Ce livre m'a aidé(e) (public)
En finir avec la culture du viol (Noémie Renard)
P
Patrick.L
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Adhérent
31
145
Paru tout récemment, le livre "En finir avec la culture du viol" de Noémie Renard tente de comprendre pourquoi le viol est un crime à la fois tellement répandu et tellement banalisé, et très rarement puni par la justice.

Ce livre n'est pas un témoignage ni une aide pour le parcours de reconstruction. Il va être utile surtout aux personnes qui cherchent à prendre du recul, à comprendre le phénomène dans son ensemble, à venir en aide à des proches, et à militer.

Noémie Renard examine les relations de domination qui sont au coeur de la culture du viol, et les stéréotypes qui nous empêchent collectivement d'appréhender la réalité du viol.

Ainsi l'image populaire du "vrai viol" commis par un inconnu armé d'un couteau dans une rue sombre, masque la réalité du viol le plus souvent commis par un membre de l'entourage amical et familial.

De même l'image populaire du "pédophile" qui fait la sortie des écoles pour essayer de faire monter des enfants dans sa camionnette masque le fait que 75% des faits de pédocriminalité sont incestueux.

Autre stéréotype, celui des désirs masculins qui sont présentés comme des "besoins", des pulsions irrépressibles, comme une sorte de "droit au sexe" naturel et fondamental. Ce droit au sexe des hommes engendrerait en creux une sorte d'obligation pour les femmes, voir pour les enfants, de satisfaire les désirs masculins pour ou contre leur gré.

Moi qui suis un homme, et qui compte plusieurs survivants de l'inceste (hommes et femmes) dans mon entourage proche, ce livre m'a fait réfléchir sur ma propre masculinité, sur les préjugés dans lesquels j'ai grandi.

Ce qui m'a beaucoup interpellé aussi c'est le lien que Noémie Renard montre, à l'aide d'études scientifiques et d'autres sources, entre la culture du viol et le racisme, l'homophobie, le sexisme bien sûr et d'autres formes de discrimination. Le viol est avant tout une question de domination peut-être davantage encore que de sexualité. Et la façon dont les fictions grand public comme "50 Nuances de Grey" peuvent véhiculer les stéréotypes de la culture du viol.

Les propositions que formule Noémie Renard (auteure par ailleurs du blog antisexisme.net) se rapprochent des 29 propositions pour un plan Inceste de l'AIVI: sensibiliser et éduquer, former les professionnels, faire progresser la loi, se donner les vrais moyens et lutter contre les inégalités.

Elle conclut en disant qu'il ne faut pas tout attendre de l'État, et que c'est l'affaire de chacun et de tous de lutter contre l'inceste, la pédocriminalité, et les violences sexuelles en général.

Alors, qu'est-ce qu'on attend pour se mettre au travail ?

[attachment=1653]En-finir-avec-la-culture-du-viol.jpg[/attachment]
30 messages
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 25.03.2018 13:55
Votre message m'a beaucoup touchée et parce que vous êtes un homme et parlez de ce que vous subissez. Je trouve qu'il n'y a pas assez d'hommes qui parlent, mettent des mots et j'en aurais besoin en tant que femme aussi pour cesser d'avoir peur de certains et ne plus avoir peur d'aller chercher du secours auprès de la majorité des autres hommes.
M
Melina
Inscrit il y a 3 ans / Actif / Membre
Publié le 25.03.2018 15:08
Ce livre semble intéressant, la culture du viol est tenace et il serait temps déjà dans notre propre famille d'éduquer nos enfants au respect de l'autre, au respect de son propre corps, à avoir le droit de dire non, que notre corps nous appartient et que les parents soit simplement A L'ECOUTE de leurs enfants, poser des questions et être prêt à entendre un abus sexuel sans fermer les yeux. et aux cours d'éducation sexuelle parler du consentement (ce qu'on ne fait même pas de ce que je me souviens à l'époque du collège/lycée ?) être sûre que la femme est consentente avant d'aller plus loin, que les femmes ont le droit de dire non au dernier moment, ne pas se forcer etc

Quand au film "50 nuances de Grey" je suis hallucinée de voir le succès qu'il a eu et surtout la fascination des femmes pour ce film qui s'en vantent à tout va sur les réseaux sociaux par exemple et qui fonce le voir au cinéma dès la sortie.
Alors que ce type devrait être le mec à fuir à toutes jambes au vu de ces semblants de pervers psychopathe qui veut une vierge pour assouvir ses fantasmes mais non là c'est le "prince charmant"
Malheureusement c'est aussi à cause de ce genre de film que les vrais agresseurs s'en servent d'excuse en se disant que les femmes aiment les rapports brutaux et sado / maso. j'ai déjà entendu d'une victime qui a porté plainte, que son agresseur a dit "qu'elle avait des bleus car elle aime le SM"
Belle mentalité
M
moogli
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
Publié le 25.03.2018 16:08
Je pense que ces femmes attirées par 50 nuances de grey ont internalisé la misogynie. Elles sont conditionnées à la violence sexuelle. Tout comme sur le forum certaines survivantes utilisent la sexualité violente à forte dose pour disjoncter. Parce que nous l'avons expérimenté dans notre histoire. Et que cela est un moyen de dissocier. Aujourdh'ui il y a un discours puissant autour du porno et des pratiques hards et dégradantes. Nous sommes encouragées, conditionnées à les accepter ,dressées par la propagande masculiniste à les considérer (l'inceste dresse les femmes à la prostitution par ex) comme la norme ou alors nous sommes jugées prudes.
On banalise la violence sexuelle ainsi, elle s'immisce dans toutes les strates. La publicité (pornification et dégradation sexuelle des femmes), les médias (traitement des féminicides dans les journaux, leur minimisation et leur invisibilisation), la culture (Coucou Oreslsan et les victoire de la musique!): tout ceci et plus encore forment des composante de la culture du viol. Dans ce contexte ce n'est pas étonnant que des femmes se précipitent pour voir de la torture sexuelle sous couvert de pseudo romance...
S
So
Inscrit il y a 3 ans / Débutant / Membre
Publié le 25.03.2018 21:27
Merci pour ce post. Effectivement, la racine du problème est bien que les hommes ne sont pas considérés comme responsables de leur propre désir (et donc des actes qui s'en suivent). C'est aux femmes de ne pas les "provoquer" ou d'assumer en se soumettant de les avoir excités. Il y avait un documentaire sur France 2 il y a quelques semaines sur le "sexe sans consentement", ce n'est plus en replay gratuit malheureusement ( http://www.telerama.fr/television/regardez-en-replay-sexe-sans-consentement,-reflexion-sur-la-zone-grise,n5519629.php)
Une des filles racontait que son abuseur (qui n'avait même pas conscience de l'être tant ces choses là paraissent normales) lui avait dit "tu m'as allumé alors maintenant t'assumes"!!!
Dans mon cas, le juge d'instruction que j'ai vu (il n'était pas tout jeune et c'était il y a 20 ans mais quand même...) m'a dit qu'entre une fille de 15 ans et un garçon (mon frère) de 21, c'était la fille qui était la plus mûre. Quand à mon frère, toute son "éducation" consistait à me dire qu'il ne fallait surtout pas être une allumeuse (qui donnait envie sans coucher) mais qu'il fallait être une salope (qui couchait avec tous ceux qui voulaient). Et surtout ne pas quitter un garçon après la première nuit parce que c'était vraiment trop dur pour lui, il douterait trop de ses capacités. Et forcément que tu en as envie, sinon t’es frigide ?
Rien de tout ceci n'aurait été possible sans ce fondement idéologique de la culture du viol. Alors merci de nous rappeler que nos histoires individuelles se jouent aussi dans des structures collectives de domination. Ca permet aussi de se sentir moins "responsables" des agressions que nous avons subies.
Plein de pensées à tous et toutes
P
Patrick.L
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Adhérent
Publié le 25.03.2018 23:02
Merci Phelenix !

Les hommes sont souvent dans un déni plus ou moins prononcé des violences sexuelles en général (ce fut mon cas aussi). Mais cela ne veut pas dire qu'ils sont tous complètement bouchés, et qu'ils ne peuvent apporter aucune écoute ni aucune aide... heureusement !

bien à vous
Patrick
L
laetitiare
Inscrit il y a 10 ans / Actif / Membre
Publié le 26.03.2018 21:40
Bonsoir,

J'ai visité son blog qui est très riche et tout à fait pertinent.

Cela montre que nous vivons dans une société qui valorise et protège "les plus forts" : hommes blancs hétérosexuels dominants, que les femmes passent toujours après (il n'y a pas d'égalité), les femmes noires encore après et que les plus vulnérables qui devraient être protégés de tous : les enfants, sont les plus violentés (inceste, infanticides etc)

Sans cette prise de conscience il n'y aura pas de progrès, il est temps de passer à la culture du consentement ! Du respect !
P
Patrick.L
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Adhérent
Publié le 26.03.2018 21:51
chère Laetitia,

Bien d'accord avec vous !

Le fondement même de la morale que les plus forts doivent mettre leur force (qu'elle soit physique, mentale, émotionnelle, sociale) au service des plus faibles, ou au minimum éviter d'abuser de leur force pour leur nuire: homme/femme, homme/enfant (et beaucoup plus rarement femme/homme ou femme/enfant) le viol c'est toujours une histoire de domination et de pouvoir...
W
WiseWacky
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
Publié le 27.03.2018 01:30
Bonsoir

Le monde entier repose sur des histoires de forces et de faiblesses, et pas seulement chez les humains. Mais c'est justement la nature humaine qui est censée donner le change puisque contrairement au mode végétal et animal, nous refusons la domination de la nature (et sur notre nature) en essayant de la contrôler et la transformer. Nous avons inventé les notions de justice et d'égalité, de liberté individuelle, de culture et de sagesse... Malheureusement ces notions ne sont partagées et développées que par une minorité, les autres ne font que suivre le courant. Donc réjouissons-nous au moins de faire partie de celles et ceux qui ont en eux une conscience et veulent grandir.
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 29.03.2018 02:36
Attention spoilers 50 shades dans ce post mdr ^^

En parlant de Nature, je lisais quelques idées qui m'interpellaient, l'idée que la pulsion sexuelle est très puissante et qu'elle a besoin d'être encadrée pour être compatible avec une vie en société.
Un encadrement qui ne soit ni du contrôle (tyrannique), ni non plus une absence de règles anxiogène.
Et que l'interdit est structurant.

Oserai-je dire tout comme l'interdit de l'inceste? Ou l'interdit d'un parent positif qui structure son enfant pour l'aider à s'adapter constructivement à ce monde?

Et ça me faisait penser à la surexposition d'une forme de sexualité frénétique dans cette société. Comme une drogue. Rapide, intense, plus fort à chaque fois et enchainé comme des rails de coke.

Et ça me faisait penser que là à mon sens et dans 50 shades aussi on a basculé socialement dans une société où la pulsion sexuelle n'est globalement pas assez encadrée, trop d'absence de repères structurants.
J'ai l'impression qu'on est passé d'une société malheureuse d'hypercontrôle de la pulsion sexuelle (et notamment celle de la femme) à une société hypermalheureuse d'absence de repères. Un peu la jungle oui et avec les plus violents qui dominent donc. Et souvent des hommes et donc des hommes violents comme ce fameux Christian de 50 shades.
Et des femmes nunuches qui ignorent leurs besoins, leurs corps, leurs envies (soit parce que la société ne les soutient pas pour les connaître, soit parce qu'elles n'ont pas la force de s'explorer elles-mêmes) comme Anastasia, faussement naive mais manquant de connaissance d'elle et de courage d'assumer que plutôt qu'un pervers, elle mérite un type qui la respecte.

(Et la fin de la série qui à mon sens est juste une pirouette cacahuète absolument pas crédible d'un point de vue psychologique. Ou comment la fiction par la magie fait revirer un pervers en mec charmant et respectueux. Une femme humiliée en épouse conquise et le tout sans trop d'excuses si ce n'est que 'le pauvre gars il a été abusée par de méchantes femmes dans son enfance.' Et désolée si j'ai spoilé cette oeuvre de fiction.)
N
nikko
Inscrit il y a 7 ans / Actif / Membre
Publié le 29.03.2018 12:11
Je suis moi même très choqué par notre société. Il y a bien une culture du viol, une recherche de certains pour une dépénalisation de la pédophilie. Il parait que c'est une forme d'éducation sexuel.

Des personnes dite "importante dans notre société", je ne les considère pas ainsi, je les méprise ont véhiculé des horreurs.
Attention ame senseible s'abstenir

https://www.youtube.com/watch?time_continue=15&v=8b7vzAzIGfc
https://www.youtube.com/watch?v=-1zKsxzXVQQ


;
Je ne fêterais plus la fête de la musique (créé par Jacques Lang)
https://www.youtube.com/watch?time_continue=48&v=J8qcb9gYNlY

(Invalid video video code)


(Invalid video video code)
(Invalid video video code)


« Au dessus de 14 ans, c’est dégueulasse ! »
(Frédéric Mitterrand, dans "93, Faubourg Saint-Honoré")

« La profusion de jeunes garçons très attrayants et immédiatement disponibles me met dans un état de désir que je n’ai plus besoin de réfréner ou d’occulter. L’argent et le sexe, je suis au cœur de mon système, celui qui fonctionne enfin car je sais qu’on ne me refusera pas. »
(Frédéric Mitterand, dans son livre "La Mauvaise Vie")
https://www.youtube.com/watch?time_continue=2&v=2cYlhxKvas4

Edifiant
https://www.youtube.com/watch?time_continue=38&v=aoZHUrxKP4g

https://www.youtube.com/watch?time_continue=49&v=UJVro77dw48

Laurent Louis, député belge :
https://www.dailymotion.com/video/xw2y9p

Tous ça me répugne. Et il y a pleins d'infos de ce genre là...

https://www.youtube.com/watch?time_continue=15&v=__HyjOpwNzI

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

7 544 membres enregistrés
123 223 messages
2 personnes en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !