L'INCESTE

Témoignages Publié le 20.07.2009
Mot que je ne pouvais prononcer…
Toi, qui m’a rendue muette de pouvoir le dire.
Tu m’as enlevé l’enfant que j’étais
Tu m’as salie l’enfant et l’adulte que je suis
Tu t’es introduit dans notre famille
Tu as installée le silence comme remparts pour mieux me tuer
Tu as massacré mon identité
Tu m’as courbée à leur volonté
Toi qui m’as fait un être de médiocrité
Éteignant les notes que je fredonnais
Tu as fait de moi l’enfant errant, cherchant à comprendre
Toi qui ne fais pas parti du vocabulaire scolaire car on n’ose l’expliquer
Toi que la religion sait cacher, ignorer et m’a culpabilisée
Toi que les médecins n’ont pas sus détecter, ils auraient pu m’aider..
Toi, tu n’existe pas dans notre code pénal
Je t’ai cachée car j’étais ta proie
Tu m’as fait voir l’homme dans sa médiocrité,
Dans ces instincts dénués de tout Amour
Tu revenais dans le calme de mes nuits d’enfant et d’adulte
Me surprenant dans mon sommeil
Toi, ton horreur, tu faisais de moi une dépossession de mon être
Je redevenais une proie tétanisée suffocant à ce cauchemar
Toi qui as pris ma vie d’enfant. Pourquoi çà ne t’a pas suffit ?
Pourquoi tu as habité mes nuits ?
Je ne pouvais t’éviter dans ces nuits qu’en restant éveillée
Mais quand ma vigilance s ‘estompée, le sommeil m’emportait,
Toi monstre de mes cauchemars, tu m’accaparais de nouveau
Et là, tout recommencer…..
J’ai mis des jours, des années, des dizaines d’années à m’en débarrasser
C’est à force de volonté, de chercher, de comprendre
Qu’aujourd’hui, je peux te nommer et te dénoncer : inceste
C’est la rupture de la confiance que je leur ai donnée
C’est se servir de l’ignorance d’un enfant
C’est utiliser l’enfant comme objet sexuel pour leurs plaisirs
C’est briser la place de l’enfant
C’est l’emprise qu’ils ont sur l’enfant
C’est un viol de l’esprit plus encore que du corps
C’est une coopération forcée du secret par leur emprise
Et aussi par le poids du silence
Ce silence, constitué de honte et de culpabilité
Ce mur m’empêchant d’exister
Il m’a entraîné dans un gouffre noir
Dont l’inéluctable issue n’était que de me tuer.
Il est aussi le nid de mes douleurs somatisées
Il est la pourriture que j’ai dû traîner pour me construire
Derrière ce nom d’inceste, des êtres
Sont ils des humains avec un esprit ?
C’est un frère aîné et un père incestueux
Comment paieront- ils leurs crimes ?
Si on avait nommé l’inceste….
Si dans ma scolarité, on m’avait expliquée….
Si le monde médical aurait été formé…..
Si la religion m’aurait éclairée…
Et surtout si, au sein de ma famille
Il m’avaient respectée corps et âme…
Avec des si ? peut -on refaire notre monde ?
Oui, le 30 juin, commençons légalement à le nommer.
Et votez.
Personne n’enlèvera ma vérité, mon mode de penser
C’est ma façon d’exister, dans mes écrits, je trouve un court instant ma liberté
Pour cette cause, j’ose me dévoiler.



Nous en parlons
M
monique
Publié le 27.04.2016
Inscrit il y a 5 ans / Nouveau / Membre

Merci pour ton poeme
bisous a la petite victime...
MOMO