Trop fragile

Témoignages Publié le 23.01.2007
bonjour,
les conséquences de l'inceste sont lourdes...et elles pèsent longuement et surtout sur la personnalité à long terme
j'ai encore tout à apprendre...j'ai déja témoigné mais ici je voudrai parler de bien des choses...la fragilité...je ne sais pas si mon état de santé me parle de mon passé mais c'est lourd à porter. J'ai des migraines, et j'ai mal à la tete tous les jours, je fais de l'hypotension, je suis spasmophile, j'ai mal au dos, j'ai des vertiges...mais surtout, je suis une depressive chronique...tous les ans, vers l'hiver, rebolotte, je tombe en depression, sans compter ceux que je fais aussi dans l'année, parce que se remettre de la dépression c'est long...en bref je suis quasiment tout le temps dépressive... Je viens de commencer un nouveau travail...et meme si je l'adore, c'est une source d'angoisses...je manque de confiance en moi, j'ai toujours l'impression que l'on me juge: je suis aide éducatrice en emploi jeune dans un centre pour des handicapés mentaux...je leur fais faire de l'art plastiques...en soi, quand je suis avec les enfants, je me sens bien, sauf quand je dois monter le ton...mais le pire, c'est les adultes...j'ai souvent eu l'impression d'etre aussi handicapée que les petits avec qui je suis...les éducateurs ont tous plus de 40 ans, alors, les jeunes! l'autre génération, c'est un peu mal vu, ou bien c'est moi qui me fait des idées...j'ai toujours l'impression que je fais mal, que je n'ai pas assez d'autorité, moi qui ai été toujours écrasée, par mon père, battue, par mes cousins violée et autres, mon beau père...et puis j'ai l'impression que je suis la nule, la nunuche, la nouvelle qui sait rien faire...
je me mets la pression, je me juge mal, je me sens pas bien mais je sais que c'est moi, c'est moi qui me juge mal et qui veux etre parfaite...pour quoi? pour etre aimée, apprécier , pour montrer que je vaux mieux que mon passé, je suis exigente avec moi meme...et puis, je suis trop fragile. J'ai contamment envie de pleurer, de m'assoir dans un coin et souffler, je me sens fragile trop fragile, et c'est pire quand j'entends le mot viol..car des fois, les handicapées que j'ai prennent la pilule car leurs mères ont peur qu'elles se fassent violées...et puis on a eu une gamine dont la mère a accusé son père...alors dès fois, en plus de mon passé j'ai des problèmes de famille, alors j'ai envie d'exploser, de pleurer, de parler, à ces éducateurs, de me soulager, de dire que je vais pas forcément bien et j'espère trouver quelqu'un sur qui compter , une épaule protectrice...enfin une amie...car je me sens terriblement seule...et tellement en inadéquation avec mon age, mon monde...je me sens petite, et j'ai tellement besoins d'etre consolée, rassurée...mais les adultes sont hypocrites, et les enfants, ce sont des enfants que je dois aider...alors à qui parler...
J'adore les enfants. Malgré mon passé, je suis poussée par l'irresistible envie d'aider mon prochain, sinon, je me dis que je suis pourrie ...car je ne peux me tourner les pouces devant ce monde destructeur d'enfants...meme si ça fait mal, je fonce tete baissée face à mon passé...et les enfants je les adore...je suis sure que ces enfants qui souffrent, meme s'ils sont parfois mesquins, ont et auront tout mon amour et mon aide..et je veux tout faire pour qu'ils ne sombrent pas et qu'ils s'en sortent meme encore mieux que moi...
Mais c'est dur, c'est dur parfois

Ces derniers temps, enfin depuis 8 mois, ma belle soeur et ma nièce vivent chez moi et mon mari dans un studio. Depuis septembre, je luttais pour avoir un boulot, puis ma mère me rejete car je vais me marier avec un algérien, je me marie ma mère est la , ma famille croit à un mariage blanc, puis ma soeur accouche, et j'ai cette envie de bébé depuis longtemps que je dois refouler car c'est pas le moment ni l'endroit, tant que mes problèmes ne seront pas reglés...seules les enfants me rendront le bonheur de l'innocence perdu...avec ma nièce quand je la gardais toute seule, c'etait le bonheur pur et aussi je sentai durement ce vide à l'intérieur de moi...et puis ma belle soeur qui divorce d'un mari violent frappe sa fille à son tour, quelque temps mais assez poour que cela fasse remonter mon passé...

Je trouve mon travail et son lot de joie et de srtess, et mon corps qui me rappelle ma fragilité, la depression où je m'enfonce depuis un long moment...
c'est dur...parfois j'ai envie que tout s'arrete, mais j'ai peur,j'ai peur que si je fais ce geste , je tombe en enfer. je suis croyante et j'ai peur de l'enfer, j'ai peur de sombrer pour l'eternité de souffrance...
Alors je lutte, je lutte contre mes envies, je lutte contre moi meme, je lutte constamment et c'est trop dur...
Mais j'ai 22 ans et j'ai encore du bonheur à attendre, j'ai de l'espoir et de l'amour à revendre, je ne laisserai pas tomber la terre, mon mari, mes futurs enfants, que j'ai envie d'avoir très rapidement...je lutte et j'espère qu'un jour, je verrai la lumière...