Témoignage femme: La frontière entre le normal et l'anormal.

Témoignages Publié le 01.12.2006
J'ai aujourd'hui 22 ans, mais les questions sur mon enfance restent sans réponses. Mes deux frères et moi n'étions plus très proches depuis le divorce de nos parents.
Entre disputes et railleries, la seule relation "affectueuse" qui s'est crée avec mon frère plus âgé de 5 ans, était de l'ordre de jeux séxuels. J'avais environ 7 ans quand ça a commencé, lorsque notre mère sortait je restait seul avec lui. S'était notre secret, nous avions même un code pour prévoir le moment de ces "jeux". J'ai honte aujourd'hui et je n'arrive pas à en vouloir à quelqu'un d'autre qu'à moi-même car j'ai pris du plaisir dans ces mises en scènes malsaines, j'étais consentante. A qui peut-on faire porter le fardeau de la culpabilité? Il n'y a pas eu pénétration, j'ai dit non, un jour dans le bain. Mon frère était-il en âge de comprendre? Dois-je lui envouloir? Dois-je reprocher à ma mère de continuer à faire comme si de rien n'était depuis que je lui ais tout dit il ya 6 mois? Je ne sais plus quoi penser pour avancer. Chaque fois que je vois mon frère, j'y repense car un malaise profond s'est installé entre nous. Mon ainé de 9 ans s'est une fois frotté contre moi en simulant un jeu, j'ai été profondément bléssé ce jour-là car j'aurais voulu qu'il joue sincèrement à la manière d'un enfant. En bref, mes relations avec mes frère sont inéxistantes, je l'ai vécu comme un abandon et un désintérêt de leur part. Le tableau familial est plutôt glacial, j'ai parfois envie de tout crier pour qu'ils se fassent pardonner. Chaque jours il faut trouver des réponses temporaires à mes questions, les réponses ne sont jamais satisfaisantes.