Rien qu'un tas de vieux salopards et de feignants

Témoignages Publié le 08.06.2014

altRien qu'un tasde vieux salopards et de feignants

Bonjour à tous,

Je viens de lire plusieurs témoignages de plusieurs sortes. Il y a pleins de questions qui me viennent à l'esprit quand je vous lis. J'en avais posé une à viols femmes écoute. Comment cela se fait il que les victimes soit si nombreuses ? La réponse a été d'une logique effarante. Tout simplement parce qu'il y a peu d'agresseur mais beaucoup de victimes. Pour exemple : un agresseur peut commettre des actes sur quatre victimes qui se tairont.

Une autre question vient aussitôt aussi : qu'est ce qui leur prend à ce tas de vieux pervers d'avoir ce besoin irrépressible de toucher des corps jeunes ou bien d'installer systématiquement un climat malsain et pervers ? A croire qu'ils n'ont jamais vu de bébés, d'enfants, d'adolescents ou bien de membres de leurs famille...

Il semble aussi d'après les témoignages que pour les filles ce soit banalisé et beaucoup plus permis même si les garçons peuvent être victimes de ces horreurs.

Horreur... c'est bien l'ambiance et je m'étonne qu'il n'existe pas (où bien ne suis pas au courant...) de film d'horreur ou de thriller sur le thème de l'inceste et de la pédophilie... ça ferrait parler les gens de ce sujet là et ce ne serait pas un mal...

Tant qu'à la paresse devant la masse de travail thérapeutique à abattre il apparait que certains professionnels de la santé ne veulent pas s'atteler à la tâche. Ca déborde tellement qu'il y en aurait du monde à soigner et des avancés à effectuer.

Qu'en pensez vous ?

Mais effectivement l'inceste semble sous-estimé et surtout, parfois banalisé.

Nous en parlons
T
tery
Publié le 18.06.2014
Inscrit il y a 7 ans / Nouveau / Membre

Bonjour,

J'ai du mal à les prénommer ainsi car il faut se représenter concrètement l'image... j'appellerais ça plutôt des sal.pards...

T
tery
Publié le 10.06.2014
Inscrit il y a 7 ans / Nouveau / Membre

Bonjour,

Cette réponse là, peu d'agresseurs et beaucoup de victimes me vient tout droit
de l'association en question... mais je
veux bien croire qu'en fait, ils sont
nombreux...

Personnellement, j'ai un mal fou à les
nommer prédateurs car ce mot là désignent
des animaux sauvages.

G
Gerard
Publié le 09.06.2014
Inscrit il y a 8 ans / Débutant / Adhérent

Il y a beaucoup d'agresseurs et beaucoup de victimes. Voici une citation :
"Si nous estimons à 10 ou 15 % le nombre d’enfants victimes d’abus sexuels en Belgique, cela nécessiterait des hopitaux grands comme des villes entières pour soigner ces enfants. Mais aussi des prisons psychiatriques pour soigner les prédateurs, elles aussi grandes commes des villes entières. Économiquement et financièrement impossible et impensable : alors on étouffe tout !"
Pr. Jean-Yves Hayez, pédopsychiatre, docteur en psychologie, professeur émérite à l'Université catholique de Louvain (Belgique)