Ma fille 6 ans victime de son oncle de 13 ans

Témoignages Publié le 10.05.2011

Je passais gentiment la soirée chez ma mère en compagnie de mon beau père, le père de mon frère et mon meilleur pote XXX, ma fille BB et mon frère. Ma mère nous avait préparée un couscous , on rigolait bien . Mon mari est faché depuis dix ans avec eux et moi je les vois deux mois dans l'année. on n'arrive pas à s'entendre avec ma mère, c'est comme ça depuis toujours. Mais là ça se passait bien. de plus mon mari ne travaille que les week-end et là il était du matin, donc se couche pas trop tard puisqu'il commence à 5 heures du matin. d'ou son absence.


Je suis montée deux fois dans la chambre de mon frere , une fois pour lui faire baisser le son de la télé, une autre pour je ne sais plus quelle raison, (he oui depuis 3 semaines je fais des pures crises d'insomnie, je dors 4 heures par nuit !) et la troisième fois j'allais dans la cuisine, je regarde la chambre à l'étage . la porte était fermée! hors je n'ais jamais voulus qu'il s'enferme avec ma petite,de plus ce qui m'a surpise c'est qu'il n'y avait pas un bruit! c'était trop calme, pour des gamins qui jouaient.

hors, je n'ais jamais voulus qu'il ferme la porte de sa chambre avec mon BB dedans .il a un comportement byzar . il est byzar parfois mais rien de méchant , des doutes.il y en a tellement à raconter sur lui! du coup, je suis montée et surprise il était en en boxer la télé sur une image fixe, le ventilateur qui tournait , pas un bruit ! lui était à la tête du lit et je n'ai pas vu ma fille ! j'ai tiré la couette sous la quelle elle s'était boulée ! il y avait au moins 30 degrés dans la chambre, je n'ais pas compris se qu'elle faisait sous la couette! j'ai tiré la couette et là mon frère s'est redressé , paniqué en me disant "chut dis rien s'il te plait dis rien !"


BB s'est mise debout et là l'horreur ! elle ne portait que son tee shirt bleu pucca! elle n'avait plus ni jean ni culotte ! je me suis mise à hurler, elle a pleuré, je leur ais demandé se qu'il se passait là dedans, elle m'a répondu: "zizi dans mon trou!"

début du cauchemar, je suis sortis de la chambre en hurlant , mon frère est passé par la fenêtre,s'est refugié sur le toit, ma fille s'est rhabillée ma mère et XXX sont montés, XXX a descendu la petite, ma mère essayait de faire revenir mon frère à l'intérieur de la chambre , on a prit nos affaires, on a été chercher la voiture. dans l'entrée, j'ai demandé a mon bébé si s'était la première fois, elle ma répondu " plusieurs fois". j'avais des envies de meurtres, de violences.........! lorsqu'on a quitté la maison, mon frère était toujours sur le toit, j'ai lutter pour ne pas l'en descendre moi même!!

arrivés en trombe chez moi , j'ai reveillé mon mari " mon frère a violé BB " tout de suite la pire. il est à peu prés 1.30 le matin. j'appelle la gendarmerie,

ils arrivent aussi vite que possible, une voiture part chez ma mère, la seconde reste ici . l'un des gendarme téléphone pour connaitre la procédure à suivre.

BB pleure . je l'installe dans le canapé, je la couvre lui dit qu'elle n'y est pour rien qu'elle a rien fait de mal et que je l'aime. je ne lui pose plus aucune question . je ne lui en ais posé que deux au final "qu'est-ce qu'il se passe" et "combien de fois". chacun son role .

je ne veux pas influencer ses réponses et le peu que j'ai lu et entendu sur ce genre de situation, il ne faut rien demander à l'enfant, je n'ai pas les compétences.


je pleurs, je vomis, je veux y retourner et le descendre du toit avec perte et fracas, mon mari me prendra les cles de la voiture, je finirais par cogner sur XXX!!!! au final il a de la chance ! ma fille en priorité! la sortir de là bas et la ramener chez elle! sinon je serais moi même montée sur le toit! elle a avant tout besoin de moi que d'une vengeance qui ne changera rien à ce qu'il s'est passé. ma mère m'appelle en pleurs me demandant ce qu'il s'est passé, j'hurle que je ne veux plus les voir, elle me dit que ce n'est peut être pas ce que je crois, pas grave! les gendarmes confirmeront ou non les dire de ma fille.

les gendarmes me demandent si j'ai lavé BB, non.
il me demande ses vétements , je leur donne, ça partira au labo.

le chef de la gendarmerie nous explique ce qu'on doit faire, on monte notre BB en voiture, je monte a l'arrière avec elle, elle dort , XXX nous suit en moto, direction l'hôpital pour les examens. le hic les gendarmes restés chez nous ne savent pas comment aller chez ma mère, obligé de les emmenés là bas ! mon mari vérrouille la voiture , BB se réveille et passe ses petits bras autour de mon cou et s'agripe aux barre de l'appui tête. je suis bloquée ,elle y met toutes ses forces! elle a comprit que je voulais descendre! elle m'a certainement empéchée de commettre une grave erreur! de plus, il y avait les gendarmes garés devant , je n'aurais certainement rien pus faire!

on reprend notre route direction l'hôpital.
la lumière du phare de la moto qui nous suit ma rassure. bêtement.

direction l'hopital, c'est long , je pense au pire pour mon BB, l'avenir les traces que ça laissera, le traumatisme.....

plus de moto! je m'inquiète. XXX apelle, il est en panne , il nous rejoint à l'hôpital.

l'hôpital


j'explique la situation , une auxilliaire de puériculture, trop gentille, nous prend en charge en attendant les médecins et autres, elle parle avec BB de tout de rien sauf de ce qui s'est passé. j'ai mal, je pleurs, j'ose a peine la touchée! je l'aime et je ne sais pas comment me comporter! quelle mère je suis ?
l'interne arrive ,BB joue à la DS avec l'auxilliaire, on discute, elle la fait sortir, je lui raconte ce qu'il s'est passé. puis nous fait sortir pour discuter avec BB. et là, question : et pour ma nièce? elle a 8 ans et a passée de nombreuses semaines chez ma mère pendant les vacances, dormant même avec mon frère! que lui a-til fait a elle?

en fait, ils attendent la réquisition pour pratiquer l'examen.
XXXnous rejoint, c'est long, mon mari a une absence totale de réaction comme indifférent, je pleurs toujours, nous sortons fumer, XXX reste dehors , je le rejoins, il pleurt aussi. les nerfs lachent.
égoistement, heureusement qu'il était la , il est "témoin" à hauteur de ce qu'il a vu et entendu.je ne suis pas seule.

les heures passent alors qu'en réalité, il ne s'est ecoulée qu'une heure et demi. on rejoint BB tous les trois, nous l'entourons du mieux que nous pouvons, lui montrons qu'elle n'est pas seule, que nous la croyons et l'accompagnons dans cette horreur.
elle n'a rien dit à l'interne .

on nous explique la marche à suivre et comment vont se dérouler les choses. BB va être hospitalisée puis anestésiée, conduite au bloc opératoir pour y être examinée, c'est moins traumatisant sous anesthésie .

XXX ne peut pas monter l'accompagner, trés certainement déçut car il aime beaucoup BB, il part , inquiet , crevé écoeuré. mon mari et moi l'accompagnons à l'étage , il lui dit à tout à l'heure, la caline, rentre se coucher, essayer de dormir pour prendre le relais auprés de BB demain, non pas que j'ai l'intention de la laisser mais au moins dormir et reprendre mes esprits pour mieux faire face. je n'ai pas le droit de tomber, il avait dormit deux heures et était debout depuis 4 heures la veille!

je me couche à coté d'elle, lui parle, la rassure . elle me pose des questions auxquelles je ne sais que répondre, elle a besoin d'etre rassurée, s'inquiète pour mon frère, de tout ce tapage, de cette agitation soudaine, je vais chercher une aide-soignante je ne sais pas ce que je dois dire et ne pas dire. on prévoit et anticipe les réponses à certaines questions comme la mort, les bébés..., mais pas a ce genre de situation!
elle lui dit de dormir .

ce qu'elle fait difficilement. je suis couchée à ses cotés, j'ai du mal à la toucher. non pas qu'elle me dégoute, mais je n'ai qu'une envie la laver, même si ça ne retirera rien de ce qui s'est passé.

elle s'endort je me léve . je vais fumer . les gendarmes m'apellent, il est 6 heures . je rapelle mon mari qui décide de revenir me soutenir. il prend quelques affaires pour la puce.

7 heures .
les gendarmes sont là . tout raconter les détails, tout c'est dur .se souvenir de moments insignifiants. que personne ne se souviendrait parce que souvenirs inutiles. mais tout est important, chaque détail à son importance!
mon mari nous rejoint, il raconte ce qu'il à dire. toujours impassible, sa froideur me fait peur , est-ce qu'il encaisse vraiment bien, où va-t-il faire ce que je n'ais pas pu faire. connaissant son choix de carrière dans l'armée si il n'avait pas eut de lentilles, j'ai peur. BB a besin de sa mère mais de son père aussi. nous informons les gendarmes de la "situation" de ma nièce, les vacances passées là-bas........ ils me demandent si je veux prévenir ma soeur, je leur dis que non je ne sais pas comment lui annoncé tout ça!

j'appelle mes grand-parents pour leur dire que je ne mangerais pas chez eux ce dimanche midi, ne leur disant rien de ce qu'il se passe pour ne pas les inquiéter. détail qui ne parait pas à sa place mais qui va avoir son importance!

nous conduisons les gendarmes chez XXX pour l'interroger, il habite prés de l'hôpital.

la colère est toujours présente.
la culpabilité avec .
j'ai honte de moi : je n'ais pas su protéger ma toute petite.

l'audition finit, je navigue entre la chambre de mon BB et le hall pour des cafés-clopes.
l'infirmière apporte un sirop pour décontracter la petite avant de l'emmener à l'examen, c'est "rigolo", elle à l'air saoule. elle parle byzarement sa tête penche, elle n'arrive pas a la tenir, elle rigole toute seule, sourit . et là, elle vire aux larmes mets les mains devant son sexe et dis "je vais être obligé de tout faire?" horreur , nous gardons notre sang froid et lui demandons " c'est quoi tout?" elle ne répond pas et change de sujet .
j'imagine le pire!!! tout n'importe quoi. à un moment elle entoure de sa petite main le barreau du lit, et entame un mouvement de va et vient. je regarde mon mari horrifiée. tout prend une connotation sexuelle! au secours , que lui a-t-il fait? jusqu'où a-t-il poussé l'horreur? je reprends difficilement mes esprits, elle est là, et vivante. c'est tout ce qui compte.

je n'en peux plus, j'ai dormis à peine deux heures à ses cotés .
ma tête va exploser . enieème café-clopes .
elle part au bloc je pleurs . encore.
re-café_clopes , XXX nous rejoint.
j'ai peur de ce que va révéler l'examen.

je n'ai entendu que "zizi dans mon trou" je n'ai pas le premier mot! était-ce il a mit ,il a essayé, il voulait? je ne sais pas , je reste honnête, je n'ai pas entendu les premiers mots de sa phrases. je maintiendrais aux gendarmes que je n'ais pas le début de la phrase. ça sert a rien de l'inventer, ça n'aidera personne.
je me sens indigne, la pire des mères!, trois semaines aprés j'ai du mal à entendre que malgré tout, j'ai sans doute éviteé le pire juste en levant les yeux en ramenant un plat dans la cuisine.

11 heures .
mon BB descend au bloc, c'est trés dur .l'attente , en gros une heure, les risque de l'anesthésie........la peur d'apprendre et savoir réèlement si mon BB a été violée!

l'infirmière vient nous chercher plutôt que prévu, en gros 30 a 45 minutes aprés qu'elle soit descendue au bloc alors qu'on nous avait dit 1 heure. peu importe tant mieux même!

elle est réveillée. voit XXX et demande à jouer. je retrouve ma fille .
elle n'a pas été anesthésiée.
le chirurgien passe, nous donne ses conclusions, elle n'a pas été violée : son hymen est là, mais elle a un érythème et une rayure ce qui n'exclue pas la tentative de pénétration, mais tent à prouver qu'elle n'a pas été pénétrée mais qu il y a eut tentative.

nous n'avons plus qu'à attendre les gendames afin de savoir quoi faire et comment.

je vais marcher un peu hors de l'hopital. dépitée écoeurée.

le gendarmes viennent nous chercher vers 15 heures pour nous conduire dans une gendarmerie équipée pour les auditions filmées comme le prévoit la loi pour les mineurs.

j'ai mal , j'ai peur, j'enrage.........

les gendarmes viennent nous chercher à l'hôpital pour nous emmener dans une gendarmerie pour l'audition filmée de la petite.

elle pleurt ne veut pas

je pleurs.

cela durera une heure ou rien ne sortira de sa bouche, RIEN.
nous sommes dimanche soir, il est 19 heures . nous sommes dans ce film d'horreur depuis le matin 1 heure. ce n'est que le début.
je pense à ma nièce , petite puce qui a passé beaucoup de temps là bas , des semaines entières.que lui a-t-il fait?

les gendarmes m'ont demandés si je voulais prévenir ma soeur , non, pas la force, je ne sais même pas comment je peux lui annoncé qu'il faut demander à lsa puce si mon frère, notre frère s'est toujours bien comporté avec elle, comment lui raconter ce que je venais de voir ? les doutes ?.......... j'ais demandé aux gendarmes de le faire.quelle réaction va avoir le père de la petite? il est un peu comme moi on démarre vite dans la colère !!...

nous emmenons notre puce manger chez mac do , nous sommes mort de fatigue. en rentrant elle demande à aller faire un tour de vélo avec ses copines, accordé, 5 minutes. elle cherche sa vie d'enfant.sa vie d'avant?

enfin chez nous, hagards, perdus , mais il faut gérer la situation pour soutenir notre BB . je prends enfin un bain avec elle , enfin je vais pouvoir la tenir dans mes bras sans se sentiment de dégout face à l'imagination qui se met en marche . comment si est-il prit ?que lui a t il fait? ou l'a t il touchée? ou a t il pose ses mains?...........ce n'est pas mon BB qui me dégoute, c'est ce frère a travers elle!
elle est propre. en surface?
on met un dessin animé et se couchont tous les trois .
nous lui répétons à quel point nous l'aimons, qu'elle n'y est pour rien qu'elle est petite et que c'est lui qui à mal fait. elle a tout juste 7 ans il en a 13!
la nuit est agitée, trés longue , pour nous trois.

le lendemain, c'est prise de rendez vous chez la psy . du moins j'essaie c'est injoingniable.
je me fais arrêter, incapable d'aller travailler. le medecin me prescrit un sédatif pour la petite. il me propose un traitement pour moi, je le refuse. je suis à bout de forces, je ne sais comment sera fait demain et le mieux pour le savoir c'est d'y être!

mon frère a reconnut les faits pendant sa garde à vue, il l'a déshabillée, il l'a fait jouer a la DS , s'est déshabillé et l'a assise sur ses genoux. il se serait "juste" frotté contre elle.

nous conduisons BB chez une psy specialisée. elle arrive à lui faire dire que c'est lui qui l'a déshabillée mais qu'elle ne voulait pas.elle nous explique ce qui se passe dans la tête d'une enfant de cette âge, la peur des grands....pas besoin de menaces ni contraintes ni force , juste la peur

elle souhaite la revoir le lendemain.

pour la psy , BB a eut tellement peur de ma réaction quand je suis rentrée dans la chambre, qu'elle a tout oublié. il semblerait que ma réaction ait été des plus violente .

nous tentons de reprendre une vie " normal" j'ai envie de lui faire du mal à ce frère que j'ai adoré. je suis dépassée par ma colère et empreinte aux souvenirs des moments passé avec lui. il n'y a plus de frère/soeur qui tiennent , c'est une énorme déjection sortit du tas de merde qu'est ma mère!

mercredi

deuxieme rendez vous avec la psy.

nous laissons BB avec elle et j'appelle le gendarme qui s'occupe de notre "affaire" il me confirme ce que nous a dis la psy .
le gendarme nous demande de ne pas l'ébruité, il va s'en servir pour la deuxième garde à vue de mon frère.

la psy pense que BBa réélement tout occulté. trés bien mais et le jour ou ça va revenir?
à nous d'être là et de surveiller. c tout? c tout.

la vie reprend son court. BB dort mal , elle arrive lutter contre le sédatif!. je reprends rendez vous avec la psy mais elle est en vacances , c'est une autre psy qui nous reçoit. elle parle bien avec BB, lui explique la demande des gendarmes quant à une éventuelle audition. bb refuse et la miracle! personne n'avait penser à expliquer à BB que les gendarmes arrêtaient les méchants et qu'ils s'occupaient des gentils. elle accepte.

deuxieme audition

BB ne veut plus y aller . elle a peur.
le gendarme l'autorise à emmener avec elle tout ce qui peut la rassurer , elle emmenera son ninin et son animal de compagnie dans une boite de transport. c'est à 11 heures . c'est trés dur , elle pleurt.
je reste à ses cotés lui demande de parler mais n'intervient pas, 1ère audition non filmée. elle parle, elle raconte tout sans pour voir placer la premiere fois car elle n'a pas la notion des dates et du temps.
le gendarme lui demande si elle a aimé! ça choque! non elle n'a pas aimé. si elle veut revoir mon frére, non elle ne veut pas.
elle a du mal.
je m'abstiens de donner les détails volontairement.
la deuxieme psy avait parler d'amnésie réactionnelle! ah ba oui, que dalle! tout est là dans sa tête , petit bouchon.

ça y est c'est finit .
12h15 on part .
direction mac do pour la faire décompresser.
nous sommes fière d'elle, de son courage. c'est énorme de raconter ce qui c'est passé, elle n'a pas 7 ans! ma fille , mon amour, si jeune et confrontée au sexe et la violence gratuite!

deuxieme garde a vue

mon beau frére n'a pas pu se retenir il a appelé ma mère, l'air de rien pour savoir se qu'il se passait entre elle et nous, elle lui a répondu que je faisais ça pour obtenir 60 000 euros sur la vente de sa maison! engueulades et menaces.

il a tout reconnu. le gendarme me demande de venir confirmer la date de la première tentative. 2 heures à tout placer. c'est long on cherche, j'appel mon mari qui cherche mes factures de téléphone, tout ce qui peut nous aider. ça ne colle pas! le gendarme va chercher mon frère! j'y crois pas , ba si il était là , mon sang n'a fait qu'un tour et je n'ai fais qu'un bond, les gendarmes m'ont retenus a 4! domage!
ils l'ont remener dans un bureau!
il arrivait tranquil, l'air de rien, ba oui et puis quoi encore! raté c'est parce que je suis une femme que je n'ais pas de réactions! oui même trés violentes. je l'ai portée , aimée et je l'aime encore et peut-être plus fort mon BB.

le principal si je puis dire c'est la reconnaissances des faits. l'ordure a avoué ce qu'il a fait! c'est deja une bonne chose!ça ne retire en rien les mots et souffrances mais c'est faits, ma fille n'a pas mentit ni rien inventé comme plus ou moins prétendus par mes grand-parents

on a tous envie de lui faire la peau. on se retient tous. égoistement , nous avons de la chance dans ce cauchemar, l'ordure nous l'a "abimée", d'autres parents n'ont pas eus "cette chance". elle est vivante et auprès de nous . la différence entre la pédophilie et l inceste!!!

#Posté le dimanche 10 août 2008 08:21

 

Nous en parlons
L
l.k
Publié le 14.05.2011
Inscrit il y a 10 ans / Nouveau / Membre

merci de votre commentaire et de vos encouragements.

I
invisibilissime
Publié le 13.05.2011
Inscrit il y a 11 ans / Nouveau / Membre

Moi qui, a l'âge de votre fille, a connu l'enfer (père), sachez que si j'avais eu une mère comme vous j'eusse évité bien des tourments au bord de la folie : vous êtes admirable, droite sur toute la ligne, votre fille vous la sauverez sur d'autres plans envers et contre tout car vous l'avez déjà sauvée ainsi.
Continuez à prendre votre fille par la main, vous et votre mari, comme vous l'avez toujours si bien fait et vous verrez, les maux seront affrontés, dépassés, et ce bel exemple familial en aidera d'autres plus tard : votre témoignage déjà est très important parce qu'il montre chronologiquement réellement bien l'enchaînement rapide des faits et des comportements après la découverte du crime, et ce que j'ai trouvé le plus poignant c'est ce paragraphe intitulé [s]24 heures dans une vie [/s] et les neuf premières lignes qui le suivent.
Je pense que votre fille sait qu'elle peut compter sur votre amour : pas à pas.... doucement. Ne pas envisager les pires devenirs : elle est vous, dans une direction pour le bonheur, pas pour éviter le pire (ce qui amène à se focaliser sur le pire)
Si j'avais eu une mère comme vous, j'aurais eu du soleil dans ma vie bien avant de rencontrer mon mari à la quarantaine ! Et je le lui aurais rendu !.