Communiqué : La prostitution n'est pas un travail mais une violence !

Actualités Publié le 22.11.2013


Pics on Sodahead (Picture of drug-addled Ukrainian prostitute)

Aux détracteurs de la loi visant à protéger les personnes prostituées, à ceux qui veulent entendre les principaux concernés,  nous victimes de l’inceste, prostitués par nos parents et par nous-mêmes, affirmons, en connaissance de cause, que la prostitution n’est pas un travail, ni une fonction sociale, ni une relation sexuelle tarifée, c’est une VIOLENCE faite aux femmes et aux hommes prostitués.

12% des victimes d’inceste interrogées par Face à l'inceste déclarent s’être prostituées (sondage IPSOS pour Face à l'inceste 2010). 80% des personnes prostitués sont des victimes d’inceste, et si l'on ajoute les abus sexuels (hors inceste) et viols, on frôle les 100 % (SOS Femmes). Se prostituer ou être prostitué par un proxénète est toujours le résultat d’une grave fêlure dans l’enfance qui se traduit par une exploitation, une victimisation par autrui ou par une autodestruction inconsciente. Certaines victimes tenteront de se suicider (les victimes d’inceste font en moyenne deux tentatives de suicide dans leur vie), s’alcooliseront, deviendront anorexiques, toxicomanes, d’autres subiront des violences conjugales, des viols… Celles-ci trouveront peut-être de l’aide, pourquoi pas celles qui se prostituent ?

Si, informés de la réalité de la prostitution, nous la comprenons comme une VIOLENCE, nous ne pouvons prôner qu’il s’agit d’une liberté individuelle à disposer de son corps, ni d’une fonction sociale, encore moins comme de la sexualité. Ceux qui parlent ainsi ne sont pas informés d’autant qu’il y a de plus en plus de mineurs qui se prostituent. Les victimes d'inceste commencent à se prostituer plus tôt que les autres (17 ans contre 24, selon le n°131 de Prostitution et société) espérant retrouver un peu de pouvoir face à des années d’impuissance aux mains de leur agresseur.

Pour insulter une personne, on la traite de « sale pute !» et non de « sale plombier ! » ou « sale ingénieur ! ».  Transformer l’asservissement du corps et de l’esprit des personnes prostituées en « métier », «en travail du sexe » est un déni confortable pour occulter la violence de la prostitution. Croire qu’un être considéré et acheté comme un objet sexuel peut vivre cela comme un choix personnel,  c’est faire preuve d’une grande naïveté ou d’une grande perversité

Une personne prostituée est une personne fragile, victimisée, que la société doit protéger.   Nous devons aider les personnes prostituées à sortir de l’enfer dans lequel elles se trouvent, comme nous le ferions pour une victime de viol. Car la prostitution est un viol permanent du corps et de la dignité humaine, dignité volée aux enfants dans la plus grande indifférence. Et  c’est bien à l’Etat d’agir et de légiférer pour protéger les plus faibles.

Enfin, si les clients, salauds ou pas,  vivent une misère sexuelle ou affective, ce n’est pas en monnayant quelques minutes de sexe avec une personne prostituée qu’ils résoudront leurs problèmes. Qu’ils aillent voir un psy, ce sera bien plus efficace. Par ailleurs, il faut avoir conscience que la personne la plus dangereuse pour la personne prostituée est le client, celui qui menace, frappe, viole, mutile, parfois tue, se croit tout permis parce qu’il paye. Quel bonheur de faire cela en toute impunité !

Nous, victimes de l’inceste, l’école de la prostitution, demandons à tous, citoyens, associations, politiques, salauds, salopes, artistes, penseurs, de s’informer auprès de nous et de soutenir le projet de loi visant à protéger les personnes prostituées.

Témoignage : L’inceste, école de la prostitution

Loin de  l’expression d’une  liberté individuelle, voici l’une des nombreuses conséquences de l’inceste dont la prostitution est une violence auto infligée parmi d’autres :  

Témoignage : La vie est dure, survivre aussi

Quelle vie ai-je aujourd'hui? je déteste ce corps, j'arrive pas à me dire que c'est le mien, a en prendre soin parce que ce que je vois dans le miroir, c'est un reflet de ce salaud... Oui je me suis prostituée, oui mes bras sont couverts de cicatrices, oui je dois maquiller mon cou parce que parler et n'être pas crue m'est resté en travers de la gorge ; oui j'ai des problèmes de bouffe : je vais me faire vomir quand l'envie m'en prend pour avoir le sentiment d'être purifiée, ou alors je ne bouffe plus... mais mon corps est traitre : il enfle au fur et à mesure que les mots restent en moi ; oui je bois pour arriver à dormir certains soirs, je fume parfois pour les mêmes raisons...oui j'ai parfois envie de me foutre en l'air.

Faut pas se mentir ma vie ce n’est pas le paradis ! Chaque jour faut se lever et aller en cours, faire comme si tout allait bien et c'est fatiguant d'être ce pantin souriant qui a si mal à l'intérieur, qui devient fou dans sa tête parce qu'il a besoin de parler mais personne avec qui échanger...oui ça fait mal de s'être fait anéantir ainsi...pis j'ai 24 ans ; l'instruction est en cours , c'est ce que je voulais en rouvrant le dossier, mais y'a une douleur qui grandit au fur et à mesure que ça avance.

En verrai-je le bout de tout ça ? Est-ce que je pourrai trouver un homme qui me comblera ? Est-ce que je pourrai avoir des enfants sans me dire que c'est être envahie une fois de plus ? Est-ce que j'arrêterai de voir les hommes comme des monstres et des agresseurs potentiels ? Est-ce que j'arriverai à faire ma vie sans trainer ce boulet de douleur et de souvenirs ? Même si ça choque, ben oui je préfèrerais être morte plutôt que de vivre ça ; mes copines s'éclatent et moi… La mort et la folie me guettent chaque jour. Ça ne devrait pas être une vie à 24 ans.