C'est a se demander qui est le con qui a dit "elle est pas belle la vie" !

Témoignages Publié le 13.10.2010

Fotolia_3402902_XSBonjour a tous/toutes. En ce mois d'octobre, je roule vers mes 19ans, age de la liberté, de l'insousciance, de la folie ! Et bah non. Certes, je roule vers mes 19ans, mais, c'est plutot l'age de la prise de conscience, de l'enfermement, et j'espère de la thérapie ! Ca donne envie de les avoir hein. Mon frère, 20ans, ce gaillard, grand, fort, drole, m'a détruite. Ni plus ni moins. Je ne sais pas si je suis encore vierge, je ne sais pas comment tout c'est terminé, ni même pourquoi a ça commencer.

Je me souviens simplement de détails, dont je ne suis pas fier, comme faire du chantage, je lui disais très souvent "DONNE MOI LA TELECOMMANDE SINON JE DIS TOUT A MAMAN!". Je me souviens de scènes très précise, comme sur le retour des vacances, dans la voiture familial. Ma soeur dormant par terre avec une couette avec des poissons et des dinosaures , ma mère coté passager avec le siége baissé en train de dormir, mon père conduisant la caravane, et mâchant son chewing-gum la bouche ouverte, et mon frère et moi "dormant" sur les siéges arrière, ses pieds a ma téte, et vise versa. Bref, je me souvient de beaucoup de scènes, de beaucoup de details, mais j'ai zappé l'essentiel. Comment ca a commencer ? Est ce que je l'ai cherché ? Est ce que c'etait un jeu ? Pourquoi il a subitement arreter ? Comment est ce qu'il a pris conscience des choses ? Je lui ai fait des remarques ? Je n'en sais absolument rien. Le trou noir. 

Il y a un an, quasiment jour pour jour, puisque c'etait en octobre dernier, je lui ai fait des reflléxions du genre "tu n'as rien a me dire toi, vu ce que tu as fait" ! Il a fait la tête, oui oui, il a boudé ! Monsieur n'etait pas content. Ca pourrait se savoir. Imagine si Maman l'apprend !?

Nous en avons donc parlez, je suis aller le voir en disant que si quelqu'un devait faire "la gueule" c'etait moi, et non pas lui. Nous avons parlez, il ne m'a pas demander pardon, mais je pense qu'il regrette. Il m'a dit qu'il ne savait pas au debut que c'etait mal, il voulait reproduire les trucs de la télé. Il m'a dit qu'il a arréter parce que je me suis vraiment enervée, qu'il n'aurait pas prit conscience du mal sinon. A 17 ans donc, j'ai mes premières reponses. Les films érotiques d'M6 sont donc les scènes qui m'etaient destiné. Tous les dimanches soir, vers les 3heures du matin, c'etait donc "MON" heure, l'heure de passer a la casserole. L'heure de "bouffer du zizi", l'heure de faire comme si on dormait encore, l'heure de se dire dans sa tête "c'est pas ton frère adoré, c'est pas ton frère adoré!", l'heure de se faire bouffer les seins. L'heure ou on espére de tout coeur que sa Maman va rentré dans la chambre, et engueuler tellement fort son frère qu'il sera obliger de vous donner tous ses chocolats de paques ! Mais, de mes 7 ans à mes 12 ans, aucunes Maman, aucuns Papa pour venir un dimanche soir sauver sa fille. Rien du tout. 

Je n'ai jamais su me concentrée sur quoi que ce soit, au collège, j'etais la première a faire des bétisses, toujours au fond de la classe, avec les garcons. Ma première année au collège se resume au comportement que j'avais avec les garçons. Impossible de dire non. "Tu veux sortir avec moi ? -Si tu veux!" J'ai été une fille a garçons, donc un an. Pas de grandes folies, puisque j'étais vite remplacé par une autre plus "gentille". La deuxième année, année ou mon frère a arreter M6, je m'habiller de jogging larges, finis le maquillage, toujours aussi folle, j'ai commencer a oublier les dimanches soirs. La troisiéme année, les jeans etaient deja de retour, la maquillage aussi. Mais, la peur de l'engagement était resté. Je ne comprenais pas pourquoi.

Classe de 3eme, toujours aussi nul a l'école, je commence a me souvenirs des dimanches soirs, je n'ai pas eu de "gros dénis". Le début des problèmes, plus envies de sortir, plus envies de faire de nouvelles rencontre, plus envie de rien, mise a part de bouffe. Et vas y que je te mange les paquets de chips, le pot de nutella, les kinder, les glaces, le paté ! Tout y passé. J'ai ensuite, durant l'été de mes 15ans, fait la rencontre de l'alcool, depuis, des qu'une occasion de se présente, je suis la championne de descente de whisky ! A tout ca, nous pouvons ajouter a l'été de mes 17ans, les joints. Et, a chaque fois que je quitte mon état normal, je suis encore plus déprimé, j'ai un court instant de joie, et des que je suis seul, ou alors, en petit groupe, 3 ou 4 personnes, je déprime totalement. 

Je parle parfois de ce qu'il c'est passé, a ma soeur, a mes amies, mais j'ai l'impression qu'elles prennent ca a la légére, les "passe a autre chose", "tourne la page" tombent a foison. J'espère donc avoir la forces de faire une thérapie. J'ai peur de voir tout resurgir d'un coup, d'etre encore plus mal que maintenant. C'est la seule chose qui me fais doutée. Je ne vis pas. Je suis doucement en train de m'enfoncer, je m'en rends compte, mais je n'arrives pas a m'en sortir ! 

Ah, y a pas a dire, l'inceste c'est une sacrée merde ! 

Nous en parlons
O
Ophélie
Publié le 27.11.2010
Inscrit il y a 11 ans / Nouveau / Membre

Merci a vous, pour toutes ces réponses, ca me touche énormément ! Tout ce que vous me dites est vrai, je dois me poser les bonnes questions avant d'entamer quoi que ce soit. M'accrocher dans tout les cas, trouver THE thérapeute, et continuer, même si le chemin est bourré d’embûches.
Annaelle, merci pour cette analyse, je vais prendre tout tes conseils, les appliquer, tu as raison, mon frère a totalement joué de son role, pour "m'avoir" ! Et encore maintenant, pour avoir se qu'il veut, il en joue.
Mad Cat, j'espère de tout coeur, qu'on s'en sortira, qu'on pourra être respectable, ce que tu es, je n'en doute pas. Prends confiance en toi.
Anne, je continuerai la thérapie, quoi qu'il arrive, avec toutes les difficultés que ca engendre... .
Lilie, soit forte, voit peut etre un professionnel, qui pourra t'aider, parle en, n'hésite pas.

Encore une fois, merci a vous. De vos réponses, de ne pas me juger. De votre aide.
Je vous embrasse, au risque de me répéter encore un peu, MERCI ! Prenez soin de vous.

Ophélie.

A
Anne_
Publié le 15.11.2010
Inscrit il y a 11 ans / Actif / Adhérent

famille ou amis, pour parler du quotidien, oui, mais pas pour ce qui fait mal à l'âme et qui détruit les envies.
vois un professionnel, entame une psychothérapie. n'attends pas des résultats demain, sache que le chemin est long, difficile, mais sache aussi que l'entreprendre à 20 ans est toujours mieux que de ne pouvoir le faire qu'à 32 ou plus tard. Si j'avais su que j'en avais le droit et la possibilité, je n'aurais pas hésité, mais la vie de province dans les années 80 ne me l'a pas permis.
courage, à toi aussi Lilie
battez-vous ! encore et encore, inlassablement, pour retrouver votre raison de vivre, c'est possible !

E
Elisabeth
Publié le 14.11.2010
Inscrit il y a 10 ans / Actif / Membre

Tout n'apparaît pas d'un coup... c est un long travail et cela se fait progressivement. Tu iras mal, je ne peux pas le cacher. Mais ce sera sous le contrôle d'un professionnel pour atteindre un mieux. Mieux vaut cela qu'un mal à vie ! Tu viens de faire un premier pas.... vas-y