Mère trop aimante

Témoignages Publié le 11.11.2015

Mère trop aimante

Bonsoir. Je ne sais pas bien comment témoigner. Il y a 15 ans, j'avais alors 44 ans, ma mère m'a dit cette petite phrase : "Quand j'étais enceinte de X (un de mes frères cadets), je te faisais venir dans mon lit pour que tu caresses mon ventre". Deux ans après, elle mourait d'un cancer contre lequel elle s'était battue des années. Bien des gens la considérait presque comme une sainte car très dévouée, très généreuse.

L'année où elle m'a dit cela (mais sans qu'il y ait un lien direct), j'ai commencé une thérapie avec un psychologue clinicien. Ce n'est qu'après la mort de ma mère que je lui ai partagé cette "petite phrase". Pas de réaction. De mon côté, aucun souvenir. A plusieurs reprises, j'en ai parlé en thérapie, toujours sans réaction du psy. Un jour, je me suis fâchée et j'ai dit : "Vous ne réagissez pas, vous pensez que je raconte des histoires ?" Réponse : "Non, c'est cohérent avec vos symptômes". Peu à peu, des liens se sont faits qui m'ont fait comprendre que ma mère ne me faisait pas caresser seulement son ventre...

A l'époque, je ne nommais pas ce qui m'était arrivé. Et puis, quand il a été question d'introduire l'inceste dans le code pénal, un article dans mon quotidien régional m'a fait prendre conscience que ce que j'avais vécu, c'était un inceste. J'ai cherché sur Internet, mais sur l'inceste mère-fille, pas grand chose. Sinon que la plupart des femmes n'arrivaient pas à créer une relation stable avec un homme. Pour ma part, je n'ai jamais eu d'homme dans ma vie (ni de femme d'ailleurs).

J'ai peu à peu pris conscience de l'immense emprise psychologique de ma mère sur moi. J'ai tellement chercher à m'en protéger que je suis entrée dans un monastère cloîtré. J'y étais quand elle m'a dit sa "petite phrase". Après sa mort, je suis sortie. Il m'a fallu des années pour comprendre que j'étais entrée pour me protéger et que, ma mère morte, je pouvais sortir et vivre dans le monde.

Il y a quelques années, nous avons entrepris une thérapie familiale pour notre fratrie (6 enfants survivants, 1 frère noyé à l'âge de 7 ans). Et là, ma soeur aînée me coupait toujours la parole, disant que j'étais hors sujet, inintéressante, etc. Un jour, je me suis vraiment mise en colère, car il n'y avait qu'avec moi qu'elle agissait ainsi. A posteriori, il me semblait que cela ne venait pas d'elle mais qu'elle reproduisait un schéma. L'an dernier, je me suis rendue compte qu'en fait, elle ne faisait que reproduire l'attitude de mon père à mon égard.

Pendant cette thérapie familiale, j'ai pu parler à mon frère aîné de ce que notre mère m'avait fait. Il n'en avait aucune idée. J'ai essayé, de très loin et avec des pincettes, d'aborder le sujet avec mon père, mais cela a été immédiatement une fin de non recevoir, une porte claquée au nez (moralement, pas physiquement).

Je continue toujours mon chemin de reconstruction de mon identité. Non, tout n'est pas rose et ne le sera jamais. Mais j'avance, à petits pas mais j'avance.

Nous en parlons
X
Xenia71
Publié le 30.01.2019
Inscrit il y a 4 ans / Nouveau / Membre

Bonjour, j3 te remercie pour ton témoignage, et c'est là qu'on voie combien ces actesont de terribles conséquences.
De mon côté j3 fais beaucoup de rêves avec ma mère qui a ce rôle incestueux mais comme ce ne sont que des rêves, impossible d'avancer, de me soigner et de me reconstruire.... Et ma mère est très aimée de tous, toujours prête à aider les autres, donc impossible à critiquer ! Je suis seule avec mes sales impressions.... Au secours

L
Louane
Publié le 18.11.2015
Inscrit il y a 6 ans / Nouveau / Membre

Bravo pour ton témoignage, qui pourra aider d'autres personnes à identifier l'inceste mère-fille. Je comprends l'isolement que tu as vécu et la douleur que cela provoque de ne pas être comprise par des membres le famille qui "claquent la porte" moralement comme tu le dis, quand l'inceste est abordé. Ici, nous nous comprenons et cela fait énormément de bien de ne pas être jugé et d'être compris. Bonne reconstruction à toi et oui, tout n'est pas rose, mais la vie a de nombreuses autres couleurs à offrir en plus de celle-ci. Aie confiance en toi et continue comme ça. Bravo encore !