Comment le dire

Témoignages Publié le 30.09.2010
Fotolia_8163940_XSAlors voilà je ne sais pas par où commencer. J'ai été violé par mon frères de 6 ans mon ainé. Je ne me souviens plus vraiment quand ça a commencé (c'est une partie de ma vie que je ne veux pas me rappeler) je devais avoir 8 ou 9 ans. Ce n'est pas que l'acte en lui même qui me ronge ce sont aussi des jeux pervers. Je n'ai jamais rien dit j'avais peur car moi aussi j'ai eu droit au "si tu dit quelques choses tu vas voir" j'ai donc garder pour moi ce terrible secret. Cela a duré 3 ou 4 ans. Adolescente je me suis rebellé, je m'automutilais, je ne faisais rien à l'école ou si le bazard. ma mère ne comprenais pas mon comportement et le fossé entre nous se creusa.   Puis j'ai rencontré mon mari ) l'âge de 15 ans, je pensais  oublié... en vain. Je ne vivais pas je survivais jusqu'à ce que je tombe malade et que tout me pete à la figure. J'ai commencé à m'enfoncer et je ne pouvais rien faire contre. J'ai fini par faire deux tentatives de suicide avec pour conséquence deux hospitalisation en psychiatrie. Je précise que j'ai 3 enfants et que maintenant je culpabilise d'avoir fait ces gestes mais je crois qu'à l'époque c'était pour moi la seule solution. J'ai donc tout dit à mon mari qui ne comprenais pas du tout, nous nous sommes même séparé 6 mois. Ca a été un choc terrible pour lui et il a décidé de tous dire à mes parents. J'étais interné quand il a décidé de convoquer mon père et ma mère mais là je crois que ça a été le pire pour moi. Mes propre parents ne m'ont pas cru, Mon frère a fini par avouer mais aucun des 2 n'a manifester le moindre geste d'amour envers moi. C'est terrible de dire que mes parents sont presque 2 étrangers pour moi. Je n'ai pas porter plainte. Je voulais oublier mais si je suis là aujourd'hui c'est que j'y pense encore très souvent et j'ai mal. Maintenant je ne vois mon frère que par hazard et mes parents je les voies que par courtoisie un bonjour bonsoir mais rien d'autres. Ce que je ressors de ça. Je souffre énormement et je ne sais plus comment faire mais je pense qu'il m'a donné la force de me battre tout les jours contre mes demons. Toute ma vie n'est qu'une mascarade les sourires, les je vais bien mais il a tué une partie de moi qui ne revivra jamais.
Nous en parlons
A
Anne_
Publié le 26.10.2010
Inscrit il y a 11 ans / Actif / Adhérent

j'ose te suggérer, pour le mettre moi-même en pratique tant bien que mal, de ne plus rencontrer tes parents, même par courtoisie, ni ton frère même par hasard.
chaque rencontre a probablement pour toi un goût de "et s'ils changeaient d'avis !?!" et pour eux un goût de "elle ne nous parle plus de rien donc elle a oublié".
Ni l'une ni l'autre de ces deux possibilités n'a d'avenir : je le constate avec ma propre famille. Mon seul chemin aujourd'hui, est d'accepter leur déni, bon gré mal gré : je ne les ferai pas changer, je ne les convaincrai pas de se "rallier" à ma cause, cette de la vérité. Mais je dois aller de l'avant, alors ce sera sans eux, tant pis, tant pis pour eux. D'ailleurs mon mari et mon fils sont très clairs, eux, à ce sujet, leur position est bien plus nette que la mienne, et sans doute ont-ils raison.

Vis, vis pour TOI, pour ton mari, tes enfants : construis ta famille autour de ce noyau.

courage, libère toi de ces mauvais liens qui perdurent
courage