Ma grande soeur cette héroïne

Témoignages Publié le 01.04.2018

Ma grande soeur cette

héroïne

Ma sœur a 7 ans de plus que moi. Nous sommes deux filles. Nous avons grandi dans un contexte tout à fait normal avec des parents mariés qui semblaient s'aimer et nous avons toujours eu ce dont nous avions besoin pour nous épanouir correctement. C'est donc dans l'incompréhension totale que je me demande aujourd'hui ce qui est fait basculé ma sœur ma grande sœur mon héroïne du côté obscur.

J'avais entre 7 et 9 ans j'étais une petite fille maigre d'ailleurs mon père me disait que c'était la guerre pour me faire à manger et en face de moi j'avais une sœur qui était dans une obésité grave qui n'aimait pas son corps. Est-ce que ça a été une excuse pour elle pour me faire du mal? Est-ce qu'elle voyait dans mon corps la maigreur qu'elle souhaitait ? Quoi qu'il en soit je ne sais pas ce qui l'a menée à m'obliger à regarder des cassettes x avec elle pour ensuite me forcer à la toucher, l'embrasser et inversement.

Ces vidéos, j'ai encore des souvenirs très clair, elle était cachées tout en haut dans le buffet afin que je n'y ai pas accès et je suppose que ma sœur n'y ai pas accès aussi. Ces fameuses vidéos je l'ai appris plus tard par mon père étaient des films que ce dernier enregistrait pour ses amis qui n'avaient pas Canal+ à l'époque. Mon père m'a juré de ne même jamais les avoir regardé car il ne comprenait pas pourquoi je lui ai demandé de me confirmer si ces cassettes avait bien été là et qu'elles étaient cachées à l'endroit où je me souvenais. Mais en fait moi je m'en fiche de savoir si ces vidéos étaient pour mon père aussi qui les regardait, la seule chose dont je me souviens c'est que ma sœur me forcait à les regarder les mercredis après-midi où elle était censée me protéger et me garder.

De petite fille pleine de vie je suis passé à Une pré-ado mal dans sa peau puis une adolescente qui se détestait. J'ai ensuite perdu brutalement ma maman a 17 ans et pour moi ça a été l'élément déclencheur de mon enfer et de tous les symptômes qui ont suivi et qui était sous latents. Anorexie-boulimie, automutilation, dépression, hospitalisation en psychiatrie, impossibilité accepter d'être aimée, haine contre mon corps, manque de confiance en moi, aucune confiance en l'autre, impossibilité de me poser sentimentalement et amicalement. Point, je ne fais plus confiance à personne, je me méfie beaucoup des femmes, j'ai l'impression de voir ma sœur partout comme si toutes les femmes étaient aussi manipulatrice et mauvaise qu'elle.

J'aurais peut-être pu pardonner à ma sœur ces attouchements et ce viol car il y a eu des pénétrations digitales, cependant ma sœur à continué à avoir une emprise psychologique très fort sur moi et ça aujourd'hui que je le réalise. Je sais que je ne pourrai plus jamais lui pardonner. Elle m'a empêché de faire un certain nombre de choses, donc par exemple de poursuivre mes études en me disant qu'un bac + 2 suffisait pour trouver du travail et qu'il était ridicule de vouloir continuer les études alors qu'elle elle s'en sortait très bien. Quand j'ai décidé de déménager dans une grande ville je m'en suis pris plein la tête parce qu'elle me considérait comme une bobo chic qui voulait se la péter à faire la grande dans une grande ville alors que je voulais simplement travailler là-bas.

Le seul conjoint que je lui ai présenté elle m'a dit qu'elle trouvait moche. Quand je lui ai avoué que je me faisais hospitaliser pour guérir de mon anorexie, du traumatisme d'avoir vu mourir ma mère sous mes yeux, elle m'a dit qu'elle me trouvait ridicule d'aller dans les hôpitaux pour les fous et que je n'avais qu'à oublier le passé. Et bien oui aujourd'hui je réalise que ce passé qu'elle veut absolument que j'oublie c'est sans doute pour ne pas que je sorte du déni dans lequel je me suis placée et dans lequel j'avais décidé involontairement de la protéger. Depuis toute ma vie je ne sais pas ce que c'est que de prendre soin de moi car personne ne me l'a montré.

Aujourd'hui je ne sais pas comment réagir je ne sais pas si je dois être en colère car après tout je paye les pots cassés d'une situation dont je suis victime et je me ruine à entreprendre des soins pendant qu'elle dépense tout ce qu'elle veut. Elle peut s'acheter des maisons des fringues alors que moi je dois faire attention à tout. Ou bien je ne sais pas si je dois lui pardonner car il va bien falloir que j'avance avec ça.

Je n'ai pas parlé à mon Papa de se souvenir je lui ai juste parler de cette fameuse cassette vidéo et il m'a confirmé tout ce que je savais déjà ça a été une libération pour moi mais je pense qu'il n'est pas question que je lui en dise davantage. Aujourd'hui ma vie est gâchée je suis sortie du déni c'est sans doute une bonne chose mais je me sens très vulnérable et surtout je ne sais toujours pas de quoi mon avenir sera fait je sais que tout sera long je ne sais pas si j'aurai la force de tenir en vie encore bien longtemps. Comment vivre quand on ne fait confiance à personne quand on ne laisse personne s'approcher ?

En dehors de cette association que je suis heureuse d'avoir trouvé et pour laquelle j'ai adhéré, je fais face surtout au vide intersidéral concernant ce sujet que cela vienne de notre gouvernement des livres qui en traitent ou tout simplement sur Internet.

 A l'aide.

Nous en parlons
K
koinsky
Publié le 07.12.2018
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Membre

J'encourage toutes les victimes à porter plainte, qu'il y a ait prescription ou non, ne serait-ce que pour parler, pour dire cette vérité muselée. La manifestation de la vérité est une immense victoire pour les victimes d'inceste ou d'abus sexuels. Aider et accompagner les victimes convalescentes à soulever le tapis du déni et de l'omerta est pour l'ancienne victime résiliente que je suis une immense fierté et une manière de faire prendre conscience à la société de cette réalité sordide, et donc de protéger les générations futures.

L
lilas44
Publié le 06.12.2018
Inscrit il y a 4 ans / Débutant / Membre

J'ai aussi subi l'inceste de ma sœur ainée. J'avais environ 6 ans et elle 8 ou 9. Elle avait été victime et moi aussi d'ailleurs d'inceste de la part de notre père. Il nous proposait de voir des films érotiques, s'exhibait nu, nous regardait dans la SDB, nous touchait, nous faisait le toucher, etc...Ma sœur mangeait beaucoup et moi j'étais "toute maigre", je lui donnais des parties de mes repas quand cela me dégoutais trop. J'ai gardé le dégout de moi, le sentiment d'illégitimité de ma personne par rapport à elle.
lilas44

K
koinsky
Publié le 10.11.2018
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Membre

Perso ça a été violent, ça a fait l'effet d'une bombe, mais j'ai finit par dire les choses en famille. Pendant longtemps je n'étais qu'un poing de rage. J'insultais mon père et personne ne comprenait ma violence à son égard. Un jour j'ai dis les choses haut et fort. Quand il est mort.
La vraie violence c'est le silence des larmes intérieures qui finit par former une mer gelée. Alors il faut briser la glace. Un jour ou l'autre. Un jour ou l'autre il faut bien s'y résoudre à la briser.
Je ne sais pas si peux vous aider à briser la mer gelée qui est en vous... peut-être en étant la bouche qui prononce vos paroles d'enfant face à votre soeur et à votre votre père...

D
Dapangma
Publié le 10.11.2018
Inscrit il y a 11 ans / Débutant / Membre

Bonjour,

tu viens de réussir à en parler, c'est courageux et c'est effectivement une première étape. Il est tout à fait normal que tu te sentes très fragile - ce ne sera pas facile - mais si tu arrives à en parler aujourd'hui c'est que tu es prête.

Il y a quelques points qui doivent être clairs :
- la 'folle' (ou plutôt la malade) ce n'est pas toi, c'est ta soeur. Toi tu es en souffrance psychique (normale et légitime), pas folle, et tu ne vas pas dans des établissements pour les fous.
- c'est toi qui décides de ce que tu dis et à qui. Fais-toi confiance.
- tu as le droit d'être en colère. Ta soeur t'a pris énormément de choses. Ton père n'a pas su te protéger du porno (ni ta soeur d'ailleurs).
- tu peux te présenter à un hôpital et demander à consulter un psychiatre.
- pour la documentation, je te suggère le livre 'L'enfant et l'inceste' de Yves-Hiram Haesevoets