Incestum

Témoignages Publié le 02.12.2020

Cela remonte à ma naissance. Mes premiers souvenir à l'âge de 3 ans étaient des attouchements. Au début on ne comprend pas parce qu'on ne connaît pas. Et puis on grandit...

On va l'école. On apprend des choses. Une fois arrivé au collège on comprend mieux. Il grandissait aussi (on avait 3 ans d'écarts) il voulait faire de nouvelles expériences (viol). Mais ça allait être le point de non-retour. Alors j'ai parlé.

Ma mère se doutait de quelque chose depuis des années. Elle m'avait déjà posé des questions mais je niais en défendant mon frère (ma mère avait énormément de problème et devait gérer 4 enfants de bas âges et un mari violent, alcoolique et addict aux jeux d'argent). Je ne voulais pas lui rajouter des soucis.  Mais le jour où j'ai parlé tout a changé. Il ne m'a plus jamais touché mais j'ai toujours vécu avec lui dans la famille. Il y avait toujours un malaise quand on était seul (parfois en sortant du lycée je n'avais pas le droit de rentrer à la maison parce qu'il était seul dedans.). Le malaise est toujours là.

Depuis je suis toxicomane, alcoolique et dépressive. Je ne suis pas fan des contacts (massage, etc...). Un jour je devrais affronter tout ça. L'affronter lui. Mais je redoute ce jour. Le silence c'est bien, c'est calme. Même si dans ma tête c'est le chaos. À tous ceux qui vivent ça : parlez. N'attendez pas. Le temps jouera contre vous, contre votre santé mentale. Et n'attendez pas pour affronter ce monstre sinon il hantera vos cauchemars pendant longtemps. Libérez-vous.