Peut-être qu'un jour !!!!!!!! moi aussi je serais heureuse

Témoignages Publié le 06.10.2010

depressed3Bonjour, Comme beaucoup d'entre vous, moi aussi j'ai subi....... j'ai maintenant 37 ans et bientôt 30 ans que je me bats contre moi même. Je suis passé par toute les étapes  la tentative de suicide alors que j'ai 3 enfants que j'aime plus que tout. ce geste je crois que je n'arriverais jamais à me le pardonner mais j'avais tellement mal et surtout personne à qui parler pour vider mon sac.Quand j'ai enfin réussi à en parler à ma mère et à mon père, j'étais en hopital psychiatrique mais je crois que depuis c'est pire.

Je n'ai pas eu  le moindre geste tendre, je me suis fait passé pour une folle. Je crois que l'indiférence de mes géniteurs est encore pire à accepter que le faite d'avoir été violée par un frère en qui j'avais confiance. Maintenant je fais semblant, semblant d'aller bien , semblant d'être heureuse mais ce n'est qu'un masque à mon visage mais dessous je souffre et je crois que personne ne peux comprendre, c'est très dur de se lever le matin et de mentir à tous les gens que j'aime. Je n'arrive plus à gérer tout ça mais c'est vrai qu'en lisant tous vos témoignages, j'arrive à me dire que je ne suis pas seul et surtout merci de me faire croire en une vie meilleure

lisa

Nous en parlons
A
Anne_
Publié le 05.11.2010
Inscrit il y a 11 ans / Actif / Adhérent

Oui, l'indifférence de ses géniteurs est monstrueuse : ils choisissent ce qu'ils pensent leur laire le moins de mal : la parole de celui qui se veut consensuel.
Mais tu vois, mes parents ont fait ce choix, et aujourd'hui, les plus malheureux sont bien eux, eux qui me laissent me dépêtrer, eux qui préfèrent donner foi en les mensonges de frère et cousin.
C'est difficile de les accepter ainsi, toujours dans le déni, mais avoir pu parler à mon mari après 17 ans de vie commune, à mon fils de 12 ans, cela m'a libérée : avec eux, je ne fais plus semblant, et avec mes parents, pour l'instant, je ne fais rien, et donc pas semblant.
Mon homme a eu la capacité d'attendre que je lui parle, il a la capacité de comprendre, d'être à mes côtés s'il le faut. Peut-être pourrais-tu parler au tien ? à tes enfants ?

hélas, non, nous ne sommes pas seuls.
mais nous avons assurément droit à la VIE !

ne lâche rien, bats toi !
résistance