Sa mort ne m'apaise pas

Témoignages Publié le 23.12.2006

C'est la première fois que j'écris ce que je ressens. Toutes ces années à le haïr, à souhaiter qu'il soit mort pour être enfin en paix et qu'il est ainsi payer la dette qu'il a envers moi. Ce jour est enfin arrivé et au lieu d'avoir la délivrance je n'ai trouver que de la colère en moi, j'ai trouvé que sa mort était trop douce pour lui il n'a pas souffert.

Je me retrouve maintenant avec ma souffrance, ces images de mon enfance qui me dévorent, m'envahissent, alors que j'avais tout enfoui au plus profond pour essayer de vivre comme tout le monde, cette mort n'a fait que réactiver mes angoisses et ma souffrance.
J'ai peur de ne pas pouvoir "faire avec" à nouveau.
J'ai vu un psychiatre, c'est trop douloureux d'en parler, la douleur est telle qu'il me faut des heures pour me calmer.
Je n'ai jamais pu mettre des mots sur cette souffrance, je l'ai vécu et je la revis aujourd'hui.

Nous en parlons
L
Lilith
Publié le 26.03.2010
Inscrit il y a 11 ans / Nouveau / Membre

Bonjour,

Quand on ne peut pas parler... on peut écrire!

Ecrire à son boureau pour lui dire ce qu'on n'a jamais pu lui dire. Ca fait un bien fou.

La méthode est simple: il faut écrire tout ce qu'on a à lui dire. Ensuite, il faut aller sur sa tombe et lire à haute voix (à haute voix, c'est très important) tout ce que l'on a écrit. Après, il faut brûler (et je dis bien brûler et pas jeter ou déchirer en petits morceaux) ce que l'on a écrit sur sa tombe. Quand il ne reste plus que des cendres, on s'en va.

C'est sur sa tombe que tu vas laisser ta colère, ta haine, tes hantises, tes peurs, etc. parce que tu vas lui rendre par ce geste symbolique (non, ce n'est pas de la sorcellerie!), ce qui ne t'appartient pas.

Et puis, avec le temps et la thérapie, tu finiras par te délivrer totalement.

Tu vas voir, ça va aller. Le printemps arrivera aussi pour toi avec ta renaissance.

De tout coeur.