Expression libre (public)
Témoignage
C
cecilek2000
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Adhérent
5
26
Je ne sais par où commencer, écrire m'est difficile car je vis encore une sorte de chaos intérieur.
J'ai été victime d'inceste dans l'enfance de la part de mon père, homme autoritaire, égoïste et violent, que je m'autorise enfin à détester. La seule protection a été une amnésie post traumatique et un flou total en ce qui concerne mon enfance et les maltraitances vécues, un surinvestissement intellectuel à travers mes études, dans lesquelles je me suis investie corps et âme, je suis actuellement pédiatre, peut-être pour réparer l'enfant en moi.
Mon mal être était pourtant très grand, sous jacent et plus ou moins inconscient (car j'ai toujours su au fond de moi que j'avais été violée par mon père), telle une pieuvre menaçant chaque instant de surgir, mais étant dans une sorte de déni, je culpabilisais de ce mal être. Je me tournais également vers l'alcool et autres dépendances pour continuer d'oublier, avec malgré tout une tristesse et des « envies » suicidaires.
Puis, n'arrivant pas à comprendre ce qui se passait en moi, je me suis enfin décidée à pousser la porte d'un cabinet de psy, et ce fut enfin une libération de la parole, une descente aux enfers en pouvant enfin m'autoriser à voir l'étendue du mal être profond et ses causes. Ce fut une lente et longue évacuation du pus de l'abcès purulent de l'inceste en pouvant mettre enfin les mots dessus. J'ai lavé ma plaie à grande eau sans toutefois réussir à cicatriser. J'ai pendant cette période coupé les ponts avec mes parents puis tenter de renouer pour comprendre. Mon père a plus ou moins reconnu les choses, me disant qu'il ne s'était pas rendu compte du mal que ça pouvait me faire. Ma mère n'a jamais voulu voir les choses, disant que c’était faux, que j'avais de faux souvenirs « recomposés » et qu'elle faisait le choix de suivre mon père !
Je me suis accommodée tant bien que mal de tout cela, essayant de me reconstruire et de leur pardonner.
J'ai à présent une famille, des enfants et un mari aimants. Mais à présent que mes enfants grandissent, cela a ravivé mes plaies et j'ai de nouveau sombré dans une grosse dépression de laquelle je me remets petit à petit grâce aux médicaments. J'ai aussi suivi une thérapie par EMDR, qui a permis de nouveau de remettre à jour mon traumatisme afin de mieux le digérer.
Néanmoins, je suis toujours dévastée et en deuil de mon enfance. Mon entourage, en dehors de mon mari, est dans un déni total de ce qui m'est arrivé et de ma souffrance, ce qui est ma deuxième peine.
Mais l'essentiel est à présent de protéger mon couple et mes enfants.
4 messages
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 14.06.2018 15:24
Chère Cecilek2000,

Je suis très touchée par vos mots.
Je suis en deuil aussi de mon enfance et le réalise bien ces jours-ci.
Parler, ça me fait du bien. Que ce soit de l'émotion de confusion, de colère, de tristesse ou de regrets libérer ma parole sur la dernière année m'a énormément aidée.

Une partie de moi sait qu'elle a été violée et une autre partie retient encore les détails et le nom de la personne. Là aussi j'accepte que c'est parce que je pense que ça ferait trop de deuils d'un coup. J'ai déjà beaucoup à enterrer et laisser partir après un an notamment beaucoup des douleurs de mon enfance, de la relation d'inceste de ma mère sur moi et c'est déjà énorme.

Je vous souhaite de ne rien vous refuser dont vous sentez le besoin pour vous et je vous souhaite de tout coeur également la bienvenue sur cet espace de parole et d'écoute.

De tout coeur

Lena
G
garnaro
Inscrit il y a 3 ans / Habitué / Membre
Publié le 15.06.2018 11:07
Bienvenue sur le forum cecilek2000.
C'est déjà dur d'avoir vécu l'inceste de son père, mais alors la famille qui humilie et rejette en plus... c'est la caractéristique de l'inceste. La double peine comme tu dis.

Tu écris que tu essaies de te reconstruire et de leur pardonner. La question du pardon me bloque totalement pour le moment. Bon, je commence juste à oser m'occuper de moi avec l'aide d'une psy. Et j'avoue que j'aimerais bien me reconstruire, mais sans passer par la case pardon. Je pense, ou je crois plutôt, que pardonner est une fausse piste. L'impression que c'est juste balayer la parole, ignorer le problème, se forcer à se taire.
Si les gens guérissait avec le pardon, je crois que depuis le temps, ça se saurait.

Courage. Prends soin de toi.

PS : tu as vu que tu as écrit dans la partie publique du forum ?
C
cecilek2000
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Adhérent
Publié le 15.06.2018 11:45
Chère Lena
Merci beaucoup de votre soutien, cela fait chaud au coeur, surtout en ce meoment où je me sais très isolée. Je ne peux en parler avec ma famille, et mon mari redoute mes pleurs incontrolables. Bref, je suis encore et toujours en détresse. J'ai mis beaucoup de temps avant de libérer ma parole et encore plus avant de témoigner sur ce forum.
Bien à vous,
Cécile
C
cecilek2000
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Adhérent
Publié le 15.06.2018 11:57
Bonjour
Merci beaucoup. En effet, ma mère m'a rejetée, et je dois en faire le deuil aussi. Ma soeur me dit que c'est impossible car elle n'a pas vécu d'inceste avec mon père. Elle ne veut plus entendre parler de tout cela et de ma souffrance, elle dit qu'elle en a marre qu'on lui ravage sa vie et qu'elle veut se protéger. Ma tante paternelle dit que c'est impossible, que son frère n'a pas pu faire ça à sa fille, qu'il faut arrêter de chercher des problèmes là ou il n'y en a pas et elle m'infantilise complètement alors que j'ai 42 ans !!!
Bref je suis très en colère. N'ayant pas été élevée dans la religion, je me suis tournée vers Dieu pour comprendre le pardon, mais en effet, il semblerait que je ne puisse pardonner tous ces actes et paroles malveillantes qui me font tant souffrir.
Etant nouvelle sur le forum, je n'ai pas vu ou je postais mon témoignage, mais le hasard fait bien les choses puisque j'en ai marre de me taire, marre que l'on me baillonne. J'ai besoin de témoigner, de sortir de la honte profonde et que je n'y suis pour rien. Mais j'en ai marre d'avoir cette maladie honteuse qu'est l'inceste; je suis révoltée du silence auquel on condamne les victimes, sans aucune aide dans les histoires comme la mienne, avec des psys à payer (cher) et aucune aide financière, puisqu'il y a prescription et que de toute façon, je n'irai pas en justice pour qu'on m'accuse encore une fois de détruire la famille. De toute façon, mon mari s'y oppose.
Merci beaucoup de ton message qui me fait me sentir moins seule.

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

7 362 membres enregistrés
123 061 messages
5 personnes en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !