Anne du 13

Témoignages Publié le 17.08.2010

Fotolia_1028172_XSJ'ai envoyé un courrier à mon père le 03/08/2010 pour lui demander des explications et des excuses concernant cette journée où il m'a donné une gifle sans raison il trouve que je travaille mal que j'arrive toujours en retard et que je veux faire couler la société. En plus je travaille dans sa boite. Depuis ce jour, des souvenirs remontent de mon enfance.Ma mère ne m'appelle pas pour savoir si je vais bien. Bref ils s'en foutent de moi. J'ai été malade pendant plus d'un mois : crises d'angoisse, pleures, la peur, la colère. Maintenant, j'ai parlé à mon père pour qu'il s'excuse de ce qu'il m'a fait petite et il me menace que je le paierai très cher si je continue à dire ça. Malgré ça je me sens mieux d'avoir écrit cette lettre et de lui avoir dit même s'il dit que je suis une folle.

Nous en parlons
A
Anne_
Publié le 04.09.2010
Inscrit il y a 11 ans / Actif / Adhérent

La suite de mon dialogue de sourd par mail avec mon frère où je lui demandais des explications, de mon dialogue de sourd avec mon père au téléphone, de l'absence de communication avec ma mère la "grande muette" : une lettre de mon père il y a 48 heures dans laquelle il me demande instamment (une sommation ! quoi) de prendre une décision [u]personnelle[/u] concernant une entrevue avec mes deux bourreaux auxquels j'aurais selon lui le [i]devoir[/i] d'accorder un droit de défense, sans quoi il pourrait y avoir de [i]graves conséquences pour ma vie et pour trois familles.[/i] Ma mère termine le courrier (tellement inattendu !) pour ne parler que [i]d'elle[/i].

Je reprends tes mots : "Bref ils s'en foutent de moi." Mon père me menace lui aussi. Je découvre enfin le vrai visage de ces gens biens sous tout rapport, qui auraient voulu de leurs enfants le meilleur mais qui ne sont pas fichus du minimum de considération pour leur fille blessée.
Je ressens aujourd'hui que j'ai tous les éléments du puzzle pour me détacher d'eux, vivre enfin [b]ma[/b] vie sans devoir quoi que ce soit à mes parents en vertu du sacrosaint lien filial.

Dénoncer leurs crimes aux coupables est notre seule chance de revivre après une longue période de survie.
Je te souhaite le meilleur pour la suite de ton parcours

A
Anne_
Publié le 19.08.2010
Inscrit il y a 11 ans / Actif / Adhérent

un grand bravo pour cette mise au point !
vite : changer de boulot et de société !
tu connais la vérité, lui aussi. Même s'il ne la reconnaît pas, tu sais ce qu'il a fait.
Suis ton chemin sans te préoccuper de ses menaces : il a à perdre, pas toi. Ton bien être est à reconquérir

n'hésite pas à te faire accompagner par un psychologue, une association d'aide aux victimes
beaucoup de courage pour la suite