aider. Je monte. Arrivée en haut, il me regarde et me dit « tu dis tout à tes parents ? » je ne fait pas le rapprochement je répond « non ». A l’époque les liens entre mes parents et moi même étais rompus et je ne voyais pas le mal. Il me dis de passer dans le grenier car j’ai des petits doigts et donc ce sera plus simple. J’y vais. 5 minutes plus tard je me rends compte que à l’autre bout de là où je passe le câble il n’y a plus personne, d’un seul coup je sentis ces mains d’abord au dessus de mes vêtement puis en dessous je le pousse mais rien n’y fait je fait 40 kilos et lui 100 kilos je suis impuissante.

Après 10 longue minutes à me toucher je vois qu’il part. Je commence à être soulagée quand tout à coup je vois qu’il ferme la porte du grenier, il retire son pantalon puis son caleçon, il me regarde et me dit « tu veux toucher ? Je sais que tu vas aimer salope » je ne répond pas, je pleure, je hurle, je suis effrayée. Pendant qu’il commence à ce toucher je le pousse et j’arrive à rouvrir la porte et à sortir. Je descend les marches en courant, et m’enferme dans les toilettes comme ci c’était le seul endroit qui étais sûr de la maison. Ma cousine ce demande ce qu’il ce passe arrive, tape à la porte, je fini par lui ouvrir, en me voyant dans cet état sans même dire un mot elle a comprit ce qu’il s’était passé. Elle monte, puis ils redescendent tout les deux, il me propose de l’argent pour mon silence. Je refuse. Je me renferme dans les toilette jusqu’au retour de mes parents, à leurs retour je doit faire comme ci rien ne s’était passé, et comme ci j’allais bien.

J’ai vécue 2 longue année dans le silence le plus profond, j’ai fait deux tentatives de suicide car ce silence me détruisait, et j’ai fini par parler à l’infirmière de mon collège de l’époque qui a fait des rapport transmis à l’académie qui a transmis à la gendarmerie. Quelques semaine plus tard j’étais convoquer à la gendarmerie où je dus raconter ce qui m'était arrivé, puis je fut enregistrée à l’hôpital devant une caméra (mineur, moins choquant qu’une salle d’interrogatoire). Puis j’ai dû voir un gynécologue, un psychologue, une assistante sociale. Puis après tant d’année j’ai déposé plainte en janvier 2017 (vous vous demanderez pourquoi ? Mon grand père est tombé malade d’un cancer quelques semaines après le début de mon parcours et était très proche de cette personne, je ne voulais pas le tuer avec ces révélations).

Aujourd’hui j’ai un sentiment de culpabilité, l’ai-je cherché ? J’ai un sentiment d’injustice, moi je fais des cauchemars toute les nuits, lui est heureux. J’ai un sentiments de tristesse, car j’ai désormais peur de l’homme. Aujourd’hui presque 5 ans après, je suis toujours autant malheureuse et je vis toujours très mal ce qui m’est arrivé. Je n’ai aucun soutien extérieur, ou alors on me dit des « je comprends » mais pour moi ils ne comprennent pas, ils ne l’ont pas vécu.

Nous en parlons
M
Melodie.c
Publié le 02.04.2018
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Membre

Jai egalement vecu linceste, pas la meme histoire mais je comprend ton ressentie, je te souhaite enormement de courage, garde la force

F
Femmedevaleur
Publié le 06.03.2018
Inscrit il y a 3 ans / Actif / Membre

J'ai été victime d'inceste et j'aimerai bien être aidé mais j'ai pas d'argent et toute façon j'ai pas confiance aux psy n'y en personne ;je comprend ce sentiment de culpabilité que devrai porté le bourreau à notre place. Courage

S
survivante59
Publié le 25.02.2018
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Membre

c'est un message d'espoir que je veux t'adresser ! Tout comme toi, j'ai été profondément et irrémédiablement meurtrie par l'inceste. Lire ton récit ravive en moi mon vécu, je te comprends, cette obéissance due à l'autorité familiale, due à l'âge, le respect dû à celui qui nous loge, notre incompréhension des actes et des paroles de notre bourreau. Faire subir une telle terreur à un enfant est un CRIME. TU N'ES PAS RESPONSABLE, c'est ton bourreau qui est responsable de ses/ces actes, c'est un CRIMINEL.Tu es jeune et tu as toute la vie devant toi. Tisse des liens avec des survivants de l'inceste, discute avec un thérapeute spécialisé dans ces crimes (j'ai un excellent thérapeute qui m'accompagne en ce moment) cela fait beaucoup de bien, c'est rassurant, apaisant et cela donne de la force et du courage pour vivre et non plus survivre. Tout comme moi ton bourreau est un homme, j'ai découvert qu'il y avait vraiment beaucoup d'hommes adorables, prévenants, gentils, rassurants et protecteurs.