"Appelle-nous papa et maman", née en Corée, adoptée à 8 ans

Actualités Publié le 28.08.2014

Face à l'inceste est heureuse de vous présenter le dernier livre autobiographique d'Emilie Fédou, bénévole dans notre association depuis plusieurs années. Arrachée à son pays et à sa culture à l’âge de 8 ans, Mee Sun devient Émilie Fédou et intègre une famille dysfonctionnelle : mère sans amour, père violent, grand-père incestueux, racisme omniprésent, rien ne lui sera épargné. Ce témoignage bouleversant et nécessaire fait tomber le mythe de l’adoption salutaire en donnant la parole à l’enfant.

Depuis le milieu des années 70, plus de 200 000 enfants coréens ont été adoptés par des familles françaises. Devenus adultes, rares sont ceux qui acceptent de revenir sur leur vécu. Ils sont discrets, voire mutiques sur leur condition d’enfant adopté international. Le témoignage d’Emilie Fédou fait voler en éclats les tabous les plus forts sur le sujet.

Pour Mee Sun, devenue Emilie, son adoption à 8 ans par une famille française n’a pas été vécue comme une seconde « chance ». Le cœur brisé par l’arrachement à son pays d’origine, elle intègre avec son frère et sa sœur une famille où, entre un père violent et une mère névrosée, battue régulièrement par son mari, elle doit en outre subir les manœuvres incestueuses de son « Papy ». Maltraitée et en souffrance, Émilie vit un véritable déni de l’adoption et traverse une crise identitaire. Un jour, elle prend la décision de rechercher sa famille biologique. Sa quête l’amènera sur les traces de son enfance… en Corée du Sud.

Déni d’adoption, trouble de l’attachement, les enfants vivant un choc lié à l’abandon peuvent avoir de graves séquelles sur leur développement. Une fois adoptés, ces enfants ne guérissent pas seuls et on peut assister à de grandes difficultés, voire à des échecs de l’adoption. A cela s’ajoute souvent une rupture totale des liens avec leur pays d’origine et parfois des parents toxiques et maltraitants.

Certains parcours réussis occultent la souffrance d’autres, moins chanceux. Ce livre est le premier témoignage qui dénonce le sort de certains enfants adoptés à l’étranger. Il comble un manque crucial d’informations sur le sujet et s’adresse à toutes les familles concernées de près ou de loin par l’adoption.

Émilie Fédou est née et a été abandonnée en Corée du Sud. Trente ans après, elle raconte comment elle a réussi à se réconcilier avec son identité. Emilie Fédou milite aujourd’hui aux côtés de l’Association Internationale des Victimes de l’Inceste. L’auteure réside à Paris.

Informations pratiques : Sortie le 11 septembre 2014 – Prix :  19,90 euros – 330 Pages Editions Max Milo

Commander le livre