Echanges avec les non survivants
Inceste vécu et un autre doute
M
moogli
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
33
72
Oui, pour comprendre je veux bien savoir plus ce qu'en disent les thérapeutes. Mais déjà je suis très curieuse de cet argument des faux souvenirs avec l'hypnose. D'abord parce que c'est un argument qui historiquement est mis en avant pas les sceptiques de la mémoire traumatique et ceux qui nient la réalité des violences sexuelles. Bien pratique, ils invoquent les faux souvenirs. Les traumatologues sérieux savent bien que les souvenirs liés à la mémoire traumatique prennent une forme spécifique à l'expression des traumas et ne peuvent être ni simulés ni construits, de par leur nature même ils n'ont pas une forme construite qui s'exprime de façon autobiographique. En quelque sortes, le patient s'exprime par la perception des signaux de son corps, des bribes d'images et tous autres indices sensoriels qu'il faut décoder dans une démarche thérapeutique approfondie. Et quand bien même le souvenir apparait dans un éclair évident, ce qui peut arriver, tout un faisceau d'indices d'ordres traumatiques permet de replacer l'information dans une vérité traumatique, sans aucun doute. Les spécialistes travaille sur l'activation du réseau mémoriel qu'ils sont seuls à savoir exploiter dans des procédures spécifiques pour faire jour ou faire sens aux traumas. C'est donc un fantasme la plupart du temps de parler de faux souvenirs.
Par ailleurs, je trouve que pour nous le doute est une souffrance supplémentaire à nos traumas et pour cela j'ai envie de te dire de te faire confiance et de suivre ta boussole qui t'informe de quelque chose à creuser. Nous savons à un niveau plus profond que notre conscience, notre corps sait, il nous faut découvrir parfois la vérité, et nous sommes en réalité les seules à la posséder.
32 messages
P
PetiteLoutre12
Inscrit il y a 2 ans / Actif / Membre
Publié le 07.11.2018 19:14
Il faut adhérer à l'association pour avoir accès au chat.

Comment on y arrive... C'est très dur. Pour ma part, je ne me souviens que depuis 6mois. Mais on peut aller mieux. Le plus dur c'est l'amnésie, je n'avais jamais eu de doutes avant. Le choc. C'est comme être dans une machine à laver. Qqfs ça se calme, qqfs c'est l'essorage. Le plus dur c'est aussi d'être encore amnésique de la plupart des faits. Savoir que ça peut prendre des années, la petite fille en moi me donne ce que je peux gérer au fur et à mesure, elle se fiche du temps qui passe.
Les autres sur le forum y arrivent. ils avancent. Ils vont mieux. Le chemin est long et difficile, chacun a le sien, mais ça va mieux un jour.
M
Melina
Inscrit il y a 3 ans / Actif / Membre
Publié le 07.11.2018 22:08
ça ressemble bien en effet à une amnésie traumatique. et la culotte baissée,ça n'a rien de normal ! normal que ça t'alarme ! non on ne baisse pas sa culotte toute seule la nuit en dormant !! et puis a ton discours on voit bien que tu sais déjà qu'il t'as fait du mal, il y a trop de souffrances en toi. On n'invente pas ça, tu peux arriver à récupérer des souvenirs petit à petit mais faut déjà t'écouter toi et pas écouter ceux qui minimisent et veulent te faire croire que tu fantasmes (la théorie classique des psy). il y a malheureusement peu de monde pour aider les victimes et bien plus POUR PROTEGER LES PEDO et que les victimes restent dans le déni et l'amnésie, ça arrange tout le monde que tu ne te réveilles pas.
courage tu n'es pas folle mais c'est un sacré combat tout ça...
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 07.11.2018 22:09
Bonsoir lily32,

j'ai subi une atmosphère incestuelle en vase clos (mains sous la jupe de ma mère "pour jouer", nudité totale de ma mère pourtant dans "ma" salle de bains tous les jours deux fois par jour pendant 20 ans, portes des toilettes ouvertes, récits de son asexualité et de la sexualité de mon père, etc.) et je peux dire combien ça m'a profondément détruite encore aujourd'hui à 30 ans je peine à avoir une image de mon corps respectueuse et une sexualité je n'en parle même pas, cette atmosphère m'a beaucoup détruite et double peine aussi beaucoup empêchée avant 30 ans de me construire. A 30 ans je ne suis pas épanouie dans ma vie et je pense qu'avec un autre départ que ce départ étouffant en milieu en vase clos incestuel, j'aurais été dans une meilleure situation aujourd'hui, plus heureuse.

Le manque de respect de mon intimité, l'exposition des intimités physique, sexuelles de mes parents, de façon répétée, les pressions diverses pour m'empêcher de voir des pairs de mon âge (enfermement à clé, culpabilisation), etc. ça participe dans mon histoire d'une terrible violence de castration sur moi par mes deux parents (et dans mon histoire c'est quelque chose qui se transmet de génération en génération, ma tante me révélait encore aujourd'hui le contrôle de son père sur sa vie intime, il l'empêchait de voir des garçons et l'a culpabilisée à 25 ans de quitter la maison pour son appart en lui reprochant de l"abandonner") Dans ma famille les adultes sont des phobiques de l'abandon, très violents, très rejetants et qui ne séparent pas clairement d'un côté ce qui est "eux" de un autre côté ce qui est leur enfant. Toute cette violence de mélange des intimités et d'impossibilité pour les enfants d'avoir leur jardin secret notamment amoureux, c'est une terrible broyeuse psychologique. Je l'ai donc subie et notamment au niveau sexuel et amoureux. Tout ce recul que je commence à avoir sur ma vie, c'est le fruit d'un long travail très solitaire depuis un an et demi de tout ce passé et j'avoue que c'est libérateur. J'ai pu commencer à avoir une vie sexuelle tout court grâce à cela, aussi des projets de carrière un peu plus épanouissants, l'envie de m'installer aussi, me trouver un logement et voilà faire ma petite vie, même imaginer de donner la vie.

Il n'y a pas de compétition à la douleur, toute violence incestuelle est une violence tout court et toute violence est terrible, que ce soit de la "petite" violence ou de la "grande" violence, ça reste de la violence tout court et c'est important de se reconnaître aussi comme "ayant trop souffert", "ayant subi des choses qui sont trop souffrantes tout court"

Je veux là t'apporter mon soutien que tu as du temps pour trouver tes réponses et que vraiment je t'encourage de tout coeur à continuer à les chercher

Force et soutien
M
Melina
Inscrit il y a 3 ans / Actif / Membre
Publié le 08.11.2018 12:15
tu as déjà fait du somnanbulisme ?
la priorité est de prendre soin de toi, met ça de coté tant que tu ne te sens pas prète. Peut etre qu'un jour ce sera plus clair, tu verras.
L
laetitiare
Inscrit il y a 10 ans / Actif / Membre
Publié le 09.11.2018 02:47
Bonsoir Lily,

Tu as écrit :

si la psychanalyse révele que y a rien eu je vais certainement culpabiliser d'avoir perçu mon pere comme çà

Attention Lily, la psychanalyse est controversée...

Par contre, je te recommande d'appeler les pros de Viols Femmes Informations, l'appel est anonyme et gratuit : 0800 05 95 95, leur écoute et leurs compétences font vraiment la différence la plus positive qui soit
M
Melina
Inscrit il y a 3 ans / Actif / Membre
Publié le 09.11.2018 21:05
N'abandonne pas, tu as ton conjoint, tes filles, tu es importante pour eux ils ont besoin de toi ! concentre toi sur le principal et fait le tri dans ta vie, fais le grand ménage s'il faut mais pense à toi et à ton bien-être
appelle un numéro d'aide comme on t'as dit : Viols Femmes Informations 0800 05 95 95
suicide écoute : 01 45 39 40 00
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 09.11.2018 22:53
Courage lily32,

Je ne sais pas si ces mots pourront faire sens pour vous ce soir mais je voudrais vous les laisser avec toute mon affection:

quand j'avais 16 ans pendant environ 3 ans, j'ai ainsi pensé à mourir aussi. Aujourd'hui avec le recul, je dirais à la jeune femme que j'étais de tenir bon et de penser plus à elle, de laisser surtout parler sa colère qui l'étouffait contenue en elle. Je lui dirais que son état avait une raison bien logique et surtout je la rassurerais voilà que 14 ans plus tard elle serait enfin débarrassée de l'envie d'en finir parce qu'elle aurait enfin vraiment compris assez de son passé pour vouloir vivre, pour vouloir embrasser enfin la vie, l'inspirer dans ses poumons plein d'oxygène.

ça m'a fait du bien l'année dernière quand j'avais de nouveau du mal à garder la tête froide d'appeler un numéro d'écoute et d'aide et juste parler un peu avec un monsieur bien gentil. J'ignore où ce monsieur se trouve ce soir dans ce monde mais je le remercie de mon coeur parce que grâce à lui ce jour-là, j'ai pu passer la crise de souffrance. Dans les mois qui ont suivi j'ai trouvé à commencer à aller mieux. Vous n'êtes donc pas seule, des mains vous sont tendues à l'écrit et au téléphone par ces numéros de soutien suicide et SOS amis
Libérez vos larmes et vos mots si vous en sentez le besoin

Je vous envoie plein plein de force et de détermination, prenez soin de votre belle personne

Lena
P
PetiteLoutre12
Inscrit il y a 2 ans / Actif / Membre
Publié le 12.11.2018 11:01
Oui Lily, tu ne vas pas bien du tout, et tu as besoin d'aide.

Tu sais, moi aussi j'ai vécu ce choc de l'apprendre, mais je suis "contente" de le savoir. ça explique tellement de choses dans ma vie, ça donne enfin un sens à mon mal-être. Alors évidemment, c'est très très dur d'y faire face, mais j'ai enfin l'impression d'être sur la bonne voie, de me battre enfin contre ce qu'il faut. Je me sentais coupée de moi-même et de mon passé, j'apprends à me reconnecter.
Quand je ne savais pas, je vivais un peu en mode automatique. C'était une protection dont j'avais besoin, mais c'était... nul.

Ce que tu ressens est normal, tes peurs, le fait que tu te sentes sale, le coté glauque et horrible, le truc qui change tout dans ta vie. Et malheureusement, le déni des autres est aussi courant.

Je pense qu'on peut continuer à vivre avec ça, parce que ce n'est pas de notre faute si on a subi ça, et en étant bien entouré par un bon psy, des gens qui comprennent comme sur le forum, un conjoint aidant.
Pour le moment, je crois qu'il faut que tu acceptes l'aide qu'on te propose. On ne peut pas se sortir seule de tout ça.
Mais maintenant, tu vas pouvoir avancer. Courage
M
Melina
Inscrit il y a 3 ans / Actif / Membre
Publié le 13.11.2018 09:55
coucou, tu as raison il faut se battre. j'ai des moments de déprime et je tiens le coup surtout pour mes enfants, qu'elles ne se retrouvent pas entre les mains de mes parents toxiques si je ne suis plus là.
je me dis que les moments de fatigue sont passagers et qu'en se battant on finira par aller mieux.
je veux bien ton mail.
R
rebirth
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Adhérent
Publié le 18.11.2018 18:34
Coucou lily32,
Excuses moi mais la charte nous demande de ne pas mettre nos mails perso sur le forum.
Accessible qu'aux membres mais on ne sait jamais.
Vaut mieux editer ton message et effacer ton mail.
Bonne soirée

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

7 280 membres enregistrés
123 047 messages
5 personnes en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !