Le sens de l'humour

Témoignages Publié le 22.08.2013

Le sens de l'humour Abusé entre 9 et 11 ans par mon père, aujourd'hui 43 ans et éducateur technique en espaces verts avec des publics dits "compliqués". Echec scolaire, parcours de délinquant, automutilation, Tentative de suicide et toxicomanie que 5 années de psychothérapie me permirent de régler. Ceci est en très condensé mon parcours.

Mon couple vient d'exploser (encore) pour cause d'avoir cherché  ailleurs, (et de mettre fais prendre!! ) des faveurs sexuelle ou des modalités de l'intimité que je ne trouvais que peu dans ma relation.

Je dissociais l'activité  sexuelle,et la relation de confiance avec ma concubine.

L'échange des quatre vérités qui marque souvent la rupture me sauta aux visage.

-Si moi je ne suis pas câline me dit-elle.

-Toi tu n'est pas marrant !! et sans cette interaction je n'ai que peu envie de jouer avec toi.

Rétrospectivement, elle est dans le vrai ,je ris ,plaisante mais rarement a jeun.

J'ai donc testé pour moi même (hors rapport de couples) dans diverses situations  cette chose qui sans aucun doute relie les humains entre eux plus certainement que tout autre chose......il parait que c'est le propre de l'homme de rire..   Une vielle pote ,et un couple de militant communiste que j'ai rencontrer  dans une de mes errance furent mes "cobayes".   Constat : j'ai beau chercher en moi ,faire de "l'esprit" ou bien juste laissé aller ce qui me trotte dans la tete ..Réaction quasi nul de la part de l'écoutant... Alors pourquoi ? Moi qui pensait que c'était une question d'interlocuteur je fesais erreur.La n'est pas la question la reponse est en moi.   Alors retour (encore) sur les conséquences de mon passé ,trouver un site après avoir googlelisé "humour et choc traumatique" ....et retour vers mes tortionnaires. En toute lettre est inscrit la ce qui m'arrive : 80% des victimes ....perte du sens de l'humour ...état dissociatif....addiction ,en tout genre ,passage a l'acte... Perte du sens de l'humour !!!!!........Une brique de plus vient de se placer sur le mur entre moi et les autres......... Témoignage des proches , échecs de vie de couple......... Hum.........   Merci (ma douce Christine) de m'avoir mis  en face de cette réalité,même si elle me cingle fort . A y réfléchir je ne fais marrer personne ,par contre je suis écouté et  fort dans la transmission de mes convictions... parait il.   Putain ça me fait une belle jambe!!!,remarque je ne passerais jamais pour un rigolo..... Pourtant j'aimerais bien de temps en temps .   Alller encore 10 piges de thérapie pour sortir la tete de ce merdier ,pas envie aujourd'hui...juste envie de m'exclure de ce groupe sans me donner la mort ,car même si socialement je suis en lien, humainement je n'y suis pas . Devenir berger  alors? why not ? animal aux milieu des animaux . Je suis en paix mais je sais que je suis cassé à l'intérieur. Me reste a faire le chemin pour reculer maintenant de cette humanité ,arreter de me leurrer sur "avoir une place aux milieux de ces bipedes"   Merci pour votre site, je reprendrais peu etre le combat,mais aujourd'hui la sollitude et une sensation d'isolement sont les amis les plus stables que je connaissent.   fred
Nous en parlons
L
Louane
Publié le 04.08.2015
Inscrit il y a 6 ans / Nouveau / Membre

Bonjour, il est difficile en effet de savoir quand les traumatismes de l'inceste cessent de perturber la vie présente. Je trouve dans la communauté de l'Aivi une vraie reconnaissance des troubles et des conséquences de l'inceste sur l'être humain qui en est victime, et cela fait du bien de se sentir compris et reconnu. En guérir, c'est aussi accepter de se libérer, de se séparer de ce avec quoi on a grandi, où plutôt de ce contre quoi on s'est construit. Cela signifie, pour un temps, perdre ses repères, même si ceux-là étaient déviants, ils existaient réellement. Alors que se construire de nouveaux repères, apprendre à vivre autrement, sans souffrance, nécessite de quitter ce que l'on connaît depuis l'enfance pour réapprendre à vivre différemment, une fois adulte. Bon courage à toi