Missive au vieux pervers

Témoignages Publié le 30.11.2018

Missive au vieux

pervers

Le vieux, 

  C’est comme ça que je t’appelle quand il m’arrive d’évoquer ta personne. Je vais pas laisser la mort nous séparer comme ça, le temps passe, et même à 41 ans la mémoire revient petit à petit, des images réapparaissent. Tu as fait une erreur quand tu m’as révélé tes violences sexuelles sur ma mère et ma soeur, ta petite fille. Tu te souviens de ce jour là ! Ça doit faire plus de dix ans, en 2005 ou 2006. Juste après, tu m’a demandé si je me souvenais que tu m’avais surpris en train de tripoter ma soeur.  La voilà, ton erreur ! En flagrant délit de manipulation, encore ! En posant cette question, tu as voulu voir si j’avais des souvenirs, tout en essayant de me culpabiliser, de me mettre dans le coup. T’es une belle saloperie !   Ce jour là c’est moi qui t’ai surpris, je devais avoir 7 ou 8 ans, c’était à ................. . Maman et ta femme étaient allées faire du shopping, comme à leur habitude, ça devait être un samedi, tu nous « gardais » ma soeur et moi. Je suis rentré dans la chambre du fond et tu étais assis sur le lit en train de caresser ma soeur. Tu m’as demandé de venir et de me déshabiller et tu m’as demandé de rejoindre ma soeur sur le lit qui était nue. Tu nous a observé et tu es parti de la chambre. Tu es ensuite revenu dans la chambre en simulant ta surprise, en me grondant, et en m’expliquant que ce serait notre secret.    Incroyable non ?! Autant de détails plus de 30 ans après qui ressurgissent. Impensable ! Avant tes aveux et les confirmations de Maman et ma soeur, je n’imaginais pas un seul instant qu’il ait pu y avoir de telles histoires malsaines dans notre famille. Le trou noir, c’est fou comme un enfant peut enfouir des choses au fond de soi jusqu’à presque les oublier. Et pourtant, j’étais au courant depuis le début, depuis tout petit. Non seulement, tu as été violent avec Maman et ma soeur, mais tu as été violent aussi avec moi. J’en suis certain maintenant. Et c’est cela que tu n’as pas eu le courage de me dire le jour de tes "aveux". Et c’est bien dommage pour moi.   Ça a commencé à ....................... ! Je me souviens de sensations de peurs en ta présence, de mains qui se posent discrètement sur la poignée de la porte au coucher, je me sens obligé, tu me fais peur, tu me serres, je ne peux rien dire, rien faire, je suis petit, impuissant.    Je comprends mieux maintenant mon fonctionnement, mon manque de confiance en moi, pourquoi j’ai du mal face à l’autorité ou la hiérarchie, pourquoi j’ai du mal à vivre ma vie au présent, pourquoi je suis si contrarié, si en COLÈRE contre tout.  Cette colère elle vient de toi, car je t’ai vu agir et je n’ai rien pu faire contre toi.  Ce manque d’assurance, il vient de toi, car tu nous a tous écrasé, ta femme, ton fils, Maman, ma soeur et moi. Tu nous a manipulé comme des objets, comme le font tous les pervers narcissiques. C’était facile en plus, mon père étant décédé, tu as pu jouir de ta toute puissance en toute impunité. Ta femme n’a jamais rien dit, Maman non plus, c’est fou ! Tu les a toutes bien dressées !   Il a fallu attendre que ma soeur te voit en photo avec ma fille d'à peine 2 ans, pour que ce secret de famille soit sur le point d’éclater à mes yeux. Tu as pris peur et tu as préféré prendre les devants pour me l’annoncer toi-même, pour mieux me contrôler.   Ma soeur et moi n’avons même pas porté plainte. Comme si faute avouée était à moitié pardonnée. Mais NON !  Sais-tu d’ailleurs que le délai de prescription est passé à 30 ans à partir de la majorité pour les violences sexuelles sur mineur de moins de 15 ans ? (https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2274) Ça nous laisse jusqu’à nos 48 ans à ma soeur et moi pour intenter une action en justice contre toi ! Quel gâchis ! Qu’as tu vécu dans ton enfance pour être devenu comme ça, je ne le sais pas, je ne te connais pas, tu ne t’en souviens sans doute pas toi-même. Dommage que tu n’aies pas eu le recul de réfléchir sur ta santé mentale, tu aurais pu te rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond chez toi. Surtout quand on fait toucher son sexe à ses enfants ou petits enfants. Et pendant ces voyages en Thaïlande, à Pattaya j’espère que tu n’abuses pas d’enfants, que tu n’as jamais touché à tes deux autres petites filles. Ta belle-fille accepterait-elle de te voir encore si elle connaissait cette sale histoire ? Car pour l’instant tu vis encore comme un nabab, comme si rien ne s’était passé. Pas un mot. Le secret est toujours bien gardé, mais pour combien de temps encore ? Tiens ! une lecture qui ressemble grandement à l’autobiographie de ta famille : « La fabrique des pervers » par Sophie Chauveau. Ça va te plaire !!!   En t’écrivant, aujourd’hui, je fais ce que j’aurais dû faire petit, je te dénonce devant ma mère et ma soeur. J’accomplis mon acte manqué.