Echanges avec les non survivants
Inceste vécu et un autre doute
M
moogli
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
33
72
Oui, pour comprendre je veux bien savoir plus ce qu'en disent les thérapeutes. Mais déjà je suis très curieuse de cet argument des faux souvenirs avec l'hypnose. D'abord parce que c'est un argument qui historiquement est mis en avant pas les sceptiques de la mémoire traumatique et ceux qui nient la réalité des violences sexuelles. Bien pratique, ils invoquent les faux souvenirs. Les traumatologues sérieux savent bien que les souvenirs liés à la mémoire traumatique prennent une forme spécifique à l'expression des traumas et ne peuvent être ni simulés ni construits, de par leur nature même ils n'ont pas une forme construite qui s'exprime de façon autobiographique. En quelque sortes, le patient s'exprime par la perception des signaux de son corps, des bribes d'images et tous autres indices sensoriels qu'il faut décoder dans une démarche thérapeutique approfondie. Et quand bien même le souvenir apparait dans un éclair évident, ce qui peut arriver, tout un faisceau d'indices d'ordres traumatiques permet de replacer l'information dans une vérité traumatique, sans aucun doute. Les spécialistes travaille sur l'activation du réseau mémoriel qu'ils sont seuls à savoir exploiter dans des procédures spécifiques pour faire jour ou faire sens aux traumas. C'est donc un fantasme la plupart du temps de parler de faux souvenirs.
Par ailleurs, je trouve que pour nous le doute est une souffrance supplémentaire à nos traumas et pour cela j'ai envie de te dire de te faire confiance et de suivre ta boussole qui t'informe de quelque chose à creuser. Nous savons à un niveau plus profond que notre conscience, notre corps sait, il nous faut découvrir parfois la vérité, et nous sommes en réalité les seules à la posséder.
32 messages
P
PetiteLoutre12
Inscrit il y a 2 ans / Actif / Membre
Publié le 05.11.2018 15:58
Bonjour Lily,

bienvenue

J'ai justement posé la question à ma psy, pour les faux souvenirs, parce qu'on m'en parlait et je voulais savoir ce qu'il en était.
Elle m'a dit que déjà moi, justement, je n'ai pas de souvenirs. J'ai des images, un flash-back, mais surtout j'ai tout un tas de symptômes. Elle m'a dit que si on inventait ça, on n'aurait pas de symptômes. Moi c'était des crises d'angoisse, des périodes suicidaires, une peur de hommes ++, aucune relation amoureuse, une peur panique du gynéco... et maintenant que je peux mettre un mot dessus, la dissociation.
M
moogli
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
Publié le 05.11.2018 16:23
Je t'encourage vraiment à être prudente dans ta démarche car je suis certaine que les souvenirs "oubliés" ou le déni ont leur utilité. Très utile d'être bien entourée et d'avoir développé des ressources pour affronter son histoire.
Personnellement je n'ai pas de réponse sur la culotte baissée, comment savoir? Tout et son contraire est possible, mais ma propre expérience qui me fait dire que les questions qu'on se pose sur des souvenirs qui nous échappent méritent d'être explorés. mais seulement il y a un moment pour tout, si tu te sens fragile c'est important de te protéger. s'entourer de personne de confiance qui sauront conseiller et accompagner. Bien à toi.
M
moogli
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
Publié le 05.11.2018 16:26
Ah et j'oubliais, ma psy emdr avec laquelle je travaille les traumas m'a souvent dit que ce n'était pas indispensable de découvrir toutes les agressions que j'ai subis pour me reconstruire. Et maintenant que je lis sur l'emdr je comprends ce que cela veut dire. Les symptômes traumatiques peuvent être traités indirectement sans que les souvenirs soient révélés à notre conscience. ça n'empêche pas que j'entende la frustration de savoir ce qu'il s'est passé, je connais tellement cela et je compatis. Et je pense que chacun a sa propre recherche, sa propre démarche et qu'elle est unique.
P
PetiteLoutre12
Inscrit il y a 2 ans / Actif / Membre
Publié le 05.11.2018 17:23
Personne ici ne peut malheureusement dire ce que ton père t'a fait ou pas. Ni un psy.
Il y avait peut-être un climat incestueux, sans passage à l'acte. Peut-être pas. Tout est possible...

Pour ma part, j'ai essayé de suivre mon intuition. D'écouter cette petite voix qui me disait que je ne pouvais pas dire que je n'avais pas été agressée sexuellement, même si ça n'avait aucun sens. J'ai beaucoup écrit aussi. Quel que soit le sujet, tant que j'avais envie d'écrire, parce que personne ne pouvait me juger, me dire que j'avais tort. C'est très dur de commencer à envisager ça, de ne pas savoir quoi en penser, et d'entendre les autres dire que c'est peut-être faux.

Tu es de toute façon très mal en ce moment, les souvenirs reviennent quand on est prêt à les affronter. C'est long, c'est même très long, mais il faut aussi réussir à accepter qu'on ne sait pas encore. Essaie de prendre soin de toi, de tes enfants, de ta famille. Je sais, c'est terrible, et c'est facile à dire.
Je trouve aussi que moins je cherche à me souvenir, plus je me souviens...

Est-ce que tu travailles ? Est-ce que tu as eu ces doutes récemment ou pas ? Est-ce que ton mari te soutient ? Tu as parlé avec ton psy de tes idées suicidaires ?

Je pense qu'un acte suicidaire montre une souffrance énorme, et que c'est irréversible. Il existe des gens qui peuvent t'aider, d'autres psy, ou des médicaments, ou une hospitalisation, ou ton entourage, ou un arrêt de travail, ou un peu de tout ça, ou encore autre chose... Le but, c'est d'aller mieux, et ça, c'est possible. Pour toi, comme pour tes filles.
P
PetiteLoutre12
Inscrit il y a 2 ans / Actif / Membre
Publié le 05.11.2018 18:30
Quand je parlais d'irreversibilité, je parlais du suicide, pas des idées.

Tu sais, moi aussi j'ai passé de longues années à me dire que même si mon père était violent avec ma mère, il n'avait rien fait à mon frère et moi. Jusqu'à ce que je commence à me souvenir. Un agresseur n'est pas forcément qqun qui a l'air mauvais, ce sont souvent des gens pervers qui peuvent aussi être sympas.
Ta soeur est peu-être amnésique, et qqfs ça "tombe" sur un seul enfant sans raison.

Je ne cherche pas à te pousser vers une hospitalisation, je ne connais pas personnellement, mais je sais que ça peut être nécessaire qqfs.
Le travail c'est pareil, c'est à toi de voir si tu as envie de travailler ou pas, il n'y a pas de culpabilisation à avoir.
P
PetiteLoutre12
Inscrit il y a 2 ans / Actif / Membre
Publié le 05.11.2018 23:23
Je suis contente que tu sois bien suivie
Je m'inquiétais un peu.

J'espère que tu auras bientôt la réponse que tu attends. Prends soin de toi en attendant
L
laetitiare
Inscrit il y a 10 ans / Actif / Membre
Publié le 07.11.2018 01:32
Bonsoir,

La psy n'en sais rien de rien, elle interprète. Fais-toi confiance Lily, écoute ton enfant intérieur. On nous apprend à minimiser or les sévices sexuels sur les enfants sont très graves, les conséquences sont très graves, ces sont des crimes. L'inceste est la pire des trahisons. Personne n'a le droit de remettre en cause ton ressenti. Ce n'est pas toi la coupable.
M
moogli
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
Publié le 07.11.2018 10:52
Puisse tu trouver du réconfort, on est avec toi.
P
PetiteLoutre12
Inscrit il y a 2 ans / Actif / Membre
Publié le 07.11.2018 11:30
Lily,

je pense que ce n'est pas parce qu'il est mort que tu ne sauras jamais.
La petite fille en toi te dira ce qu'elle a à te dire.

Tiens bon, ça va aller
P
PetiteLoutre12
Inscrit il y a 2 ans / Actif / Membre
Publié le 07.11.2018 13:21
L'hospitalisation, comme je te l'ai dit, je ne connais pas personnellement. Mais ça ne veut pas dire que tu es folle, ça veut dire que tu vas très mal et que c'est pour prendre soin de toi. ça ne veut pas dire que tu acceptes qu'il n'a rien fait ou que tu t'es trompée.

Je comprends tellement ton sentiment d'être folle, je l'ai eu aussi. Mais on ne l'est pas.

Je trouve ça un peu "facile" de mettre tout sur le dos de ce que tu as vécu à 8 ans...
Quand on commence à se poser la question, une question qui est atroce, on ne le fait pas pour rien, ou pour le plaisir de s'inventer des horreurs.
Les autres ne peuvent pas savoir à ta place. Ni le psy, ni ta famille, ni moi. Les gens qui le connaissaient, bien sur qu'ils disent non. C'est tellement l'horreur, ils préfèrent que ce ne soit pas arrivé. Ils ne sont pas objectifs.

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

7 280 membres enregistrés
123 047 messages
7 personnes en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !