Echanges avec les non survivants
DECEPTION
M
Morefil
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
35
121
Bonsoir, second RDV avec celui qui doit être mon psy référent.
Le vide.
J'attendais que l'on aborde l'inceste, le climat incestueux, que l'on creuse, que l'on en parle.
Néant. Juste quelques mots, alors que c'est la base de mon mal-être.
Nous avons surtout évoqué mes résultats sanguins,"ils ne sont pas si mauvais", ça va l'alcool ne m'a pas encore détruit; j'ai parlé de mon permis de conduire probatoire, que je dois valider par une contre-visite médicale:
"avec vos tests sanguins, aucune chance".
Dommage, c'était la montagne que je m'étais donné de gravir dans les 15 jours à venir.
Merci pour le soutien.
Il m'a appris que mon père avait une attitude perverse. Bien.
J'ai des mois d'avance sur lui, dans la compréhension de mon mal, depuis juin. Que dis-je, des années.
Pour le moment, mon meilleur psychiatre reste mon médecin traitant.
Je suis très déçu; je vais retourner au CMP de ma ville, j'y ai au moins une écoute plus attentive, plus proche.
34 messages
M
Morefil
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 24.11.2017 01:15
Je dois cesser de penser au passé, je dois désormais penser à l'avenir.
Il est gentil le monsieur, mais quel avenir avec ce passé?
Alors c'est bien, je peux continuer à picoler, le bilan n'est pas mauvais. Les causes, bof, pas grave, on passe.
Bref, le courant ne passe pas, pas la peine de continuer.
Prochain RDV dans un mois, alors qu'il me faudrait pouvoir m'exprimer au minimum tout les 15 jours.
Ça ne va pas le faire.
M
Morefil
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 24.11.2017 01:32
J'ai répété ce souvenir, lorsque mon père - j'ai douze ans- est dans son bain et me demande si je veux lui toucher les testicules.
Il est resté de marbre.
Ce serait donc quelque chose d'anodin?
Désolé, déçu et en colère, bonne nuit.
A
*Profil supprimé*
Publié le 24.11.2017 12:02
Soit ce n'est pas du tout le bon aidant pour toi (je le pense très fort), soit sa méthode est obscure !

Dans mes contacts avec les psys, je pars du principe que nous sommes à égalité pour résoudre le problème, j'ai besoin de son aide bien sûr, mais le travail progresse si on se comprend, si je peux apporter mes interrogations, si je sais comment on avance et jusqu'à présent, j'obtiens ce travail commun.

Dis-lui que tu ne comprends pas sa méthode et peut-être si sa réponse ne t'aide pas, un autre le fera mieux ?
A
Adèle9
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 24.11.2017 18:58
Bonsoir Morefil,

C'est important de trouver un thérapeute avec qui ça passe. Je me suis permise de demander à ma psy si elle avait fait un travail sur elle, même si je l'avais senti.

Prends soin de toi.

Chaleureusement.

Adèle.
M
moogli
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
Publié le 24.11.2017 21:17
Je suis navrée pour toi mais ce psy est maltraitant. Et souvent, d'après la mienne ces stratégies de minimisation et de déni des soignants sont pour protéger leur propre problématique. Ces psy sont à fuir à tout prix! Tu as bien raison de te rebeller, toi tu SAIS.
M
Morefil
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 24.11.2017 23:22
J'ai vu mon médecin traitant aujourd'hui, il voulait me voir après ce second RDV avec mon psy.
Il m'a présenté les choses totalement différemment.
"C'est bien tu as un but, moins boire pendant 15 jours, récupérer ce permis, et retourner sur l'eau (nous sommes tout deux fondus de planche à voile)"
Par contre , nous avons cessé l'hypnose, il estime que je suis encore trop dans les traumas, et que son travail ne me serait d'aucune aide pour le moment.
Je m'attache étrangement à ce médecin traitant, je sens qu'il me comprend, il m'a aidé plus que personne depuis juin.
Il n'est pas psychiatre, dommage.
M
Morefil
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 24.11.2017 23:28
Ce médecin m'a conté l'histoire de ce patient de 70 ans, qu'il a vu venir totalement détruit et en larmes, après 60 ans de silence.
Comment cela est-il possible?
Comment vais-je me sortir de ce foutoir psychique?
A
*Profil supprimé*
Publié le 25.11.2017 12:44
Les personnes qui nous aident ne sont pas seulement des professionnels.
Dans les professionnels, certains n'ont aucune, ou si peu, de formation pour comprendre ...
Mais ce médecin a déjà été sensibilisé, ne serait-ce par ce patient de 70 ans ...

De mon point de vue, les professionnels reçoivent une formation pour se préserver, ils ne peuvent pas s'impliquer dans tous les problèmes qu'ils côtoient ...
mais certains ont aussi un vécu qui les empêchent complètement d'aborder le problème, ça les touche et le déni les tient.
En gros, un soignant, c'est un humain avec les mêmes faiblesses que tout le monde, c'est parfois un soi-niant ... ce devrait être quelqu'un qui a l'empathie nécessaire tout en se préservant, un équilibre délicat.

Mais une chose est certaine, il faut trouver un soignant avec qui ça fonctionne ... et parfois, ce n'est pas la personne qu'on attendait, l'essentiel est de trouver cette aide.
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 26.11.2017 00:28
Bonsoir Morefil, Bonsoir Tous,

Oui, je lisais sur le sujet de comment les émotions brutes d'un patient en état de stress post-trauma peuvent en fait provoquer à un professionnel qui ne sait pas se gérer un traumatisme vicariant.

Comment nos traumas peuvent en fait réactiver les traumas perso du thérapeute. Un thérapeute professionnel doit sur le papier ne pas laisser ses émotions l'envahir de façon démesurée pour justement rester en capacité d'aider son patient. C'est pour cela que thérapeute est bien un METIER et non pas juste s'asseoir dans un fauteuil en ayant lu des livres de psycho et d'écouter le patient en face. Il y a aussi un travail de mise à distance de l'émotion que le thérapeute a intérêt pour lui et pour le patient à maîtriser sinon bonjour les catas.
Et dans mon expérience, ben, force est de constater que sur 5 psys, 1 est vraiment pro, 4 autres une cata rapidement.

Après, j'ai envie de dire que nous allons chez un thérapeute en confiance et que si le thérapeute ne sait pas se gérer, c'est humain de sa part et notre besoin légitime d'écoute et d'empathie, il faut partir le combler chez un autre psy qui se gère bien mieux cette fois. D'ailleurs de ce que je lisais le traumatisme vicariant peut provoquer ces fameuses réactions maltraitantes, agressives, évitantes ou insensibles contre le patient.

Je n'irais plus faire réparer ma voiture chez un garagiste qui est épuisé et oublie deux fois de suite de rebrancher la sonde de température liquide moteur sur la voiture et qui m'occasionne deux surchauffes moteur et deux rendez-vous au garage. Je comprendrais que cet homme est fatigué et fait des bêtises, je ne le jugerai pas, mais moi j'ai besoin d'un service de qualité. J'irais ailleurs. Je me respecterais. Ben c'est pareil avec le psy. Comprendre qu'il disjoncte par surcharge, c'est bien mais après il faut se respecter soi et ne pas rester dans une relation professionnelle qui a dépassé le professionnel à cause de l'incapacité du psy à rester professionnel.

J'ai beaucoup lu sur ce sujet parce que j'ai vu comment mon post-trauma lorsque je cesse de volontairement m'anesthésier émotionnellement en présence d'un proche affecte la personne en face de moi. C'est comme si mon trauma réactivait les traumas chez l'autre. Et j'ai compris que les psys c'est un peu le problème. Quand on n'a pas la capacité de mettre à distance l'émotion de son patient (par fatigue temporaire ou manque d'outils et de stratégies) ben on se prend des bouffées d'agonie d'une violence inouie régulièrement et ça affecte. Et on cesse de devenir un aidant pour devenir assez antagoniste et donc néfaste au patient. Pour aider l'autre dans un métier d'aidant, il faut déjà aller fort bien soi-même.

Après, le patient n'y est pour RIEN. Nous on est en détresse,
on va voir le thérapeute pour de l'aide, c'est son travail. Si le thérapeute va mal, c'est son travail comme nous on le fait d'aller chercher de l'aide pour lui cette fois.

Le mieux, c'est de changer de thérapeute.


Avec ma psy, je m'anesthésie beaucoup parce que je sais que je ne veux pas avoir à vérifier si mes émotions d'agonie pourraient l'affecter, je ne veux pas prendre le risque encore, c'est un accord que j'ai avec moi-même. Je la préviens quand je vais décompenser pendant la séance. Je lui dis 'Bon allez, là ça va être dur, j'y vais.' J'estime que c'est pour moi l'avantage d'avoir su contenir mon agonie 22 ans, je sais quand fermer la boîte de Pandore et quand l'ouvrir aussi volontairement (quand elle ne craque pas toute seule comme il y a 7 mois). Je sens que je peux me lâcher de plus en plus avec elle à mesure des séances et ça me rassure. Et aussi parce que le travail que je fais seul fait que j'apprends à m'autogérer en cas de bouffées d'angoisse/colère/haine/terreur/agonie/désespoir/mort

Ma psy est le seul être humain avec qui je peux ouvrir la boîte de Pandore un assez long moment.
J'ai essayé avec mes proches et c'est une catastrophe, ils sont trop perméables émotionnellement, ils ne sont pas psy justement et je les respecte trop pour les exposer à ça. Après, j'ai aussi conscience que ça va se vider pour moi au fur et à mesure que j'écris, que je parle, que je verbalise à haute voix.

Il y a plein de techniques pour se réapproprier émotions et souvenirs traumatiques, les vider déjà bien seul aussi. Je lisais d'une psychologue québécoise avec un certain amusement devant la trivialité enfantine du propos et en même temps trouvant cela assez judicieux au fond que 'Pour se soulager l'esprit, il faut le faire comme avec le corps. Que les larmes, c'est le pipi de l'esprit. Et que les mots, c'est le caca. Et qu'il faut donc régulièrement se laisser à pleurer et parler, sans forcer non plus mais le faire régulièrement comme ça vient sans réfléchir."

Et donc peut-être aussi que te vider en pleurant et laissant les souvenirs et les émotions revenir, ça pourrait te faire beaucoup de bien et aussi de mettre plus de mots (oral, écrit, seul et/ou à d'autres) en plus d'un psy qui serait plus imperméable à notre 'pipi et caca' de l'esprit, je me permets de terminer sur cette petite note enfantine.
M
Morefil
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 26.11.2017 06:07
Je relis avec stupéfaction la dernière ordonnance de mon médecin traitant:
"Ta nouvelle vie commence dès lors que tu réalises que tu t'en as qu'une seule.
Giorado.
A lire donc.

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

7 538 membres enregistrés
123 220 messages
3 personnes en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !