Mon témoignage de mère d'enfants abusées

Témoignages Publié le 28.12.2020

Ma fille a été abusée par son oncle à l'âge de 5 ans jusqu'à l'âge de 8 ans et je n'ai rien fait. Je m'en veux.

J'ai divorcé avec le papa lorsque C a eu 6 ans. La maîtresse m'a convoquée pour signaler que ma fille n'allais pas bien. Elle avait 8 ans quand le mari de ma sœur venait à la maison chez ma mère où nous étions tous ensemble pour les vacances. Il campait sur le gazon et il appelait J ma fille pour aller dans sa tente. Je n'ai jamais fait le rapprochement, j'ai eu un petit doute quand même et puis,  je me suis dit non.

Je m'en veux de ne pas avoir été vigilante. À l'époque, je subissais les conséquences d'un mariage désastreux avec le père de mes de mes 2 filles. Ma fille J souffrait. Elle avait des excès de colère. À 17 ans,  elle a développé du cholestérol. Maintenant, elle a 38 ans et elle souffre d'une maladie chronique, de diabète et d'angoisse. J'ai des images qui me reviennent souvent comme quoi je n'ai pas été vigilante et j'appelle la population : soyez vigilant un enfant ne ment jamais un enfant ne raconte jamais d'histoires sur les abus.

Puis ma fille J a été abusée par son père à l'âge de 19 ans. Elle n'était pas encore mûre, son enfance a été volée. À cette époque, j'ai dû m'absenter du foyer pour un stage de formation à l'extérieur du département. J'ai hésité à confier mes filles à leur père, dont j'étais divorcée puis j'ai finalement lâchée du lest. Il a profité de mon absence pour abuser d'elles, toutes les deux donc mon aînée qui avait déjà été abusée à 5 ans jusqu'à 8 ans et il a abusé de notre 2e fille qui avait alors 14 ans.

J'ai fait un procès et c'est lors du procès qu'une autre petite victime a dénoncé des abus sexuels. J'ai mis des années à m'en sortir avec des thérapies. J'arrive maintenant à en parler et à écrire ce témoignage de cette blessure de cette cicatrice indélébile... Nous sommes liées mes 2 filles et moi. Peut-être que j'ai été abusée moi aussi. Mon parcours vers la résilience a été bénéfique, mais il y a eu des vagues, des moments d'angoisse et de profonde solitude...