Relation mère fille / amies / mère amant

Témoignages Publié le 29.01.2015

Relation mère fille /

Bonjour à toutes et à tous,

En discutant avec des amies, elles m'ont dit que même s'il n'y avait pas eu d'actes sexuels, la douleur pouvait quand même être là... ce qui expliquerait peut-être mon mal-être depuis plus de 15 ans... je vais en avoir 29.

Je me permets de vous raconter un moment de ma vie car en faisant des recherches sur l'inceste ou comportement incestuel, j'ai trouvé votre association, et j'aimerai si vous le pouvez avoir votre avis... je vous remercie d'avance pour votre temps et votre aide.

Toutes mes excuses pour la longueur du texte et la manière dont c'est écrit mais je ne l'avais jamais fait avant et je n'y arrivais pas autrement...

Je suis une fille ou femme..., c'est bizarre les deux ne me conviennent pas mais je ne suis clairement pas un garçon, bref...

Ma mère ne pouvais pas avoir d'enfant en théorie, et a toujours répété qu'elle n'en voulait pas

Connaissance de grossesse : selon elle, fin de sa vie et de sa liberté

A eu une fille et a toujours dit qu'elle voulait un garçon

Elle supporte pas les enfants et les pleures : j'ai toujours pleuré en silence depuis la naissance.

Je ne me souviens pas de mes parents ensemble et heureux, juste de la colère...

Vers 8/9 ans à la séparation définitive de mes parents :

On dormait les 3/4 du temps ensemble pour se réchauffer, elle avait froid aux pieds, donc elle les collait à moi pour se réchauffer.

Elle demandait à dormir ensemble, se faire des câlins, bisous sur la bouche, se tenir la main.

Comportements de copines, raconter sa vie privée et sexuelle.

Ne rien se cacher, tout se raconter.

J'ai petit à petit ressenti une sensation de gêne pour plus tard, plus adulte, ressentir quelque chose de malsain. L'impression de remplacer un homme.

Elle est devenue alcoolique et violente, le plus souvent verbalement. Généralement sur mon père ou ses compagnes, parfois physiquement avec moi ou d'autres personnes de la famille.

Elle m'a souvent répété ne pas aimer le sexe, ne pas avoir d'envie, avoir été violée plus jeune.

M'a toujours présentée : c'est ma fille, elle est belle hein, bien foutue.

Il fallait toujours poser, sourire pour les photos, être jolie.

Lors de sorties, le plus souvent avec moi car elle m'emmenait partout, elle mettait toujours un pull semi transparent ou style crochet sans soutien gorge, poitrine plus que suggestive.

A l'adolescence, elle voulait toujours me prendre en photo, prendre des poses genre mannequin.

Sortir entre 12 et 15 ans pour aller danser, se faire belle, « sexy », se maquiller.

Présenter/suggérer que je pourrai sortir avec des garçons, en réalité des hommes car 7 à 10 ans de plus que moi, en mettant en avant mes atouts physique (ex : homme de 20/25 et moi, 15 ans).

Elle voulait passer pour la mère idéale : soirée avec ses potes et les miens, de l'alcool même pour les mineurs (14/15 ans), être au même niveau ado/adulte, faire les mêmes choses, parler des mêmes choses.

Couple/amourette ado : être très copine avec le copain, « fumer ensemble », vouloir absolument être présent dans la « vie du couple ».

Lors d'une réunion de famille pour un baptême, j'avais 14/15 ans : dans une chambre avec 3 enfants, deux en bas âge et une ado, elle a eu une relation sexuelle avec un homme dans la même chambre et mon lit juste à côté, l'excuse : « sous emprise d'alcool », elle n'a jamais reconnu ses tords ou un comportement anormal.

Violence verbale. A toujours dit que : « je suis coincée, j'aime vivre dans ma merde, je prends plaisir à souffrir et vivre dans le passé, je ne veux pas changer, je choisi de rester bloqué »

La mère devient la fille et inversement, la fille se comporte en mère, comportement d'adulte très tôt (12/13 ans).

A mal pris le fait que j'aille vivre avec mon père à l'âge de 13 ans.

Capacité à faire culpabiliser, que tout le monde est contre elle et lui veut du mal.

Ne comprend pas qu'on ne se parle pas plusieurs fois par semaine ou jours.

A toujours voulu parler à mes copains : « tu touches/fais du mal à ma fille, je te tue », vouloir lui parler seul à seul, être intrusive sur le couple, lui dire de bien faire attention, de bien prendre soin mais pas forcément de la manière bienveillante d'un parent. S’épancher sur sa vie personnelle/privée encore une fois.

Moi :

Dans un cas/exemple, genre voyage ou autre et on est plusieurs avec peu de chambres, je ne peux pas dormir avec un adulte/une figure parentale. Je ne pourrais pas dormir avec mon père ou ma belle mère, même si eux n'ont jamais rien fait.

Répugnance/angoisse à tout contact maternel.

Comportement sexuel trop jeune : mes relations amoureuses : tout se passe bien, puis plus rien, plus d'envie, rejet.

J'ai essayé de « régler » le « problème » par le « sexe » : jouets, vidéo, masturbation… entre 17 et 23 ans.

Confusion sur la sexualité, questionnement : homo ou hétéro ?

Passage par des période de « non c'est pas bien, c'est sale ».

Confiance par rapport au conjoint mais difficultés au regard et à la nudité.

3 relations en 14 ans, j'en ai 29 (8 ans, 4 ans et 2 ans) même schéma : tout se passe bien, puis les angoisses et complications de la vie de couple, de l'intime reviennent.

Éloignement, silence, enfermement.

Repousser l'autre sans le faire exprès, peu ou plus de contact.

Aucune confiance en moi, problème par rapport au corps.

Ne supporte pas de pleurer, contient au maximum.

Ne veut pas s'énerver ou lâcher/laisser sortir car possibilité d'hystérie et de violence et en a peur.

Depuis mon adolescence :

Douleur gastro intestinale depuis 12/13 ans, envie de vomir et maux de tête : nombreux examen corps, en parfaite santé.

J'adore manger mais douleurs dès alimentation (jamais eu d'anorexie, très peu de boulimie).

Dépression vers la vingtaine, prise de médicaments.

Idées/envies suicidaires.

Timidité et renfermement.

Peur maladive du regard des gens.

Tendance à partager trop sa vie avec n'importe qui, problème des limites de quoi on peut parler et de ce dont on ne parle pas. Plus de capacité à me taire après travail avec un psy.

Anxiété, stress, angoisse et peur du lendemain/du futur, de vivre en général.

Je n'arrive pas à me situer, adulte, enfant, ma place...

Mon père m'a aidée à sortir de son emprise mais n'a jamais été vraiment conscient que les "douleurs ou problèmes" dans ma vie pouvaient venir de là... Tout comme moi... "Elle n'a jamais vraiment fais quelques choses de grave..." 

Je n'ai donc jamais été violée ou battue… Donc, est-ce que je peux vraiment penser qu'une grande partie de mes « difficultés/problèmes » viennent de là ? Je ne souhaite pas la confronter, elle me prendrait pour une dingue ou autre, je voudrais juste comprendre pour pouvoir vivre...

Je vous remercie tous d'avance... et je vous souhaite une bonne journée malgré tout.

TW

Nous en parlons
L
lou1752
Publié le 20.03.2016
Inscrit il y a 7 ans / Nouveau / Membre

Tu as étais transformé en jouet et même si tu n as pas été abusé sexuellement c est tout comme tu étais la poupée de ta mère elle t as privé de pouvoir de créer ta propre identité et tu a une vision de l adulte censé de protéger pas vraiment rassurante comme la plupart d entre nous victime d inceste mais avec un bin accompagnement psychologique tu devrais arriver a t apaiser et te reconstruire. Bon courage....