Témoignage femme: Comment revivre?

Témoignages Publié le 04.12.2006
Pour la première fois, en lisant vos témoignages j'ai eu l'impression de ne plus être seule. J'ai été abusé par mon grand frère, j'avais 7/8 ans, il en avait 15. Je n'ai pas beaucoup de souvenirs précis, je crois que je ne veux pas en avoir. Justes quelques images, et cette sensation d'etouffer sous le poids constant de cette douleur. Je me souviens de quelques moments, de ces "jeux" sexuels, des moments ou il m'attachait, et surtout je me souviens du jour ou il a présenté sa fiancée, il m'a pris a part et m'a dit : "ce qui s'est passé entre nous quand on était petit, personne ne doit le savoir, jamais, ..." Pour lui c'etait tellement facile, moi tout m'est revenu d'un coup...
Tout ou presque, en tout cas, tout m'a semblé logique, je comprenais mieux cette crainte que j'avais des garçons. Mais j'étais loin d'imaginer qu'elle durerait si longtemps et que s'y ajouterai une honte si forte. Je m'en veux tellement de n'avoir pas su dire non, pas su empecher cela, pa su le tenir à distance. J'ai l'impression de l'avoir provoquée, d'avoir été consentante.
Aujourd'hui j'ai 28 ans, 20 ans de silence qui deviennent chaque jour plus insupportable et qui me condamnent à une solitude que j'abohre.
Je suis seule, face a ce cauchemar et face à la vie en générale. Lui je n'ai pas su le tenir à distance mais les autres, je les eloigne tres facilement. D'abord il y a eu la boulimie, 30 kilos de trop ca fait fuir pas mal de gens. Mais aujourd'hui j'ai tout perdu, mais je suis tellement dans un rôle "J'ai besoin de personne" que ca marche aussi bien. Les hommes aiment ma compagnie (la plupart de mes amis sont des hommes), ils me trouvent charmante, belle, sensuelle, c'est leur mot, pas les miens. Mais comment avouer que tout cela n'est qu'une façade, que je suis non seulement seule, vierge mais aussi blessée profondement, effrayée??
La ou mes amies célibattaires trouvent refuge dans leur famille, la mienne est un cauchemar. Ma mere est dépressive et tres fragile. Quand je suis tombée en dépression a l'adolescence, elle disait "Toi tu as une déprime, moi je suis vraiment en dépression". Chacune de mes crises d'angoisses se terminait par un "comment peux tu me faire ca à moi?". Et à moi, comment a t elle pu me faire ca? Je sais que certaines fois, mes parents étaient dans la maison, jamais ils ne se sont demandés ce qu'un ado de 15 ans pouvait faire enfermer dans sa chambre avec sa petite soeur de 8 ans. Mais passons, j'ai bien appris ma leçon, je me suis tu et je l'ai protegé. Je continue. Et pour cela il faut que je fasse bonne figure devant mon frere, faire comme si... et donc comme ailleurs je mens en permance. Et ce mensonge, je ne peux plus le supporter, mais je ne sais plus comment faire autrement. Et si c'est encore possible?
Et puis il y a ma nièce, mon adorable petite nièce, la fille de mon bourreau, que j'adore. Elle est un rayon de soleil, elle est pleine de la vie et de la joie enfantine que j'ai perdu à 8 ans. J'ai peur pour elle. Mais en meme temps, cette histoire avec mon frere n'a duré que quelques mois. Apres il a rencontré une fille de son age. Il a commis une erreur, dois je le condamner aujourd'hui? Dois je risquer de faire exploser cette famille? Et par la meme de priver ma niece de ce qui m'a tant manqué : une vraie famille.

Par moments, je crois perdre la tete, je ne sais plus quoi faire, je prends une direction puis une autre. J'ai vu un psy pendant 1 an. Il m'a beaucoup apporté mais aujourd'hui j'ai l'impression d'etre devant un mur, je ne sais plus vers ou avancer.
Sur ce site, il y a une rubrique "Le vivre à 2", je crois que c'est déjà plus facile. Mais comment on fait, j'ai tellement bien interiorisé mes peurs que j'ai mis tout le monde à distance et je ne sais plus quoi faire?
J'ai parlé de mon histoire 2 fois. La première fois à un ami dont j'étais tres proche, nos relations étaient plus proches que de l'amitié. Sa première réaction a été de me demander si j'étais sure... Sa seconde a été de disparaitre totalement de ma vie.
La seconde fois c'etait à une amie. Elle est d'abord restée choquée puis son regard sur moi s'est modifié. Elle tient des discours grandiloquent sur ma force, mon courage, ... mais son regard est empli de pitié. Et j'ai peur en permanence qu'elle en parle a quelqu'un. Ces 2 expériences m'ont poussées à ne pluls recommencer. Meme mes 2 meilleurs amis ne le savent pas, je sais tout d'eux, on parle enormement, je les connais depuis 21 ans pour l'une, 10 ans pour l'autre. J'aimerais leur dire, ne serait ce que pour qu'ils me comprennent mais est ce reellement une bonne idée? Dois je leur imposer de porter ce poids?

Coté relations amoureuses, c'est une cata complete. J'ai tellement peur, de tout, de la violence des hommes, de leur trahison, du sexe, de leur reaction devant mon inexpérience, ...

Parfois je me dis qu'il est trop tard, que je dois renoncer, qu'il n'y a plus d'espoir...