Sado-Masochisme

Témoignages Publié le 20.06.2020

Sado-Masochisme

Mon père et moi 

Quand on pense à l'inceste on pense le plus souvent à la pédophilie mais rarement au sadisme sexuel, il s'agit pourtant d'une forme d'inceste qui existe aussi. Je me suis longtemps sentie "seule dans mon cas" jusqu'à l'année dernière où j'ai entendu à la télévision deux témoignages de deux autres victimes d'inceste qui ont raconté la même chose que moi.

Ma sœur jumelle et moi allions chez notre père et notre belle mère pendant les vacances scolaires. Dès notre plus jeune âge, notre père était obsédé par nos fesses d'enfants, il adorait les regarder et pour cela nous empêchait de nous habiller pendant des journées entières, lui même était nu et la belle mère était en string. Il nous obligeait à poser nues devant le portail de la maison pour faire des photos, il nous disait avec un grand sourire : venez mes puces on va faire les photos des culs. On avait pas envie de poser pour les photos mais on avait pas le choix. La première photo à été prise quand on avait 23 mois et la dernière photo quand on avait 8 ans. 

Mais ce qui l'obsédait le plus, c'était la fessée, j'ai toujours une profonde aversion pour ce mot car mon père me le murmurait à l'oreille sur un ton dégueulasse. 

Je subissait de véritables "séances" de fessées (ma soeur ne subissais pas ces violences là) mon père débarquait dans ma chambre au beau milieu de la nuit (alors que j'étais tout simplement en train de dormir) avec un regard brillant et surexcité et un large sourire sur le visage pour me frapper avec une violence extrême (inutile de préciser que je n'avais pas fait de bêtise pour mériter cela). Je pleurais, je suppliais et c'est précisément cette souffrance qui constituait pour mon père un élément érotique. J'étais battue avec une telle violence que je ne pouvais plus m'asseoir, j'avais des hématomes, c'était des coups qui n'en finissaient plus.  

Étant donné que les larmes, la peur et les hurlements que je poussais constituaient une participation érotique de ma part (ce qui m'était insupportable) j'ai dû trouver un moyen d'essayer de reprendre le contrôle sur la situation. Je suis devenue une enfant totalement masochiste.  

Lorsque j'étais à la maternelle je me masturbais frénétiquement tous les jours pendant l'heure de la sieste en imaginant que je me faisais frapper je me servais de toutes les images de fessées que je pouvais trouver dans les livres pour enfant ou les dessins animés pour me masturber d'autant plus. À l'école primaire j'ai continué ce comportement , j'essayais même de pousser mes camarades de classe à me frapper dans le but de prendre du plaisir. À l'âge de 11 ans mon père est revenu dans ma vie après avoir disparu de la circulation pendant un an (la plus belle année de mon enfance).

Il m'a dit qu'il n'était plus le même homme qu'il avait changé, etc. J'avais envie de le croire mais je me suis rapidement rendue compte que ce n'était pas vrai. En juin 2007 (j'avais 11 ans et demi ) mon père m'a murmuré à l'oreille qu'il frappait violemment ma belle mère sur ses fesses nues et qu'ensuite il lui mettait un doigt. Pendant qu'il m'expliquait ça ma belle mère était penchée en avant devant moi et mon père avait placé son majeur au niveau de ses fesses. Il lui demandait si tout ça lui provoquait du plaisir et elle répondait "ça oui alors !" sur un ton dégoûtant. Il voulait mon avis sur cette histoire de sodomie il était très intéressé  à l'idée de me faire pareil. C'est à cette même époque qu'il a commencé à m'embrasser furtivement sur la bouche... Il me demandait mon avis sur les fouets, les coups de martinets et les ceintures.

Quelques semaines plus tard, alors que nous étions assis sur des chaises sur la terrasse de la maison en train de discuter en famille (ma grand mère, mon oncle, mon père et moi ) mon père m'a soudain fixée d'un air excité avec un mauvais sourire il s'est ensuite levé au milieu de nous tous, s'est déshabillé entièrement avant de se pencher en avant et de remuer ses fesses devant sa mère en lui disant : "allez vas-y, frappe moi... Frappe moi !" Je précise qu'il continuait de me fixer d'un air lubrique, guettant ma réaction. J'avais vraiment honte d'autant que le fait de voir cela a commencé à m'exciter moi aussi. Pour essayer d'éteindre cette excitation qui me prenait, j'ai serré les jambes et baissé ta tête, j'étais morte de honte. Sa mère lui disait de se rhabiller mais il ne l'écoutait pas. 

En septembre 2007 alors que je venais d'avoir 12 ans, je me suis révoltée contre lui je lui ai dit que pour moi il n'était plus mon père, qu'il me dégoûtait et j'ai commencé à le fuir un maximum. Mais les conséquences psychologiques de ce qu'il m'avait fait subir étaient toujours bien là et c'est à 12 ans que j'ai commencé à me connecter à des sites pornographiques sado-masochistes pour me masturber. Il fallait que j'aille vers les vidéos les plus violentes des sites pour trouver des images me rappelant la violence de mon père. 

J'ai fini par révéler cette histoire à ma mère quand j'avais 15 ans parce que mon père faisait tout pour revenir dans ma vie et que ma mère ne comprenait pas pourquoi je le fuyais comme ça. Aujourd'hui je suis malheureusement toujours masochiste, je n'arrive pas à prendre du plaisir dans un contexte normal mais j'espère vraiment y arriver un jour.

Je ne me sens pas très bien d'avoir écrit tout ça, j'ai des nausées, merci de m'avoir lu en tout cas. J'espère que ce témoignage pourra en aider certains.

Nous en parlons
C
Colyne05
Publié le 27.07.2020
Inscrit il y a 1 an / Actif / Adhérent

Mon père aimait aussi dès mon plus jeune âge, s'isoler avec moi dans une pièce de la maison pour me déclarer son amour. Il se mettait à genoux à mes
pieds,prenait mes mains dans les
siennes et me fixait droit dans les yeux en me disant que j'étais sa fille à lui, sa chair,son sang et qu il m'aimait plus que tout. Il me demandais ensuite mes sentiments il me disait :" et toi ma puce, dis moi la vérité, dis moi ce que tu ressens au plus profond de ton âme. Est ce que tu aimes papa toi aussi ?
Je me sentais mal à l aise dans ces moments
là.

Je tiens aussi à écrire que mon père a reconnu qu il s'en était pris a moi parce que sexuellement il lui fallait quelqu un qui " souffre un maximum" et que cette souffrance authentique et absolue il ne pouvait pas l'obtenir d'une femme adulte ..
Merci de m'avoir lu

C
Colyne05
Publié le 27.07.2020
Inscrit il y a 1 an / Actif / Adhérent

Il s'exhibait devant moi dans le garage et me poursuivait dans la maison pour me faire des confidences sexuelles sur mes fesses et sur les coups.
Il y avait chez mon père un album photo consacré entièrement à la nudité en famille ( on y voyait principalement ma soeur et moi mais aussi un peu mon père et ma belle mère, c'est dans cet album que se trouvaient les photos que nous étions obligées de faire devant de portail de la maison ) La belle mere feuilletait avec nous cet album en faisant des commentaires malsains sur " l'évolution " de nos fesses d'enfant au fil des ans .

C
Colyne05
Publié le 27.07.2020
Inscrit il y a 1 an / Actif / Adhérent

Il y a certains détails que je n'avais pas eu le courage d'écrire (mais qui me semblent importants car j ai envie de témoigner complètement sur ce site pour informer les autres) comme le fait que mon père avait tout un fantasme autour de la pisse, il me faisait des confidences sexuelles là dessus . Aussi bizarre que cela puisse paraître vu de l'extérieur,le fait que j'aille ou non aux toilettes ou que n'en pouvant plus de me retenir je me fasse pipi dessus participait d'un scénario érotique . Il rodait en pleine nuit autour de la porte de ma chambre, la guettant dans l'obscurité de la maison dans l'espoir que j'aille faire pipi pour pouvoir me frapper ensuite ..(c'est assez classique du sadomasochisme qu'il y ait des scénarios comme ça mais évidemment à l époque j étais trop jeune pour le comprendre j étais complètement perdue)

C
Colyne05
Publié le 27.07.2020
Inscrit il y a 1 an / Actif / Adhérent

Je me permets de rajouter ces commentaire en complément de mon témoignage
Si j ai décidé d'écrire ce témoignage sur le site après des semaines d'hésitations, c'est parce que même si la plupart des parents incestueux utilisent des caresses malsaines pour exploiter leur enfant à des fins sexuelles sous prétexte de "câlins" et "d'affection", il y en a d'autres qui prennent du plaisir dans les coups et je pense que cette réalité doit aussi être connue même si elle est peut être plus rare.