Témoignage homme : L'érotisation de l'attouchement, un processus destructeur

Témoignages Publié le 31.08.2009
Bonjour à tous,

Je viens vous faire part de mon histoire, à la fois très compliquée et contenant des éléments tabous.

Mon père est un pervers narcissique qui déchargeait ses pulsions sur mon frère, ma soeur et moi (violences physique et verbale). Le genre de personnage manipulateur qui vous montre que le seul modèle viable est le sien... Ma mère était une femme extrêmement possessive qui empêchait toute émancipation. Elle contrôlait vraiment toute ma vie. Bref, je ne vivais plus à leur contact.

Mon père s'est livré à des attouchements quand j'avais 7/8 ans. Il a mis sa main dans mon slip et m'a tripoté jusqu'à l'anus. J'en ai encore les marques... Il me semble que ça s'est produit à d'autres reprises mais mes souvenirs sont vagues.

Le problème est que l'enfant à cet âge ne comprend rien de la sexualité adulte. Même si je savais qu'il se passait quelque chose de mal, quelque part, mon père s'intéressait à moi... Du coup, enfant, j'ai malheureusement érotisé l'attouchement. Peu de personnes parlent de cette réaction malsaine à un traumatisme et pourtant c'est fréquent.

Etant sous l'emprise de ce pervers narcissique et complètement bouffé par ma mère, je ne vivais plus, je n'existais plus. Je pensais même que mon père était dans le vrai car je n'avais connu que ça, c'est dire !

Finalement, j'ai débuté une psychothérapie analytique il y a trois ans, qui m'a fait prendre pleinement conscience de ce qu'a été mon enfance. J'ai remis en cause mon père puis ma mère... J'ai envoyé une lettre à chacun leur rappelant leur comportement à mon égard (notamment les attouchements, que mon père refuse d'admettre).

C'est vraiment très dur de se remettre de tout ça... Aujourd'hui j'ai 29 ans, je suis sorti de l'emprise psychique de mes deux parents mais pas de l'attouchement, justement parce qu'il avait été érotisé, puisque c'était le seul relationnel (avec la violence) que j'avais avec mon père... Je me suis d'ailleurs rendu compte que j'ai souvent été proche du milieu homosexuel (même si je n'éprouve pas d'attirance sexuelle pour les hommes), sûrement pas par hasard. Je crois d'ailleurs savoir que beaucoup d'hommes qui ont subi un attouchement de la part d'un homme deviennent homosexuels, justement pour inconsciemment revivre ça (c'est-à-dire leur première "expérience" sexuelle, aussi horrible est-elle).

J'ai perdu énormément de temps en ayant érotisé l'acte incestueux car ainsi je n'étais plus qu'un objet sexuel. Je ne vivais plus qu'à travers ça, une vraie obsession...

Comment sortir de l'inceste quand, enfant, l'attouchement a été érotisé ? C'est toute la difficulté ! Je commence juste à considérer l'acte tel qu'il est, c'est-à-dire un geste infâme. Mais c'est un vrai combat...

Voilà, je tenais vraiment à témoigner de cette ambiguité de l'inceste qui mêle amour et traumatisme (abus orchestré par quelqu'un qu'on aime, à un moment où on ne connaît rien de la sexualité). Le secret selon moi, c'est l'amour, pas la satisfaction d'une pulsion perverse et destructrice !

Nous en parlons
P
PRINCESSE
Publié le 29.11.2010
Inscrit il y a 10 ans / Nouveau / Membre

[b]tu as raison : "le secret c'est l'amour"[/b]
bravo pour ton témoignage
merci
Princesse