L'acte qui explique bien des choses par la suite dans ma vie

Témoignages Publié le 25.01.2008

Je me décide ce jour à faire part de mon expérience après longue réflexion car j'en ressent enfin la force. Je devais avoir prés de 9 ans quand mon frère qui se trouvait lui en âge de pleine puberté (de 6 ans mon ainé) était à la recherche de certaines découvertes et expériences sexuelles. Cela a commencé par une "initiation" au sexe féminin par l'intermédiaire de revues de charme, remplies de photos de nues parfois plus que suggestives. Je fut choqué plus qu'autre chose en découvrant une anatomie féminine très détaillée pour laquelle je n'éprouvais qu'un intérêt de gamin et donc sans réelle connotation sexuelle. Je trouvais même cela très moche voir dégoutant.Je ne comprenais pas pourquoi ça le mettais dans tous ses états et surtout pourquoi il insistait à me les montrer. Il m'a expliqué rapidement le plaisir qu'il avait à regarder ces revues et en quoi il parvenait à prendre beaucoup de plaisir : la masturbation !

Ainsi, rapidement, il s'est proposé de "me montrer", de m'apprendre à trouver du plaisir comme lui.Me voyant plutôt réticent, il savait avec quoi me faire craquer...j'avais une adoration pour sa superbe montre chrono qu'il avait eu pour un noel; il me la prêterait pour jouer avec si, en échange, j'étais gentil avec lui....comme si j'étais une "femme" pour lui, comme dans les livres!

Promis, ça ne ferais pas mal, bien au contraire, "tu verras c'est génial"!

Ainsi cela a commencé par une demande de venir le soir dans son lit, les parents couchés et très éloignés de la chambre, pour "caliner"! très vite s'est devenu une demande de caresses très directement sur son sexe..il m'a expliqué qu'il suffisait de penser à un corps de femme, le plaisir étant le but.
C'est alors qu'a commencé la découverte de son sexe a lui, la comparaison avec le miens , pas encore "décalloté",et dont il s'est chargé pour me faire devenir un "grand", comme lui. Puis se fût la masturbation de son sexe, et trés vite la fellation..."jusqu'au bout" comme il disait...puis s'était à mon tour de me laisser faire...les mois et années sont passées ainsi avec une régularité quasi hebdomadaire. Les découvertes se faisaient plus ambitieuses...on a abordé le côté anal jusqu'à la pénétration fatidique...c'est là que ça a commencé à coincer, je n'avais plus 9 ans mais 14; et le risque de rebellion pour lui devenait trop grand; je ne "jouais" plus avec sa montre chrono! Et puis pour ses études il a du quitter le domicile et se fut pour moi enfin le début de ma liberté.
Enfin je le croyais tout au moins! J'ai fait le maximum pour oublier, pour effacer cet épisode de ma vie qui ma partagé et fait horreur, avec ce sentiment d'avoir consenti à un acte sans vraiment l'avoir clairement repoussé pour l'éviter, y avoir pris une certaine forme de plaisir parfois par la jouissance et me dire qu'en fait c'est peut être moi qui ai voulu y participer, et qu' après tout ce n'est peut être plus de l'inceste si je suis consentant!
Ma vie d'ado n'a été que revanche: j'ai voulu impérativement me prouver que je n'était pas devenu "homosexuel", et j'ai joué au "tableau de chasse" avec les filles; avec les copains c'était celui qui aurait le plus de conquêtes, des paris sur qui arriverais a coucher le premier avec telle ou telle fille, cumuler le plus possible d'aventures en même temps, et même aller à tenter les" parties carrées"!
Bien sur, la dessus on goutte à tout: alcool, drogues, dérives en tous genres...et ça ne s'arrête pas en grandissant..échec scolaire mais il faut s'en sortir, la vie professionelle commence, l'envie de s'en sortir est heureusement là, car le grand frère lui, entre temps il est devenu médecin et donc très respectable dans la famille, moi j'ai même pas le bac, même ça je l'ai raté!
Alors les boulots s'enchainent, mais les habitudes prises plus jeunes sont bien là: plus de drogue, mais l'alcool est présent au quotidien, le tabac bien sur, et le tableau de chasse toujours à compléter...même une fois marié, ça ne change rien, au contraire, le caractère deviens encore plus exacerbé, je sent que tout m'échappe et que je suis qu'une "merde" qui ne réussis jamais rien pour bien longtemps: " a des capacités mais ne les utilises pas ...." disaient les profs!
Et voila, la quarantaine, 2 psychothérapies sans succès, et une famille au bord de la rupture pour la énième fois, ma femme ne pouvant plus porter à bout de bras le foyer et un mari absent des réalités. "Tu doit réellement faire quelque chose, sinon cette fois nous te quittons, c'est plus supportable". Ma femme avait raison, ce n'est plus supportable pour personne.
Depuis, j'ai arrêté totalement l'alcool, les "tableaux de chasses" et repris une thérapie en m'assurant d'un dialogue régulier et franc avec ma femme, sans mensonge ni reproche. J'ai aussi découvert Face à l'inceste , ce fut une réelle bouffée d'oxygène pour moi que de découvrir que je n'était plus "seul au monde", que d'autres, malheureusement bien trop d'ailleurs, avaient aussi des choses à partager et que je serais enfin compris dans ma peine, dans mon horreur du quotidien.
J'ai désormais découvert une bouée de sauvetage dans mon océan de troubles multiples et j'ai bien l'intention de ne plus la lâcher, je sais sinon que je serais alors perdu définitivement.
Maintenant, c'est le début d'un nouveau chemin pour moi, je ferais tout pour parvenir à ma renaissance et tenter d'aider mes semblables car ma reconstruction passera aussi
par l'écoute et l'aide des autres victimes; je me doit de tendre à mon tour la main aux autres et me prouver aussi que je ne suis pas si mauvais que ça, que je peut apporter moi aussi du réconfort aux autres.
Tout reste à faire, et ça, c'est déjà un très bel espoir pour moi! Merci à vous tous et
à l Face à l'inceste , sans vous je n'aurais jamais osé écrire tout cela. Merci encore.