Face à des Titans

Témoignages Publié le 22.09.2014

Face à des Titans

Bonjour à toutes et à tous,

J'ai aujourd'hui 20 ans, et le silence me ronge à n'en plus finir, j'ai décidé de parler, pour moi, mais aussi pour les autres, sortez de votre silence sans quoi ils auront gagnés. 

Je m'appelle M****** je suis la dernière d'une famille de trois enfants, j'ai donc un grand frère de 26 ans et une grande soeur de 28 ans. 

A mes 16 ans, lors d'un nouvel an bien arrosé, j'ai eu un flash back, je me met à pleurer d'angoisse et de panique, je prend trois quatre vraies amies sous le bras et on se met dans une chambre où je leur annonce le cauchemars que j'ai pu vivre vers mes 6-8 ans. Ma soeur a sexuellement abusé de moi. j'avais peur qu'elles ne me croient pas, qu'elles me prennent pour une menteuse. Ca n'existe pas entre filles ? Mes amies m'ont données pleins d'attentions et m'ont témoigné leur compassion, je les voyait abasourdis, les épaules trop petites pour porter ce fardeau. Je me sentait honteuse de leur avoir dit, mais je ne pouvais pas faire autrement. Elles m'ont vivement conseillé d'en parler à quelqu'un, un psy ou bien une personne de confiance. Mais non, c'est trop dur, trop honteux, trop lourd, trop horrible, trop douloureux... Je pensais que la meilleure chose à faire serait de me murer derrière ce silence déjà long de 10 ans. Je me trompais... 

Quelques temps après, je rencontre mon copain, je découvre avec lui ma sexualité, et je lui ai demandé de faire l'amour avec moi pour que je ne sois plus considérée comme un objet sexuel, je lui en ai donc parlé et de peur qu'il ne me croit pas je l'ai supplié de me faire confiance. Je pense qu'il était lourd pour lui d'entendre que sa copine ait été victime d'inceste, lui aussi avait les épaules trop petites, ce qui est normal. Lui aussi me dit d'aller en parler à quelqu'un, mais non, je ne veux pas parler, ça fait encore trop mal. 

Alors je laisse couler, je suis en train de pourrir de l'intérieur en m'affichant forte, courageuse et indémontable. Mais punaise, qu'est ce que j'ai mal, je souffre. Je dois la remercier à tous les Noël, aux anniversaire, je dois la féliciter pour son mariage, je dois la féliciter pour ses enfants... mais je dois surtout me taire, me taire, me taire, me taire, me taire... Elle exerce une pression psychologique implacable. Je ne sais pas si elle s'en souviens, si elle sait que je sais...

C'est une manipulatrice hors pair, elle a détruit toute notre famille en essayant de nous liguer les uns contre les autres, elle choisissais tous ses petits amis rien qu'a la couleur de leurs yeux elle a eu 5 enfants en 4 ans (aucun jumeaux) en "oubliant sa pilule". C'est une personne dépourvu de considération pour les gens je suis certaine qu'elle n'a quasiment aucune considération pour son mari et pour ses enfants. Elle les élève dans un climat de peur, elle est perverse. Elle ne les rassure jamais, la peur est ce qui maintien ses enfants près d'elle. Pendant une énième période d'embrouilles avec elle, elle a été capable de prendre son premier enfant pour le mettre sous le nez de ma mère et hurler "tu vois ça, tu ne le reverra plus jamais !". Quelle mère fait ça ?

De temps en temps j'essaie de me renseigner sur internet en tapant 'inceste soeur soeur" ou "inceste entre filles" mais je ne tombe que sur des scénarios de films pornographiques. Je me sens encore plus honteuse. J'ai encore plus envie de me taire. Comment mon copain me voit? 

Bref, les années passent, je me rapproche de mon frère qui a pourtant toujours été sous sa coupe, elle l'a manipulé depuis son plus jeune âge en jouant sur le fait que tous deux ont été adoptés. Il était en éternelle admiration devant ma soeur. Mais heureusement, mon frère a rencontré sa copine, et elle, voyait clair dans le jeu de ma soeur, elle essayait de le faire comprendre à mon frère et avec elle j'ai noué un très bon lien d'amitié. 

Il y a 3 mois, ma belle soeur m'appelle (comme tous les jours) pour me dire qu'elle a besoin de me parler, mais elle ne sait pas comment me le dire ni si j'ai les épaules pour porter ça, elle a peur que je prenne tout ce qu'elle va me dire trop a coeur. Elle m'avoue que son beau-père l'a rejoins dans son lit lorsqu'elle était petite. Je m'écroule. Je fond en larme. Enfin quelqu'un d'autre autour de moi victime d'inceste. Enfin, je vais pouvoir confesser mon cauchemars à quelqu'un de ma famille. Je lui avoue que j'ai été victime de ma soeur. Elle hallucine et est prise d'envie de meurtre. J'ai mal. J'ai très mal. Mais au moins c'est dit. Enfin. 

Avec ma belle soeur nous commençons une "thérapie" de bistro à deux. Ca nous fait un bien fou. Et on finit par se dire que ma soeur à 5 enfants, elle vient d'avoir sa première fille qu'elle voulait à tout pris. Je ne peux pas laisser mes neveux entre ses griffes, je les aime trop pour prendre le risque. Je ne jouerais pas leur vies sur un coup de poker. Je vais parler ! Je veux qu'elle soit dénoncer comme perverse sexuelle. Petit a petit ma tristesse se transformer en défense, j'en fait une force. Ma belle soeur me soutient. Je veux en parler à mon frère. 

J'en parle à mon frère. J'étais effondrée. Que va-t-il penser de moi ? C'est sa grande soeur chérie après tout ! Pourtant... Il m'annonce que lui aussi a été victime de notre soeur et qu'elle l'aurait fait sous mes yeux lorsque j'avais 3-4 ans (je n'ai aucune souvenir). Quelle perversité. 

Je tombe des nues. Je veux la tuer. Je ne veux plus qu'elle respire le même air que moi. Mon frère... Mon grand frère adoré... 

Durant cette période, je devais également faire face à pas mal d'autres problèmes privés, je devais surmonter une rupture de 4 ans de relation avec le garçon a qui je m'étais confié, mes parents venaient de me mettre sur le dos l'échec de leur couple, je n'avais aucune piste pour mon orientation scolaire, j'étais en échec. Je n'avais plus de force. 

Je me confie à ma psy. Epaulée de ma psy, de mes amies, de mon frère, de ma belle-soeur et de sa famille, je parle. Avec mon frère, nous l'annonçons a nos parents. 

Ma mère est présidente d'une association féministe, elle est engagé auprès de tous ce qui est abus des femmes, notamment de l'inceste. Elle a elle aussi été victime d'inceste. Pourtant, ils ne comprennent pas que je puisse être aussi détruite. Mon père me dit "tu es trop intransigeante avec ta soeur". Ma mère me dit "tu es trop dur avec elle". Je leur répond "elle m'a violée, elle m'a violée ! je ne serais jamais trop dur avec elle !!". J'étais déçue. Nous avons dis à nos parents que nous étions inquiets que deux de nos neveux (5 et 3 ans) aient des tocs de succion alors que ma soeur ne les a jamais allaités. Ils nous ont rigolé au nez. Pourtant, les petits sont bourrés de tocs et ont peur de tout ! Juste après cette discussion, mes parents en profitent pour me rappeler tout ce qui les emmerde chez moi au quotidien. Je suis en train de devenir folle. Je veux mourir, je venais pour leur parler, ça m'a fait un mal de chien, avant de leur parler j'ai essayer de me mettre à leur place pour les préserver un maximum et voila qu'il m'enfonce a coups de marteau. 

Je veux mourir. Je m'en sortirait jamais. Mais à chaque fois je pense aux enfants, à mes neveux, je ne peux pas les laisser comme ça. C'est le loup dans la bergerie.

Mes parents vont parler à ma soeur. Je m'attendais à ce qu'elle devienne hystérique comme à son habitude, mais non. Elle est restée très calme c'est pourquoi mes parents ont "été agréablement surpris" et la soutiennent Oui, mes parents la soutiennent. Elle leur a dit que elle ne se souvenait de rien et qu'elle se sentait blessé que l'on puisse penser qu'elle serait un danger potentiel pour ses propres enfants. Elle à également ajouté qu'elle ne voulait pas nous voir. Mes parents croient qu'elle ne s'en souvient pas, il l'a croient ! Ils nous ont demandé de l'aider à se souvenir de ce qu'elle nous a fait et elle a promis d'aller se faire soigner si jamais elle s'en souvenais (oui bien sûr). Mais il faut qu'on attende qu'elle accepte de nous voir. JE CROIS REVER ! Quand mes parents m'ont dit ça je leur ai dit "elle s'en souvient, elle s'en souvient, elle ne peut pas avoir oublié, elle avait minimum 14 ans pour moi et je la revois prendre du plaisir !!". Eux non plus ne la voient pas comme un danger potentiel pour ses enfants, alors je leur dit "vous nous pensiez en sécurité avec elle ?"... "oui". 

Après tout ceci, mes parents ont passé une semaine de vacances avec elle. Je pense que parce que ça s'est très mal passé avec elle, depuis qu'elle a des enfants, c'est eux qui font son armure et mes parents tombent en plein dans le piège et du coup ils se rapprochent d'elle parce qu'elle a des enfants. Ils nous ont même demandé de ne pas venir a deux repas de famille aux dépens de ma soeur. ce sont eux qui ont trouvé les excuses auprès de la famille. Alors bien évidemment, avec tous ça, mon beau frère nous traite de menteurs mon frère et moi. Je ne peux même pas le lui reprocher après le comportement de mes parents ! 

Ils disent qu'ils nous soutiennent mon frère et moi mais qu'ils soutiennent également ma soeur. Pour moi, soutenir ma soeur ce n'est pas soutenir mon frère et moi.

Jusque là je me mettais a leur place en disant que ça doit être terrible pour eux, qu'ils faut les excuser, qu'ils se rendront compte plus tard. Mais j'en ai assez, personne ne se met à ma place dans l'histoire, ma mère travail dans le social, elle a connu tout ça, elle passe son temps a aider des victimes comme mon frère et moi, des victimes de violence. Mais elle n'est même pas foutu de me protéger. Je me sent vulnérable, je suis seule, mon frère ne vit pas les choses pareil que moi, mon ex copain est au courant de ce qu'il se passe mais n'a absolument pas pris contact avec moi juste pour un petit mot de soutient. Mes amies sont géniales mais elles n'ont pas les épaules, ma psy est bien mais pas experte. 

J'ai dis à mes parents que j'allais m'éloigner d'eux parce que je ne peux pas me reconstruire auprès de personnes qui la soutiennent et qui nous demandent d'aller lui raconter notre calvaire pour l'aider elle. Je leur ai dis qu'ils n'étaient pas des soutiens. Depuis, ma mère ne me parle plus, une m'adresse plus la parole, ne me regarde plus. Elle m'en veut. De quoi ? D'avoir parlé ? Excuse moi de dénoncer l'horreur de ta fille ainée Maman, mais il y a des enfants en jeu. 

Je leur ai dit de voir ça avec leur conscience et ils m'ont affirmé que leur conscience allait très bien !

Pour moi ils ont un comportement d'enfants de 10 ans, on se pardonne et on rejoue ensemble ? youpi ! Ma mère à même osé dire à mon frère que si je demandais plus d'attention (ce qui est faux) c'est parce que je suis la seule à ne pas avoir été adoptée ! Je n'ai JAMAIS fait aucune différence à ce sujet ! J'ai toujours soutenu qu'il s'agissait de mon frère et ma soeur point barre. 

J'ai parlé, je me fais laminer. Je regrette. Je regrette d'avoir parlé. Tous le monde me dis que non, j'ai bien fait de parler, mais qu'est ce que ça m'a apporté? Les enfants ne sont même pas protégés! 

Voila où j'en suis aujourd'hui, nul part. J'ai hâte de me sortir de tout ça et de pouvoir dire fièrement que je suis une survivante. En tout cas j'avais besoin d'écrire ce témoignage et je vous remercie de m'avoir porté de l'attention. Merci.

J'aurais une question, je pense que j'aurais besoin de porter plainte contre elle au bout d'un moment, le problème c'est qu'elle était elle aussi mineure au moments faits... Comment ça se passe dans ces cas la ? 

Nous en parlons
J
jolylo
Publié le 14.10.2014
Inscrit il y a 8 ans / Débutant / Membre

Salut miss,

Un petit mot car j'ai ete emu par ton temoignage. Courage, je veux te dire bravo car tu te bats comme une lionne !!

L'inceste detruit, les victimes, les familles ... pour les victimes comme nous, c'est la double peine, car en plus d'etre saccages psychologiquement, nous sommes mis aux oubliettes par nos proches. Je pense qu'une famille est un ecosysteme de relations, souvent regies par des lois inconscientes de loyaute et d'attachement qui durent depuis des annees, voire des generations. Et malheureusement pour nous, lorsque nous secouons le cocotier, nous mettons un grand coup de pied dans le systeme. Or, changer ses relations, en particulier avec sa famille, est un processus long, qui demande beaucoup d'efforts, de remises en questions ... Un travail long et fastidieux que peu ont envie de faire. Le resultat, c'est que nous devons tout supporter tous seuls. C'est dur, mais il faut quand meme le dire : nous sommes dans le vrai, et c'est BEAU. Courage