Abusée par mon père spirituel

Témoignages Publié le 26.03.2018

Abusée par mon père

spirituel

Bonjour,

Je témoigne ici pour avoir un avis, car après tout ce que je lis je le demande si me plaindre de ce qui m'est arrivé est bien justifié.

Je n'ai pas de père. A l'adolescence, vers mes 15 ans, j'ai rencontré dans le cadre d'un stage un patron qui pour moi a très vite représenté la figure paternelle qui me manquait. Il représentait tout ce qui pour moi était le père idéal et il le savait. Il m'offrait la relation qui me manquait pour me construire et un environnement dans lequel je me sentais heureuse. J'ai très vite commencé à travailler pour lui et sa femme les week-ends et les vacances scolaires. La vie chez moi était toxique, avec un beau père maltraitant... Je me sentais donc d'autant plus sécurisée et heureuse chez ces personnes.

Seulement voilà, cet homme, qui avait déjà presque 50 ans à l'époque a vite décidé qu'il devait s'occuper de mon éducation sexuelle, et moi je n'ai jamais su dire non. Je ne voulais pas de ça avec lui mais n'ai jamais eu la force de m'y opposer. Je détestais ces moments où il me pénétrait, sous prétexte de m'apprendre toutes les subtilités de l'amour... Moments pendant lesquels je me dissociais complètement de mon corps en attendant que ça passe, j'avais l'impression d'être en plein cauchemar, sans savoir comment en sortir...

Il m'a utilisée pendant deux ans, dès qu'il pouvait être seul avec moi il me prenait... Jusqu'à ce que je rencontre le père de mes enfants, qui m'a permis de me sortir de cette emprise.

Suis-je vraiment une victime? Il ne m'a jamais frappée, il me disait juste de me taire, que je ne devais en parler à personne... Mais n'a jamais été violent physiquement.

Ais-je une légitimité à me penser victime?

Nous en parlons
K
koinsky
Publié le 18.11.2018
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Membre

La société est très bien faite pour rejeter la faute sur les victimes. Comment fait-elle ? ben elle leur demande d'apporter la preuve de leur état de victime, ce qui est impossible et pour cause : c'est passé par la case "pertes et fracas" depuis belle lurette et seule la victime et son bourreau savent désormais cette vérité. Ainsi la société se lave de tout soupçon, esquivant d'assumer ses responsabilités envers ses enfants en rendant la justice inaudible, invisible et donc inaccessible. Un jour il faudra aussi pointer la responsabilité collective dans les actes individuels, la responsabilité du système, du pouvoir, de l'autorité, est immense et insondable en l'état...

B
bright
Publié le 18.11.2018
Inscrit il y a 2 ans / Nouveau / Membre

Ps : il a été violent avec vous physiquement car il s'agit de viol..c'est un crime.

B
bright
Publié le 18.11.2018
Inscrit il y a 2 ans / Nouveau / Membre

Bonjour,
À 15 ans tu es mineur, donc oui tu es victimes si un adulte te touches intimement et plus. Même s'il n'y a pas eu usage de force physique de sa part. Il a agit par la force et contre ta volonté car il avait du pouvoir sur toi. Il a abusé de la confiance que tu lui donnais. Il s'est servi de toi pour assouvir ses pulsions sexuels.
C'est dur de le réaliser et de se mettre face à la réalité.

K
koinsky
Publié le 10.11.2018
Inscrit il y a 3 ans / Nouveau / Membre

Oui bien sûr que vous êtes légitime à vous penser en tant que victime puisque vous en êtes une, n'ayez aucun doute là-dessus.