Lettre aux candidats à la présidentielle 2007

Actualités Publié le 29.05.2007

 

Objet : Vos propositions pour lutter contre l’inceste

Paris, Le 1 mars 2007

Madame, Monsieur,

Nous sommes une association de victimes d’infractions sexuelles internationale née sur Internet en 2000. Nos membres sont principalement français, belges, suisses, canadiens. Nous connaissons ainsi par nos échanges, les politiques de différents pays en matière de lutte contre l’inceste et la pédocriminalité.

Attentifs à la prise en compte de leur situation, nos membres, victimes, proches de victimes et professionnels confrontés à l’inceste, ont examiné les propositions de tous les candidats à l’élection présidentielle avec la plus grande attention.

Nous sommes nombreux à vouloir connaître en détails ce que vous comptez faire pour lutter contre l’inceste et la pédocriminalité pour les enfants et adultes concernés en matière de détection et de prévention, de justice, de prise en charge des victimes, de recherche, formation, information et tout ce qui concerne ce fléau de santé publique qui touche 20% des femmes et 7% des hommes avant l'âge de 18 ans (Source CRIPHAS).

Depuis quelques années, à l’exception de la loi Perben 2 en 2004 qui a rallongé le délai de prescription de 10 ans, rien n’a été fait pour les victimes d’inceste. Malgré la promesse de deux gardes des sceaux, Mr Perben et Mr Clément, l’inceste n’a pas été inséré dans notre code pénal suite à la mission parlementaire menée par C. Estrosi. Ce vide juridique laisse toujours plus d’agresseurs en liberté alors qu’ils sont déjà plus de 95% à ne jamais être puni pour leur crime. Pour en savoir plus, vous trouverez ci-joint, notre manifeste de 2004, signé par 10 000 personnes le 20 novembre, place de la Bastille lors de notre opération « 50 000 nounours face à l’inceste ».

Pour les personnes concernées par l’inceste, il y a des répercussions dans tous les domaines de leurs vie (social, professionnel, santé, familial…). Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de réelle volonté politique de prendre en charge ce problème. Mais vous, que ferez-vous ? A l’heure des présidentielles puis des législatives, pour nous victimes d’inceste, votre action dans ce domaine sera primordiale.

Nous vous remercions de votre réponse que nous ne manqueront pas de publier sur notre site Internet et sur ceux de tous nos partenaires.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos respectueux sentiments.

Isabelle AUBRY, Présidente