Rencontres avec Marlène Schiappa et les députés Modem

Projets Publié le 27.01.2018

Nous avons rencontré le 27 janvier la secrétaire d'État à l'égalité hommes-femmes ainsi que plusieurs députés à l'occasion des voeux de Maud Petit. Voici le compte-rendu de notre porte-parole.

14h30. Secrétariat d'Etat à l'égalité entre les femmes et les hommes.

Tout d'abord je me suis excusé auprès de la Ministre. Une mauvaise manipulation de son secrétariat a fait que je n'ai reçu que quelques instants avant mon entretien son invitation à ses voeux qui auront lieux ce lundi 29 janvier à 18h. Mais elle m'avait invité. Ce qui montre son intérêt pour notre cause et l'écoute attentive qu'elle me porte à chaque fois que nous nous rencontrons.

L'entretien a duré plus de 45 minutes. Nous avons dans un premier temps fait le point sur le projet de loi contre les violences sexistes et sexuelles qu'elle présentera en Conseil des Ministres le 7 mars. Nous avons abordé tous ces mouvements qui emportent nos sociétés. Nous avons pointé leurs limites et leurs dérives.

J'ai a nouveau demandé qu'un effort soit fait pour permettre, dans ce climat, la libération de la parole des hommes, une problématique à laquelle la ministre est très attachée et qu'elle rappelle dès qu'elle le peut.

Conformément au discours du Président de la République du 25 novembre, des process sont à l'étude pour permettre un premier signalement par internet des violences sexuelles. Le but étant d'éviter à la victime de devoir répéter deux, trois, quatre fois les faits terribles qu'elle dénonce j'ai demandé que la victime soit accompagnée entre son signalement et son audition plainte afin que celle-ci puisse être préparée et que tout soit mis en oeuvre pour que la victime ne parle qu'une seule fois. Une audition filmée a été envisagée.

J'ai demandé à ce que les policiers soient mieux formés à l'écoute des victimes de violences sexuelles. J'ai demandé des lieux spécifiques où cette parole pourra être libérée sereinement, loin du brouhaha de l'accueil. J'ai dénoncé certains comportements de mes collègues, certaines remarques déplacées. J'ai demandé à ce que le Code de déontologie de la police punisse les propos, les attitudes sexistes des fonctionnaires de police.

Enfin j'ai demandé à ce que la volonté de Laurence Rossignol que le Syndrome d'Aliénation Parentale (lire notre article: Le syndrome d'aliénation parentale n'existe pas) ou tout ce qui s'en rapproche soit proscrit des décisions de justices, soit suivie. J'ai raconté toutes vos histoires terribles à ce sujet et tous vos enfants mis en danger par une justice aveugle. Ce dernier point à fait l'objet d'une écoute particulièrement attentive.

Je reverrai très certainement Madame la Ministre au cours de cette année. Elle n'a de cesse de m'associer aux grands événements qui concernent la lutte contre les violences sexuelles. Et à travers moi c'est vous qu'elle associe. Cet entretien fut comme toujours très riche et très constructif.

17h30. Assemblée Nationale.

J'étais convié pour représenté Face à l'inceste aux voeux de Madame la députée de la 4ème circonscription du Val de Marne, Madame Maud Petit. Elle est particulièrement impliquée dans la protection de l'enfance, notamment la lutte contre les Violences Éducatives Ordinaires. Elle est la députée avec laquelle j'ai eu la discussion la plus longue. Lors de notre première rencontre, nous avions échangé durant près de deux heures. C'est passionnant de pouvoir dire, expliquer nos blessures, nos survies, nos reconstructions à une élue qui prend le temps d'écouter, de comprendre.

A l'issue de son discours, Mme la Députée est venue encore me dire tout son soutien dans nos combats, toute l'aide qu'elle souhaite nous apporter. Les lois sont votées par le Parlement. Et je n'ai de cesse d'expliquer aux députés tout ce que l'inceste implique dans nos vies. Mon but en tant que porte parole de Face à l'inceste c'est qu'un véritable Plan Inceste soit lancé et j'expliquerai encore et toujours pourquoi c'est important.

Des rencontres avec des élus, des acteurs économiques de l'Ile de France m'ont permises de poser des jalons. Et nous avancerons....