Témoignage Homme: J'ai"rejoué" la scène de mon viol

Témoignages Publié le 09.07.2008

ça recommence, toujours et encore


Durant mon enfance, ma mère n'a cessé de vouloir que je sois "doux", "gentil", "mignon" et "gracieux". elle me montrait les filles en exemple, disant qu'elle ne voulait pas que je devienne une de ces petites brutes comme tous les garçons de ma classe.

Elle m'a forcé à faire de la danse, du piano, de la gym, pour avoir "un beau corps longiligne et musclé".

Quand j'ai eu 13 ans, j'étais très efféminé et je désespérais arriver à être un homme une fois. J'en venais à espérer que ma mère ait un accident mortel, afin d'être libre. C'est alors que durant l'été, j'ai été dragué sur la plage par un jeune gars, âgé de 25 ans, peut-être.

J'ai d'abord pensé qu'il était intéressé par ma mère, mais en fait c'est à moi qu'il en voulait et le pire, c'était que ma mère était d'accord. Maman, j''avais 13ans, bordel!


Elle s'est arrangée pour nous laisser seuls ensemble, alors que je crevais de trouille et que je me demandais pourquoi je devais devenir homosexuel. "Pour ne pas perdre ta sensibilité" m'a dit ma mère un jour, "tous les grands danseurs sont homosexuels, ou en tout cas, leur prof le sont et il doivent y passer".


Ce soir-là, j'ai subi les premiers assauts, le premier viol. Il m'a déshabillé, m'a claqué les fesses et les cuisses, il s'est assis au bord du lit puis m'a fait mettre à genoux pour que je le suce. Il pesait sur ma tête pour que son sexe aille au fond de ma gorge et déclenche un réflexe de renvoi. Cela lui faisait plaisir. Il s'est ensuite mis à me traiter de tous les noms : "salope", "putain", "lopette" et il m'a dit qu'il allait m'enculer. Ce qu'il a fait, sans préparation, sans lubrifiant, ni rien. Juste sa force brutale.


La douleur n'était rien comparé à l'humiliation, la perte du respect de moi-même. Et ma salope de mère qui se montrait fière que j'aie été dépucelé par un homme aussi beau et viril.


En regardant en arrière, je me demande comment j'ai réussi à vivre jusqu'à présent, dans l'angoisse, la peur, les problèmes d'impuissance, l'incapacité de trouver mon identité sexuelle et surtout ce sentiment immense de culpabilité. Je l'ai mérité, ce qui m'est arrivé!!


Et puis juste ce soir, 28 ans après, j'étais dans un mauvais jour, j'ai surfé sur le net et j'ai voulu rencontrer un mec pour avoir une histoire d'amour avant d'être vieux et il m'a violé, comme la première fois. J'aurais pu tomber sur un type bien, mais c'était un salaud. Je me disais que si j'arrivais à faire l'amour avec un homme et y prendre du plaisir, cela rachèterait tout le reste. Mais non, j'ai été traité comme une merde, de nouveau. Violé, violé, VIOLE!!!


Peut-être que j'ai vécu jusqu'à maintenant pour pouvoir comprendre que je ne suis pas coupable de ce qui m'est arrivé à 13 ans. Qu'il y a des hommes et des femmes qui sont des salauds et qui profitent de la faiblesse des autres.


La douleur dans mon corps et dans mon coeur se réveille, elle est à vif. J'ai envie d'y survivre, mais j'ai mal, j'ai mal, j'ai mal.