Une fête d'étudiants

Témoignages Publié le 31.05.2011

Fotolia_3402902_XS Il y a 3 ans, en thérapie je travaillais sur ma relation aux hommes. La thérapeute me demande "avez vous subit une violence sexuelle ? " et là m'est revenu 20 ans après cette soirée d'étudiants.J'avais 21 ans. Je n'étais pas pressée d'avoir des relations sexuelle. Pas bien préparée non plus. En tout cas mon copain du moment attendait depuis un certain temps et ça l'énervait que je en me décide pas. IL en avait marre d'attendre. Ce soir là dans la nuit, il avait prémédité son coup. Une chambre d'étudiant, tout le monde dormait dans la même pièce, dans des sacs de couchages. IL s'était arrangé pour nous mettre dans un coin. Mon frêre était présent et son frêre aussi dormaient dans la même piece et une dizaine d'autre personnes. 

 Quand tout le monde s'endormait très tôt le matin, je m'endormait aussi. Il a commencé à me deshabiller le bas, sans bruit, il s'est déhabillé. J'étais endormie. J'ai dit non, j'ai eu peur de reveiller tout le monde. Non R. ... non stp en chuchotant. J'étais fatiguée, nous avions un peu bu aussi. Il savait ce qu'il faisait. "Laisses toi faire m'a t il dit, ca va aller". "Chut, ils vont nous entendre, laisses toi faire". 

J'ai eu peur de faire du bruit pour les autres, et j'ai eu mal, très mal. J'en ressent encore la souffrance. Comme une décharge, un coup de couteau. Il a fait sa petite affaire et s'est couché à côté de moi. J'ai sombré. Je me souviens dans une grande tristesse m'être dit, "il fallait bien y passer un jour". 

Et j'ai oublié. Je n'ai aucun souvenir de la vie sexuelle que j'ai pu avoir ensuite durant des années. Ma famille était en train de se divisée, mes parents divorçaient, mes frères et soeurs un peu partout. je n'ai jamais rien dit à personne. J'ai tout oublié jusqu'à il y a 3 ans. Et durant les 3 dernières année j'ai nié ma souffrance. Je commence tout juste à prendre en compte autre chose que la souffrance physique. 

J'étais loin d'être prête a avoir des rapports sexuels même si j'avais déjà 21 ans. J'étais bien comme cela. Je n'avais pas de besoin.  

Je me suis mariée, j'ai choisi un homme qui avait des problèmes d'érection. Nous avons quand même réussi à faire deux magnifiques enfants. Nous sommes en train de divorcer. Il a aussi beaucoup de point commun d'avec mon père avec qui j'ai eu une relation incestuelle (et non incestueuse !!). 

je pensais que c'était fini, que mon père et moi avions bien avancé et que nous avions dépassé cela. Mais en avril dernier, mon père a eu un geste désastreux. De manière machinale il a fait remonté sa main sur l'arrière de ma cuisse. J'ai pris sa main et l'ai remise sur l'acoudoire de son fauteuil ( j'étais debout). Et là "un plus jamais ça !!" a crié dans mon coeur et dans ma tête.  Je veux me sortir de la. 

J'ai déjà fait du chemin, mais pas encore suffisamment. 
Nous en parlons
I
invisibilissime
Publié le 03.06.2011
Inscrit il y a 11 ans / Nouveau / Membre

Bonjour !
Vous le dites très bien vous-même, vous étiez depuis trop d'années sous dépendance incestuelle par rapport à votre père : jour après jour, année après année, un flou trop envahissant vous paralysait plus ou moins selon les situations : votre conscience en était parfois très embrumée et ce d'autant plus en certaines circonstances.
Ainsi une nuit, après la soirée d'étudiante, vous auriez pu réveiller tout le monde pour avoir la paix, mais le contexte d'irréalité -car reproduisant un similaire incestuel (des frères étaient présents)- lors du rapport avec le jeune homme ne pouvait qu'aggraver l'état flou dans lequel le comportement lui-même trouble de votre père vous a maintenu malgré vous pendant trop d'années :
- attente-dépendante quasi figée dans la tête de l'acte redouté " il fallait bien y passer un jour"
- fatigue
- alcool
tout pour être dans le flou et le trouble !
donc tout pour être hypnotisée comme sous le comportement incestuel du père suscitant dans l'insconsient la scène tant redoutée qui peut arriver
Vous avez vécu et vivez encore avec cette peur : l'acte sexuel incestueux redouté va-t-il se produire ou non ?
Un mari qui présente des problèmes d'érection vous fait peut-être osciller malheureusement quelque part dans le schéma trouble par rapport au père : d'ailleurs vous parlez de points communs.
Votre souffrance est trop grande qui vous rend si dépendante de ce schéma trouble.
Tandis que votre mari a sans doute de belles qualités par ailleurs.
Puis le choc quand votre père a eu ce geste malheureux :
oui il y a beaucoup de chemin à faire, et pourquoi pas ne plus voir votre père en tout cas le temps que vous repreniez complètement le dessus avec l'aide d'un psy.
Vous avez beaucoup de mal à retrouver vos saines frontières, vous n'y êtes pour rien du tout puisque c'est dans la construction intérieure profonde de votre personne que tout le trouble a été distillé année après année par le comportement incestuel de votre père.
Donc il faut faire bien face à cette réalité avec l'aide d'un psy pour pouvoir en décoller définitivement.
C'est vrai qu'il faut bien y passer un jour ! mais passer à la vraie relation amoureuse, altruiste, ou plus rien en l'autre ne nous dérange parce que, à l'intérieur de nous, nous ne faisons plus l'amalgame des projections rétro-dépendantes.
Bonne chance !