Témoignage du soir mes pensées

Témoignages Publié le 21.01.2021

Aujourd'hui âgée de 35 ans je suis tiraillée entre l'envie de partie vivre seule avec mes enfants pour laisser mon conjoint loin de mes soucis et le laisser libre de trouver une personne plus ouverte à une vie à 2.

Aujourd'hui je revis par flashs beaucoup de moments que j'ai vécus lors de mon enfance. Beaucoup de révélations se font au compte goutte dans ma famille car je vais à la pêche aux infos, chose que je n'arrivais pas où n'osais pas faire il y a encore quelque temps... ÇA remue beaucoup de choses en moi, mes enfants, mon grand de 5 ans surtout, me fait voir la vie de maman sous tous ses angles et je me dis que quand même on aurait pu prévenir les actes ou du moins les sentir arriver.

Pour ma part, tout n'est que silence et sujet délicat, je marche sur des œufs quand je tente le dialogue avec mes proches et je sens que je dérange, je me sens comme le vilain petit canard qui n'a rien demandé et qui pourtant est jugé et laissé de côté parce que c'est un problème que l'on a pas envie de côtoyer, je suis le problème et je suis à problèmes. Je suis peut être instable, émotionnelement fragile, je mène ma vie de front mais je sens que quelque chose ne tourne pas rond chez moi, je suis là à sans cesse me justifier alors que je ne demande qu'à être écoutée (enfin et sans jugement) car leur rôle il est là aujourd'hui, savoir écouter sans tenter une explication que moi même parfois je n'ai pas.

Pourquoi suis je aussi sur la defensive lorsque ce sujet vient à sortir de l'ombre ? Pourquoi ne suis je pas aussi simple que mes frères et sœurs ? Pourquoi suis je si abîmée et remuée lorsque je lis et vois autour de nous tous l'inceste perdurer et gardé sous silence qui, pourtant il faut le dire, ces actes commencent enfin à se faire entendre mais j'aimerais tant et tellement que cela devienne mondiale, que le monde se soulève lorsqu'un enfant pleure son âme et son enfer, comme j'aimerais que les cœurs se serrent et se déchaînent pour venir en aide à tout ceux qui n'ont pas encore la chance ni l'âge de s'en sortir...

Covid oblige j'y pense chaque jour chaque soir à tous ces petits bouts qui sont emprisonnés entre ces murs qui devraient être sécurité et apaisement m... Comme j'aimerais que nos voix et nos cris soient entendus et pris en compte et non banalisés et essuyés comme on jette un mouchoirs dans une poubelle.... Comme j'aimerais que ce mot inceste ne figure jamais dans notre vocabulaire car il serait alors aussi inexistant qu'irréel. Je pleure souvent, seule, loin des regards de ceux qui ne voient que ma façade souriante, ceux qui ne connaissent de moi que mon humour et ma joie de vivre car oui je sais faire semblant, je sais faire de mon mieux pour paraître, on me l'a si bien appris... Courage à tous vous tous qui lirez ces quelques mots d'une survivante qui saigne...