Témoignage

Témoignages Publié le 14.05.2011

femme1J'ai subi des attouchements de la part d'un voisin à l'âge de 9ans. Cela a duré pendant environ 18mois. La particularité de mon expérience est que ce voisin, me donnait en contrepartie de l'argent que mes parents récupéraient. Et comme mes parents ont un rapport avec l'argent un peu particulier il fallait toujours que le vieux voisin donne toujours plus d'argent, alors pour ça il fallait allé le voir de plus en plus souvent....  Toute seule ce n'était pas marrant, alors avec mon frere et ma soeur on lui rendait visite, et il nous donnait de l'argent à tous les 3. Mais il sempblerait que je sois la seule à être passée à la casserole !!!!

J'avais presque 11 ans lorsque nous avons déménagé pour changé de région.   

Pendant des années j'ai complètement occulté ces souvenirs douloureux... Puis par le biais de mon travail, j'occupe un poste actuellement ou je suis amenée à travailler avec des enfants et de jeunes ados qui sont en difficultés et dont certains ont eux aussi subi des attouchements ou autres.  Et depuis,mon arrivée à ce poste des souvenirs remontent à la surface... Il y a des moments ou j'ai l'impression que c'est un véritable film qui défile devant mes yeux. J'entends encore la voix de ce vieux sadique....

Aujourd'hui, j'ai 35 ans et un enfant du même âge.  Psychologiquement je suis au plus bas. Je suis suivie depuis plusieurs mois par une psy, mais j'ai pas vraiment l'impression d'avancer et d'aller mieux.  

Visiblement mes parents ne se sont jamais demandé pourquoi ce vieil homme nous donnait de l'argent. Et pour ça je leur en veux énormément. Je n'ai pas été capable de leur dire ouvertement de face à face. En novembre dernier, je leur ai déposé un courrier dans leur boite aux lettres pour leur expliquer mon histoire, mon vécu et surtout pour leur dire que quelque part je considérais qu'ils m'avaient prostituée et utilisée pendant un certain temps. Dans cette lettre je leur ai exprimé que je ne voulais plus de contact avec eux.  

Et bien, la seule réaction de ma mère à été de me laisser un message sur mon portable ou elle semble très énervée et me rejette la pierre en me disant qu'ils ne pouvaient pas deviner puisque je n'ai jamais rien laissé paraitre, et qu'en plus aujourd'hui je n'ai même pas le courage de les affronter pour leur dire en face.....  Je crois que la réaction de celle qui m'a mise au monde m'a dégoutée à tout jamais de la revoir et m'encourage définitivement à faire une crfoix sur elle et son existence.... Peut être que je n'ai rien laissé paraitre, sauf que j'ai fais pipi au lit jusqu'au fameux déménagement vers une autre région et que eux ne se sont absolument jamais posé de question sur pourquoi ce vieux voisin nous donnait de l'argent.  

Comment des parents peuvent ils exister ??? En tout cas ce ne sont pas des parents dignes de ce nom !!!!

Nous en parlons
I
invisibilissime
Publié le 30.05.2011
Inscrit il y a 11 ans / Nouveau / Membre

Bonjour,
Votre thérapie en est à un stade difficile mais les périodes "sombres" font aussi partie d'une bonne thérapie, et prouve justement qu'elle est bonne.
C'est là qu'il serait regrettable de lâcher.
Engager une thérapie, c'est s'engager à persévérer, quels que soient les sursauts intérieurs, jusqu'à un stade de capacité à gérer personnellement sa propre vie, jusqu'à devenir indépendant par rapport à certaines nuisances surtout intérieures, entravant la capacité à s'épanouir spontanément vers le bonheur.
Actuellement, un ressentiment douloureux remonte qui vous anime surtout contre votre mère : enfant, vous n' étiez pas responsable d'avoir été traitée à votre insu comme une prostituée, elle serait responsable de cela.
Est-ce par rapport à vous ou par rapport à ce sentiment de culpabilité qu'elle réagit elle-même ?
Mais surtout pourquoi parler de prostitution ? A aucun moment vous ne vous êtes prostituée, et à aucun moment, semble-t-il vos parents ne vous ont sciemment prostituée : la honte, la douleur, le ressenti de l'enfant que vous étiez remonte, c'est le ressenti de cette époque-là qui remonte et qui déborde face à votre enfant au même âge.
Vos parents avaient semble-t-il une problématique névrotique par rapport à l'argent : si névrotique qu'ils en avaient apparemment des freins dans la tête les empêchant d'être lucides.
En fait, aller mieux en thérapie, c'est savoir passer un cap après l'autre : rétablir la réalité, le vrai ressenti, les vraies causes de tout une situation malheureuse vécue, subie, et se débarrasser enfin de sentiments de culpabilités supportés à tort : amorces de ruptures ou de dialogues. Tout dépend de la capacité de l'autre à entendre une dure vérité : en disant "l'autre", je pense à votre maman.
Bonne chance pour la poursuite de votre bonne analyse.