Trouver la bonne distance

Témoignages Publié le 04.12.2006

j'ai 37 ans , je suis médecin, et je fais une psychanalyse depuis 6 ans maintenant . Mon frère a abusé de moi , de 13,5 ans mon aîné, j'avais 13 ans , et donc lui 26 .

ma mâturation psychique s'est figée . La dépression est née , masquée , avec comme refuge mes études .
j'ai révélé l'inceste à 22 ans . 11 ans de silence mortifère .
J'ai découvert qu'il ne s'agissait que d'une répétition : celle de mon père avec sa jeune soeur .

mais si cela s'est répété c'est aussi parceque les conditions intrafamiliales le permettaient . Ma propre mère frise la cruauté mentale . Elle est perverse , narcissique (la loi c'est elle , et elle est parfaite ,elle , à ses yeux ). Mon père est infantile , collé à elle , "toute puissante" à ses yeux et aux yeux de toute la famille qui est nombreuse .
je suis la seule fille .

je comprends que ce frère n'a fait que réaliser le désir le plus inconscient de ma mère : me détruire quoi qu'il en coûte, détruire sa rivale : mon père est amoureux de moi et n'a jamais eu de cesse de me chercher , de me voir ... nue . : : il est incestuel . à moi de trouver des parades pour l'éloigner de moi . à moi de trouver un espace de vie . les enjeux qui ont généré cette violence étaient extérieur à moi même .
je n'y était pour rien .
pourtant j'ai tenté de leur plaire. il n'y avait pas d'amour dans cette famille , seulement de la séduction, des relations d'emprise , de pouvoir . et moi , je désirais seulement être aimée . j'avais besoin d'amour pour vivre. j'ai bien voulu croire qu'ils m'aimaient ... pour ne pas crever de désespoir . je dépendais d'eux tout simplement .

je ne dépends plus d'eux .
je n'attends plus ni n'espère de l'amour de leur part . Ils en sont incapables . ils survivent eux aussi à leur manière, et continuent de se battre contre des chimères . ils n'ont pas reçu l'amour de leurs enfants / ils ne savent pas ce que c'est ; ils pensent que l'amour n'existe pas : ils n'en ont sans doute pas reçu de leurs peres.
ils ignorent la loi humaine , le respect , de soi et de l'autre. l'autre est un ennemi ou une source nutritive . ils se nourrissent littéralement au lieu de se nourrir symboliquement tant ils sont vides . tant est effroyable leur souffrance psychique . ils n' accedent pas
à leur souffrance . ils demande aux autres de la souffrir pour eux .
je souffrais tant que j'acceptais de porter la responsabilité de leurs manques .
leurs manques existaient avant moi .
je ne peux rien pour eux en vérité .

ils souffrent maintenant de ne plus me voir dépendante d'eux , et de se voire limités ; ils ne peuvent plus vivre leur toute puisssance. c'est leur problème .

je ne peux plus communiquer avec eux . ils considèrent que JE les rend malheureux . ils pourraient se réjouir que je ne souffre plus , que je grandis , que je me détache d'eux . Ils ont choisi de se vivre en victime . de renverser les rôles . de nier leur violence propre . de me nier .
de continuer en fait dans leur mode de fonctionnement .
ils m'ont perdue comme prolongement d'eux même et sont incapable de me regarder comme une entité différente d'eux , à part .

ils projettent sur moi leur agressivité , leur destructivité pour me transformer en ennemi .

Et si je ne parle pas du frere, c'est qu'il n'a ete qu'un instrument du désir de notre mère . il est , lui , completement aliéné, dépendant d'elle , quasi fusionnel .
c'est un être encore plus vide , incapable de don . il achète l'autre . n'eprouve aucun remord ni regret ; il regrette simplement que j'ai porté plainte ; il n'y pas eu de suite: dossier classé "PRESCRIPTION" écrit en rouge , en énorme , a l'aide d'un tampon ...

pas de secours donc du côté de la loi réelle , quand la loi symbolique n'existe pas .

se reconstruire est long . Tres long . et necessite de l'aide EXTERIEURE A LA FAMILLE . se recreer un contour de soi même , une conscience de soi , de ses désirs , de ses droits , de ses limites aussi , car au delà , de l'espace autour de soi , i l y a l'Autre, celui qui est différent , UNE VRAIE PROMESSE , mais qui ne peut pas tout . Le cadre protège : c'est la loi , c'est le respect de l'autre . certains n'ont jamais internalisé la loi (mes parents par exemple, mes freres ) . ils ne se sont jamais respectés , n'ont jamais été respectés , et donc ne respectent pas les leurs .

comme une demande inconsciente que je devienne leurs parents . une inversion perverse destructrice... pour moi , une mission impossible de toute façon : une mise en échec obligatoire : le probleme est en eux , pas à l'extérieur d'eux .

je ne leur réponds plus. j'endeuille une famille que j'avais rêvée .
je leur en veux . ; et paradoxalement , je ne leur en veux pas . comme une indulgence . je les evite pour me protéger .
je voulais tant comprendre pourquoi un enfer pareil , si jeune , si longtemps , pourquoi étais -je si différente des autres jeunes de mon age.

impression d'etre le medecin de mes parents .

je n'ai pas encore fini mon chemin .
je vous le livre en partage .

bien à vous .

Nous en parlons
K
Kidipette
Publié le 19.11.2019
Inscrit il y a 1 an / Nouveau / Membre

Bonjour, c'est bien la 1 ère fois que je vois quelqu'un parler de sa famille comme ça car je reconnais la mienne . Ma mère ma détesté jusqu'à se que notre père décide d'arrêter de nous voir soit vers mes 14 ans. J'ai été violée par mon frère vers mes 9 ans. Et hier je l'ai appelé pour discuter de ça car tout ses souvenirs me revienne et j'essaie de comprendre pourquoi personne ne ma aidé alors que j'ai parlé. La réponse de ma mère fût déroutante soit disant elle aurait vécu la même chose et que du coup maintenant j'étais vraiment comme elle. En gros si c'est vrai , elle voulait que je vive la même chose qu'elle.
Elle me dégoûte autant que mon frère.

M
mumu87
Publié le 20.01.2017
Inscrit il y a 4 ans / Nouveau / Membre

Merci