On a tout perdu

Témoignages Publié le 18.06.2011

Fotolia_3001916_SBonjour à tous, Je ne sais pas trop par ou commencer, je suis incapable de vous dire quand ça a débuté et quand ca c'est términé, j'ai oublié presque toute mon enfance et adolesance. .Notre famille était vue comme une famille modèle, on vivait en pleine campagne dans un village de 200 habitants. Je pense que mes attouchements on commencé vers mes 8 ans et se sont terminés vers ma 4eme. Je me rappelle de très peu de scène mais je sais qu’il préparait toujours les abus vu qu’à chaque fois il avait un gant près de lui pour s’essuyer.

Ses paroles était par fois très déstabilisantes comme «  j’ai plus envie de faire l’amour avec maman je veux voir si ca vient d’elle ou si avec toi ça fonctionne » En plus des attouchements de mon père je n’étais vraiment pas proche de ma mère, elle préférait mon grand frère et ma petite sœur (8 ans de moins que moi), elle était toujours entrain de dire que j’étais la fille de mon père et qu’elle c’était la mère de mon frère et ma sœur.

Les attouchements se fessait le plus souvent quand ma mère partait se promener avec ma petite sœur elle ne voulait jamais me prendre et quand je pleurais pour partir avec elles, elle me disait d’arrêter de faire des caprices, je restais donc avec mon père. Hors de ces attouchements mon père était un très bon papa avec ses trois enfants. Il nous a jamais tapé ni vraiment crié dessus tout le monde l’aimait. Il faut savoir qu’a l’âge de mes 7 ans nous avons eu un grave accident de voiture mon père a eu de très gros problèmes à la colonne vertébrale il est resté plus de 4 mois à l’hôpital et quand il en est sorti il était sous anti douleurs, je me suis toujours dit que si il fessait ça c’était à cause des cachets ils le droguaient.

Enfin je ne vais pas lui donner des excuses. A mes 16 ans un jour je suis rentrée chez moi et ma mère et ma petite sœur étaient en larme dans la chambre de mes parents, ma mère m’a regardé et m’a demandé si il m’avait déjà touché car il l’avait fait avec ma sœur. J’ai avoué à ma mère, mais j’étais en colère après mon père car je sais qu’un jour on avait parlé, je lui avais fait jurer de ne jamais toucher à ma petite sœur. Quand il est arrivé dans la chambre je lui ai dit « tu m’avais promis de rien faire à …..) sa réponse a était «  je ne lui ai presque rien fait c’est arrivé peu de fois »

Par la suite ma mère était déstabilisée, elle a pris la décision de ne pas porter plainte (on vivait dans un petit village  elle ne voulait pas qu’on ait une étiquette sur le front) elle en a parlé avec sa famille puis a fini par dire qu’on avait menti. 6 mois plus tard elle s’est pendu dans le grenier j’avais un peu plus de 16 ans, nous sommes donc resté avec notre père il nous a plus jamais touché, par contre il était complètement instable il faisait que des tentatives de suicide, on l’a fait enfermer 3 fois dans des centres psychiatrique. Je vous passe les détails puis il a fini par se suicidé j’avais 19 ans.  

Depuis 2 ans je me fais suivre par une psy je me sens beaucoup mieux mais j’ai du mal a créer ma petite famille, je me sens souvent seule j’aimerai tellement avoir des parents chez qui allé manger quand ca ne va pas, je suis toujours célibataire je vais sur mes 30 ans mon frère de son coté n’arrive pas non plus a se mettre avec quelqu’un il va sur ces 33 ans et ma sœur nous l’avons surprotégé ! elle est parfois invivable, elle a était élevé par des amis dans son malheur elle a eu de la chance de tomber chez ces personnes, ils l’ont élevé comme si c’était leur propre fille.  

Voila un peu de moi… L'incestes nous detruit on fini par etre vide.

Nous en parlons
T
titiapontault
Publié le 23.06.2011
Inscrit il y a 10 ans / Nouveau / Membre

Merci pour ce commentaire ça fait du bien de le lire!!

I
invisibilissime
Publié le 20.06.2011
Inscrit il y a 11 ans / Nouveau / Membre

Bonjour,
Une première lecture et mes yeux se sont embrouillés devant autant d'enchaînements tristes.
Il m'apparaît ensuite que vous racontez paisiblement, comme si enfin vous surplombiez bien tout ce passé, avec le juste éclairage d'un début de belle maturité.
Vos deux ans de thérapie vous ont déjà bien guidé, c'est évident.
Le beau travail sur vous-même vous permettra, c'est sûr, d'arriver bientôt à une capacité à générer du bonheur intérieur pour garantir celui d'un futur conjoint, d'une famille fondée :
les séquelles, les difficultés feront des va-et-vient, certes, mais désormais vous vous êtes bien dégagée de tout un processus destructeur, alors vous devriez demeurer forte à la condition de demeurer dans vos limites à découvrir et gérer grâce à votre thérapie, bien sûr.
Vous êtes vidée, mais cette fois vidée de toute aspiration destructrice, cette fois, vidée pour être remplie pour votre vie à vous.
Bonne et bien heureuse continuation.