Expression libre (public)
manque de reconnaissance
P
Pascale
Inscrit il y a 4 ans / Habitué / Membre
6
22
bonjour, pour le moment j'ai un manque de reconnaissance en tant que victime, violée à l'âge de 6 ans, je n'ai pas pu porter plainte, de toute facon j'ai 56 ans et c'est le moment où je pourrais porter plainte, à mes 18 ans ,mon bourreau décédé d'un cancer ds des souffrances terribles, moi je continuais ma vie avec mon anesthésie émotionnelle et amnésie traumatique, jusqu'un jour tout à exploser ds mon corps et esprit, comme une bombe à retardement, comme les soldats de guerre, même traumatisme au niveau neurologique; je ne trouve personne , étant seule, séparée depuis 6 ans, mes enfants sont ds leur crise d'adolescence, encore moins de reconnaissance de leur part et en plus ce n'est pas leur rôle, LA FAMILLE est pratiquement inexistence, ma mère sénile , mon frère même histoire que moi, lui il se plonge ds son travail, aucune reconnaissance de personne, le groupe de paroles pas suffisant, il n'y a pas d'échanges, mon psy est très dure, je lui ai dit que je voudrais un minimum de reconnaissance, il n 'y en as pas, c'est peut être le but de la thérapie, je ne sais pas, c'est un psychiatre, je vais me tourner vers une autre méthode de thérapies cognitives pour m'y retrouver, ce manque de reconnaissance pour me reconstruire
5 messages
P
Patrick.L
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 15.05.2017 22:42
Bonsoir Pascale,

Merci tout d'abord pour ce message que vous lancez comme une bouteille à la mer... sachez que je connais et que je reconnais vos souffrances, toutes vos souffrances. Je ne les connais que trop bien...

La reconnaissance, le soutien, la compréhension, l'amour sont des besoins fondamentaux pour nous tous, c'est normal que vous éprouviez ce besoin. L'une des raisons pour laquelle nous nous battons contre la prescription est la reconnaissance qu'offre le statut de victime officiellement reconnue par la justice.

La reconnaissance peut se manifester sous plusieurs formes: dans les groupes de parole sous la forme d'une écoute attentive et sans jugement, d'un accueil de tout ce que vous voulez partager. Avec la psy, la famille ou les amis, sous d'autres formes encore. Pour vos enfants c'est peut-être compliqué de gérer leur propre souffrance (ils sont certainement été sensibles à la vôtre et il leur faudra du temps pour apprendre à vivre avec, comme il vous faut du temps à vous. Quand ils auront fait du chemin de leur côté, ils reviendront vers vous comme je l'ai fait moi-même avec ma mère).

Quant au psy... peut-être avec une autre personne vous vous sentirez davantage entendue et reconnue ? C'est une question de compatibilité entre sa personnalité et la vôtre. Dans l'annuaire des pros il y a des adresses de psys qui ont été testés et recommandés par les membres de l'association.

Ce à quoi je voudrais vous inviter dans l'immédiat, c'est vous offrir à vous-même cette reconnaissance pleine et entière, à devenir l'infirmière et l'amie dont vous avez besoin. A vous dire: "oui je suis une survivante, oui c'est difficile, mais j'ai beaucoup de ressources en moi, j'ai déjà traversé bien des épreuves et j'y arriverai". Le pouvoir de l'auto-compassion est très grand, et j'espère qu'il pourra vous aider sur votre chemin. Et sur ce chemin, il y a encore beaucoup de belles rencontres et de beaux moments qui vous attendent.

bien à vous
Patrick
A
Adèle9
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 16.05.2017 00:06
Bonsoir Pascale,

Je partage le conseil de Patrick d'être votre infirmière, votre meilleure amie. Prendre soin de vous, je sais ce n'est pas simple quand on a subi des traumatismes tels que les vôtres. Je suis sûre que vous avez plein de ressources en vous et qu'il est possible de les faire sortir. Vous avez survécu...
J'ai bientôt votre âge et un long parcours de soin, changer de thérapeute est possible et peut vous aider. Il y a différentes approches....


Je vous envoie tout plein d'ondes positives

Chaleureusement.

Adèle9.
R
RAF
Inscrit il y a 8 ans / Actif / Membre
Publié le 17.05.2017 15:34
Bonjour Pascale,

J'entends la légitimité de vos cris silencieux de colère.

Et non, je ne suis pas entièrement d'accord avec à réponse de Patrick.

Il semble que vous n'avez pas ressenti ou eu d'échanges durant les groupes de paroles avec d'autres victimes. Et cela, je l'ai entendu. Durant le groupe de paroles en lui-même, effectivement ce n'est pas a proprement dit un échange. Mais plutôt à prendre comme temps de paroles pour chaque victime a tour de rôle et sans interrruptions.

L'avant groupe ainsi que la pose entre les deux parties sont d'avantages plus propices aux échanges entre victimes. Car le carde/fonctionnenen du groupe n'a pas/plus lieux. Donc l'interaction est possible.

Dans certains groupes villes, les victimes qui ont en envie et le souhaitent librement et sans obligation vont manger un morceau ensembles. Une sorte de transition douce. Et un temps d'échange ou le sujet n'est pas figé a un thème unique auquel se tenir.

Cela peut-être une chose à expérimenté ou non en fonction de vous.

Quant à votre psy, je ne dirai qu'une chose. Changez-s'en dès que cela vous sera possible.

Car un psy qui ne vous considère pas comme victime d'inceste, ne peut pas être en mesure de vous aider. La guérison passé par la reconnaissance des traumatismes subis par la victime et l'accompagnement de cette dernière pour aller mieux.

Tous psychiatre n'est pas forcément former pour la prise en charge de victime d'inceste. Car faire des études de psychiatrie le thème inceste est traiter (et encore fait partie du viol) en deux heures sur les bancs de l'uni. Avoir un titre en psychiatrie ne veut pas dire qu'il a la formation spécifique à la prise en charge spécifique de victimes d'incestes. Les victimes d'incestes ne se prennent pas en charge comme des victimes de viols d'agresseurs inconnus.

Ensuite, je rejoins cette fois Patrick dans le sens que vous intérieurement saurez ce qui vous convient ou non. Ainsi que les propositions thérapeutiques qui ne vous conviennent pas rien qu'à l'évocation. Donc apprendre à s'écouter est primordial. Tout comme aller à votre rythme propre et non celui de telle ou telle autre victime.

Il a été invoqué l'annuaire des pris sur le site. Oui mais il est actuellement et depuis plusieurs semaine inaccessible... et un pro peut convenir à une victime et pas à une autre. Donc c'est indicatif.

Vous avez le droit à un panel d'alternative : autre psychiatre, psychologue, art thérapeute, reiki, médecine douce, de pause Therapeutique, peinture, écriture, cuisine, chanter, n'importe quoi peut s'avérer être une thérapie efficace tout comme peut l'être pour certain et pas pour d'autres les groupes de paroles. Donc faut juste trouver ce qui a vous vous permets d'aller mieux même hors des lignes prédéfinies prédéterminées.

Accrochez-vous à vos baskets et restez obstinée dans votre volonté d'aller mieux. Car la société ne vous épargnera aucune difficulté comme pour vous empêcher d'aller mieux. Puisez toutes les astuces les trucs qu'ont trouvés d'autres victimes pour pallier à ceci ou cela. Et vous trouverez votre palette propre "efficace".
P
Pascale
Inscrit il y a 4 ans / Habitué / Membre
Publié le 17.05.2017 16:56
j'ai de l'espoir, et la spiritualité m'aide beaucoup, merci
P
Pascale
Inscrit il y a 4 ans / Habitué / Membre
Publié le 17.05.2017 17:06
là ou je suis coincé car il me fait l'arrêt maladie et congé longue durée ts les 6 mois, je vais essayer de faire des thérapies cognitives reconnues ds le stress post traumatique, car je tourne en rond pour le moment. JE parle à mon enfant intérieur ts les jours , pour savoir comment il va, quand il souffre , je l'écoute , j'ai de la compassion pour lui.j 'ai remarqué victime de pédophilie ou inceste, on est soit ds la colère ou souffrance pour ma part, donc mon enfant souffre , et je suis déterminée à guérir à trouver la paix en moi , en passant par différentes thérapies, le reiki a été efficace mais très douloureux, on corps m'a parlé, la honte est sorti tout de même..une grosse FATIGUE est présente par moments, c'est les symptômes de l'amnésie traumatique...JE ME REPOSE

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

7 337 membres enregistrés
123 050 messages
3 personnes en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !