Tu ne m'as jamais considérée comme ta soeur

Témoignages Publié le 16.11.2011

Fotolia_1028170_XSJe devais avoir 7 ans quand c'est arrivé et lui 14. En fait, je ne sais plus précisémment quel âge est-ce que j'avais ni comment est-ce que ça a commencé. Mais on dit que le corps enregistre ce que le cerveau tente d'oublier...L'âge fait parti de ces éléments que j'ai enfoui au fond de ma mémoire mais mon corps ne cesse de me répéter ce chiffre 7.

J'ai 32 ans et ça fait 3 semaines que j'ai verbalisé pour la 1ère fois ce qui s'est passé avec mon «frère». J'ai vécu tout ce temps en essayant d'oublier ce qu'il m'a fait. J'avais presque réussi. C'est certain, j'ai déjà passé plusieurs jours de suite sans y avoir pensé une seule seconde. Et quand ça revenait, c'était à peine 1 seconde, un flash, pas plus. De toute façon, je ne voulais pas y penser plus longtemps.

Tout ce qui importait c'était d'habituer mon cerveau à l'idée que tout le reste de mon enfance avait existé sauf «ça». Et j'allais surement finir par m'en convaincre moi même. J'en avais tellement honte... Mais qu'est-ce qui lui est passé par la tête ce jour là?

Quand il me propose de venir jouer avec lui, à cet âge là on y va en courant! On n'a que ça en tête nous, à cet âge là...jouer.

D'autant plus que je suis la petite dernière d'une famille de 3 enfants (ma soeur à 9 ans de plus que moi). Avec de pareils écarts on n'a pas les mêmes centres d'intérêt alors le jour où mon «frère» me porte un peu d'attention pour passer du temps avec lui, je ne dis pas non.

Pour moi, on va échanger quelques balles de ping -pong, pour lui il va se défouler sexuellement. La table de jeu est au sous-sol de notre maison, on est juste tous les 2. Quelques petits échanges puis il fait partir volontairement la balle dans une autre pièce du sous-sol. Il me demande d'aller la chercher.

Je prends du temps et il s’impatiente, il y a beaucoup de meubles et elle est certainement en dessous. Je dois me baisser. Il vient « m’aider » mais je ne sais plus comment je me retrouve par terre, lui au dessus de moi. Il se frotte à moi mais je ne sais pas ce qu’il fait parfois il en joue, rigole, alors je ris aussi. Puis ça devient plus intense, plus rapide, parfois la pression me fait mal au pubis. Et puis ça s’arrête, je ne sais pas pourquoi.


Je me souviens remettre ma culotte mais je ne me souviens plus comment est-ce qu’elle m’a été enlevée ni pourquoi. Qu’est-ce qu’il faisait exactement ? Je pense que je fermais les yeux. Puis on retourne à la table de ping pong, comme si de rien n'était, on échange encore quelques balles (pas beaucoup à mon avis) et on remonte au RDC.

Personne n'en a jamais rien su. Pourquoi je n'ai jamais rien dis? Comment est-ce qu'il a fait pour que je me taise? Ce petit rituel s'est répété plusieurs fois où il allait de plus en plus loin. Des doigts et possiblement la pénétration. Je dis possiblement parce que tout ce dont je me souviens c'est d'être persuadée, le jour de mon 1er rapport sexuel, que je n'étais plus vierge. J'avais d'ailleurs peur qu'il le remarque.


En fait, je m'en suis longtemps voulu de n'avoir jamais dit non, je crois même avoir déjà pensé que peut-être j'avais aimé ça. Comment est-ce que j'ai pu penser qu'une gamine de 7 ans pourrait aimer avoir un rapport sexuel. Une seule fois, je lui ai dit que je ne voulais pas faire ça. La partie n'a pas duré longtemps ce jour là...et j'ai eu tellement peur qu'il ne veuille plus jouer avec moi que je l'ai laissé faire. Je me suis d'ailleurs beaucoup laissé faire dans mes relations avec les hommes.

Plus tard, je me suis demandé si mes copines qui avaient un frère avaient aussi fait la même chose. Je savais que ça n'était pas normal, que c'était sale, j'étais sale.

Ça n'est que depuis 4 ou 5 ans que j'ai des périodes de «déprimes». J'ai oublié donc je mets ça sur le compte de la fatigue, de l'hiver...

Aujourd'hui, je vis en couple et je me suis vue commencer à tomber en dépression pour une raison que j'ignore. Je suis en colère, je ne sais pas pourquoi. Je pleure, je ne sais pas pourquoi. J'ai l'impression qu'il veut me manipuler (ce qui est complètement faux). Je me sens nulle, idiote, moche, bonne à rien, etc...Je ressens le besoin de voir un psychologue.

C'est en essayant de comprendre mon comportement que mon fiancé a mis le doigt dessus: «tu me caches quelque chose et tant que tu ne me le diras pas, on n'avancera pas». Il m'a fallu tellement de courage pour le lui dire mais ça m'a fait tellement de bien!

Je me suis rapproché d'associations contre le viol et l'inceste pour avoir un suivi individuel et en groupe. Je veux sortir la tête de l'eau et arrêter d'être dans le déni, de subir la vie. Je veux être une femme accomplie malgré mon passé. C'est mon passé qui va m'aider à savoir enfin qui je suis. Je veux reconnecter avec cette petite fille que j'ai laissé pour morte, elles est ma base. Elle doit dire à une une adulte ce qu'elle a subi. Elle doit me parler.

Je sais que ça ne va pas être facile et j'ai peur des émotions que je vais faire ressortir mais je ne veux plus mettre de pansement sur cette blessure, elle doit être à nu pour être soignée et cicatriser une bonne fois pour toute.