Témoignage femme : inceste ?

Témoignages Publié le 01.05.2006
je suis tombée sur ce site dans le but de m'informer...
et oh surprise! je vois que l'inceste ne concerne pas que les "supplices" parents/enfants ou frères/soeurs.
et je vois que je peux peut-être nommer ce que j'ai vécu "inceste".
j'avais à peine 7 ans, ma mère m'envoya passer les vacances d'été à paris chez mon oncle. arrivée là-bas, je decouvrais ma famille, et j'étais toute contente de vivre une "aventure extraordinaire"... je découvrais aussi mes 2 cousins. j'allais dormir avec celui qui avait tout juste un an de plus que moi, par manque de place.
c'est là que j'ai vécu mes premiers attouchements sexuels. ça a d'abord commencé par des touches-pipi innocents, puis par des baisers "pour faire comme les adultes", puis c'est allé jusqu'à être manipulée et toucher l'aîné. jamais eu de pénétration certes...
et tous les étés, j'y allais. une boule au ventre.
à 11ans, je dû aller à lyon où toute la famille se retrouvait. et là j'ai tout dit à ma mère car je réchignait sérieusement à y aller. c'était la dernière fois que je me suis laissée faire.
les question que je me pose inlassablement sont :
pourquoi je n'ai pas vécu ça comme tous les enfants, quand ils sont à la découverte de l'autre et qu'ils jouent au papa et à la maman ? car c'est une phase que tout enfant vit, non ? surtout que mon cousin avait quasiment le même âge que moi.
pourquoi je me suis laissée faire ?
qu'est-ce que j'ai vécu ?
purquoi je me hais d'avoir été faible ? (même si je sais que chacun a sa part de faiblesse, que cela peut arriver à nimporte qui etc etc... je me hais quand même.)
et surtout j'ai compris que c'était anormal ce que je vivais, car moi qui croyais que c'était tout à fait naturel en famille, alors j'ai voulu essayer de "faire", ce que je faisait avec mon cousin, avec mon père, et là évidemment, il m'a "rejetée" (c'était la nuit)... ce qui m'avait surprise (à l'époque).
mais le pire dans tout ça c'est que aujourd'hui j'ai 20ans et je suis "bloquée". lors de mon adolescence, cette expérience a servi, certes, à me protéger de certaines situations, mais tellement que je me suis blindée, carrément, jusqu'à fuir et rejeter tout contact, bien qu'anodin parfois, de la gente masculine.
je me suis "calmée" mais je construis très difficilement des relations avec euxet les appréhende. et je n'ai pas eu d'adolescence "frivole". mais, alors, qu'est-ce que je manque d'affection aujourd'hui !
j'ai beau me raisonner mais mon corps, encore, se souvient de ce que j'ai vécu et le rejete totalement. je ne sais plus quoi faire.
mon histoire a fait ce que je suis aujourd'hui, je ne la refoule pas mais elle m'envahit.

merci d'avoir pris le temps de lire.