Inceste du beau frère

Témoignages Publié le 13.01.2009

Bonjour,
J’ai 49 ans, et les attouchements de mon beau frère me laissent des souvenirs indélébiles. Pendant des années c'est resté enfoui en moi, puis à 40 ans j'ai fait une grave dépression, j'ai suivi une psychothérapie et là pour la 1ere fois je parlais à un étranger de ce que j'avais subi à l'âge de 11 ans. la réponse du psy : portez plainte, même si il ne peut plus être condamné, sinon vous ne vous en sortirez pas, je ne trouve toujours pas la force de le faire à cause de mes neveux et nièces qui sont ses enfants. Ma soeur a divorcé de cet homme qui la battait, la trompait en plus.

Il ne m'a pas pénétré, car il y avait toujours quelqu'un d'autre dans l'appartement, il me coinçait dans une pièce et me passait la main dans le slip et le reste.... m'obligeait à le toucher, ma nièce qui avait 2 ans à ce moment là était même présente.
Dès le début j'en ai parlé à ma mère, et je lui ai obéi, pauvre idiote que j'étais. elle m'a demandé de me taire, de ne pas en parler à mon père de crainte que ce dernier interdise à mon beau frère de franchir la porte, et me disait elle, de cette façon elle n'aurait plus vu ma soeur aînée.
Je suis rentrée dans ce jeux. Lui me disait de me taire, et ma mère aussi.
Il osait même faire des allusions à ma "haine" contre lui lorsque toute la famille était réunie, sachant que je ne dirais rien, pour ne pas faire de drame familial.
Lorsque le psy a appris la réaction de ma mère il m'a conseillé de "la mettre dehors" de ne plus la voir, cela fait 10 ans qu'il me l'a conseillé, je ne suis toujours pas capable de le faire, comme je ne suis pas capable d'aller devant un tribunal.
Et pourtant j'ai au fond de moi un ressentiment de plus en plus douloureux, mon mari le sait, je lui en parle trop souvent me dit il, mais j'ai besoin de me confier.
La thérapie a durée 2 ans, pour soigner la dépression mais je n'ai jamais fais une thérapie pour soigner cette souffrance là.
Merci de m'avoir lu, et merci de me répondre