Echanges avec les non survivants
faut il cacher l’inceste au reste de la famille ?
H
Hoa
Inscrit il y a 7 ans / Débutant / Membre
51
171
Bonjour,
Premier post pour moi après de longues années d'hésitation.

Je voudrais savoir ce que vous pensiez du fait de parler ou non de l'inceste dans l’entourage proche ?

Pour ma part je pense que le fait de dire à la famille ce qu’il s’est passé, est libérateur car soulage d’un poids. Cela permet aussi à l’entourage de comprendre les changements de comportement qu’on a pu avoir et ne plus avoir honte de son passé et l’assumer pleinement.

Ma mère me contraint à cacher à tout le monde ce qu’il s’est passé dans ma famille. Elle pense que ça permet d’avancer de ne pas dire. Or ne pas dire (à l’entourage proche) ça me fait du mal je me sens incomprise et honteuse. La personne responsable de cette situation quand à elle n’a aucune honte lors des repas de famille.

Quel est votre point de vue ?
50 messages
F
Femmedevaleur
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 23.06.2019 23:17
Hoa je pense comme toi, J'me demande depuis des années pk c'est moi qui culpabilise ,pk jme sens honteuse à leurs place? J'ai pas osé en parlé à toute la famille car ma tante qui sue des attouchements de son frère qui est mon géniteur s'entend très bien avec lui c bizzare je trouve mais bon, si je devais révélé que j'ai étais victime de viols dieu sait ce qu'elle pourrai faire pr me faire taire .
F
Femmedevaleur
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 25.06.2019 00:11
C'est quoi le nom du film ?
Je connais pas.

Moi j'ai pas vraiment révélé l'inceste que j'ai subi , le peu que j'en ai parlé à la famille c'était que à ma mère et ma soeur qui me foute la pression pr pas que je porte plainte.
J'ai peur que si j'en parle au reste de la famille qu'ils ne me croit pasvu qu'il est vu comme un saint casiment.
M
Mrs.Susie
Inscrit il y a 3 ans / Débutant / Membre
Publié le 14.08.2019 14:32
Le titre du film c'est Festen. Je l'ai revu dernièrement, et je trouve qu'il met la patate malgré le sujet, le personnage principal combat réellement son démon et on voit la démarche évoluer tout le long du film. C'est beau mais pas forcément réaliste, dans le sens où il est pas mal soutenu par sa propre famille... de ce que j'en lis ça et là c'est rarement le cas !

Je vais m'acheter aussi "The war zone" de Tim Roth, je ne sais pas si quelqu'un connaît ? Rien que le titre c'est EXACTEMENT ce que j'ai vécu toutes ses années, le sentiment d'être dans les tranchées tout le temps, la violence symbolique, l'inceste de ma soeur sur moi, le fait qu'elle draguait mes copains alors qu'ils étaient enfants aussi et elle avait pratiquement 18 piges ! une prédatrice ! j'ai fait sauter le pot aux roses quand sa fille à 6 ans m'a raconté ses pratiques, c'est là que j'ai pris conscience que moi aussi j'avais été victime d'inceste par cette même personne... je ne l'ai pas dit aux autorités car la gamine se faisait aussi maltraitée par son père, bien partie la vache... je ne sais pas ce qu'elle devient, depuis j'ai préféré couper les ponts avec TOUTE MA FAMILLE ULTRA TOXIQUE.

Je pense personnellement qu'il faut le dire, quand on veut à qui on veut, que ça va brusquer, étonner, braquer, faire pleurer... moi j'en parle de plus en plus sur mon Facebook, et j'ai envie que la planète entière le sache. Quand on ouvre les vannes comme ça, en général tu as quelques autres victimes qui viennent partager aussi, et rien que pour ça c'est formidable, on est plus forts ensemble. T'en as toujours qui ne comprennent rien ou qui s'en foutent, mais tant pis.

Je trouve que le jeu en vaut la chandelle.
A
*Profil supprimé*
Publié le 10.09.2019 08:00
Le silence recouvre tant d'autres ignominies. Je préfère la parole ...
M
Morgan_66
Inscrit il y a 2 ans / Nouveau / Membre
Publié le 18.01.2020 00:20
Bonsoir,

Moi aussi victime d'incestuel et d'inceste. De la part de mes parents. Une famille ultra manipulatrice et toxique. Moi aussi c'est par #balancetonporc que la révélation a eut lieu, j'ai du réseau militant alors j'en ai profité.

J'ai reçu plus de soutien que j'en aurai imaginé. Et par contre un rejet total par la famille. Avec des pressions pour que je retire mon récit. Des parents qui dans leur textos admettent tout en niant la gravité des faits, et me mettent la faute dessus, ma mère me demandant de parler plutôt de ça à un psy. Je n'ai pas cédé et même avec chantage au suicide ( pour infos j'avais déjà fais plusieurs tentatives de suicide, j'ai des troubles de l'humeur, des Tocs, et bien sûr une tendance à la dépression et à l'anxiété.


Moi aussi depuis quelques temps je tente d'aider à mon tour non pas des survivants, mais je sensibilise sur la question le réseau de militants associatifs et politiques dans lequel j'évolue. Ce qui n'a d'ailleurs pas été du goût de certains membres de ma famille qui m'ont lâché. Du coup je me pose la question, est ce que je fais bien etc.... Et de vous lire ça me rassure et fais beaucoup de bien ça veut dire que je suis sur la bonne voie.

J'ai certe encore contact avec une cousine, mais désormais j'ai mes ami.e.s qui me soutiennent et m'aident dans ce passage que je traverse depuis 1 an. Faut dire que ma famille, a tout fait pour m'inciter à rester dépendant financièrement. Toute tentative d'émancipation ( j'ai 27 ans bientôt 28 ) était vigoureusement repousser. Mais bizarrement c est comme si je m'accommodais de cette situation et de rester sous emprise de mes bourreaux.

Du coup, j'ai perdu boulot, etc, appartemment. J ai du changer de ville et errer d'ami en ami. Avant d'enfin retrouver un appartement. Et désormais bilan de 1 an je ne regrette absolument rien !

Je gagné en liberté, en conscience de moi même, enfin je commence à me reconnaître. La tâche est encore longue mais franchement le jeu en valait la chandelle. Donc oui parler libère, et vomir son histoire nous permet de voir qui nous aime et nous tient la tête à ce moment là. Mais après c'est une révolution et il faut être prêt à la faire.
F
Femmedevaleur
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 18.01.2020 08:51
Courage Morgane-66, moi jss toujours malheureusement chez ma mère, car j'ai pas de boulot pr m'émanciper, et jss tellement en Dépression que je trouve plus la motivation, alors que je rêve de partie de chez eux, ou c'est toxique.
H
Hoa
Inscrit il y a 7 ans / Débutant / Membre
Publié le 18.01.2020 09:12
Je ne me rappelle pas du nom du film mais c’est un film ou un fils révèle à un dîner de famille de tout dire car il ne supporte plus l’hypocrisie de son père/agresseur qui se montre sans arrêt comme un Père exemplaire.

Je te comprends j’ai eu le même problème, c’est pour ça qu’avant d’en parler à ma famille j’en ai un peu parlé à mes amis, et quand j’ai vu que ma mère n’acceptait pas la chose, minimisait, et remettait ma parole en doute... j’ai porté plainte tout de suite.

Ça a été très dur car j’étais mineure et je me suis retrouvée en famille d’accueil pendant toute la procédure car ma mère m’en voulait d’avoir portée plainte contre mon frère et parce qu’elle préférait qu’il reste vivre à la maison, elle avait peur de sa réaction.

Quand je suis rentrée chez ma mère ça n’a jamais plus été pareil, même si aujourd’hui nous commençons à retrouver des moments de complicité. Je suis incapable d’aller dormir dans ma chambre d’enfant et je ne me sens plus chez moi dans cette maison.

À côté de ça j’ai mon appartement dans lequel je me sens très bien.

Pour revenir sur la révélation au reste de la famille je l’ai et le fait très progressivement depuis 5ans, ça me permet de me sentir plus légère mais je n’attends rien de ma famille. Ils ont des réactions variables parfois décevante ou soutenante sur le moment mais ensuite soit ils oublient, soit il s’éloigne. Souvent on me demande des nouvelles de « mon frère » alors qu’ils savent que j’ai fini par couper les ponds.
J’en ai souffert mais aujourd’hui je m’en fiche, je me dis qu’ils n’arrivent pas à assimiler l’info qui paraît dingue et qu’ils l’occultent, ou qu’ils jugent que je n’aurais pas dû porter plainte, ou que je mens peut être.

Quoi qu’il en soit ça me permet de me sentir mieux de le dire car je l’accepte mieux de ne pas le cacher. Ça me permet de faire du tri dans ma famille par la force des choses et mon environnement est plus sain.
F
Femmedevaleur
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Membre
Publié le 18.01.2020 09:17
Le film c'est festen, le PB c'est que moi jss pas mineure et comme j'ai pas de boulot, si je porte plainte contre mon géniteur, je devrai Porté plainte contre ma mère également, vu quelle aussi ma fais subir des choses graves, donc jss condamné à rester habité chez ma mère ou ya plein de mauvais souvenirs.
Ps: ma mère me crois pr ce que mon géniteur ma fais, vu quelle savait que c'était un prédateur à ces dires, qd elle c'est marié avec lui et qu'en plus elle a toujours étais témoins qd mon géniteur m'agressait sexuellement, elle-même me la avoué.
H
Hoa
Inscrit il y a 7 ans / Débutant / Membre
Publié le 18.01.2020 09:23
Morgane,

Ton parcours me fait penser au mien, il m’a fallut 5 ans pour retrouver une vie plus paisible.
Quand tu commences à parler tu retrouve confronter à beaucoup de rejet dans la famille, du chantage affectif et beaucoup de culpabilité. Perso aujourd’hui je n’ai plus aucun culpabilité, vis à vis de ma famille, j’ai plus pitié de voir qu’ils ont plus peur pour leur image que de faire souffrir un proche ..
J’ai appris à me donner le soutien dont j’avais besoin, je suis en phase d’émancipation financière, je vais essayer de tout faire pour commencer à travailler l’an prochain ou l’an d’après !
Je vois ma famille de manière très égoïste maintenant : c’est à dire quand je me sens le besoin de les voir, de passer un bon dîner ou déjeuner avec eux mais je ne me mets plus en quatre lorsqu’ils ont besoin d’un service ou autre. J’ai pris de la distance avec eux tout en restant proche géographiquement.

Par contre j’ai rencontré des amis géniaux, qui n’ont pas de regard malveyant là dessus, qui ont des réactions toutes autres et ça m’a beaucoup aidé.
Ce sont mes amies qui m’ont dit pour la première fois que « j’étais très courageuse » et je pensais pas l’être à la base. Je leur en parle parfois quand j’en ai besoin mais c’est assez rare.

Après il y’aura toujours des petits moments avec ma famille qui me rappelle les mauvais moment, qui me mettent en colère, mais quand c’est comme ça je m’éloigne juste pendant quelques semaines et ça passe très vite.

Je te conseille de continuer sur cette voie, et un grand respect pour ton militantisme, c’est très courageux et tu sembles ne pas avoir de soucis pour t’assumer pleinement, ce qui est génial ????????
H
Hoa
Inscrit il y a 7 ans / Débutant / Membre
Publié le 18.01.2020 09:34
Courage à toi,

Si tu es consciente que tu dois partir tu partiras quand tu seras assez forte. Surtout ne perds pas espoir et soit patiente et bienveillante avec toi.

J’ai eu beaucoup de mal à partir .. et je l’ai fais un peu lâchement mais j’ai fais comme j’ai pu ! Aujourd’hui je suis ravie de l’avoir fait car depuis ma vie avance, j’arrive à décrocher mes diplômes, etc

Alors qu’avant j’avais plein de blocage quand je vivais chez ma mère. Je pensais aussi que je n’avais pas d’avenir et que j’allais finir par me suicider ou à l’asile pour dépression.

Aujourd’hui je suis bien entourée, ma vie avance tranquillement, j’ai de plus en plus confiance en moi et je me sens revivre. L’élément déclencheur c’était d’être partie. Je te cache pas que je me suis sentie perdue pendant une ou deux années après être partie, et que ça m’a demandé beaucoup d’efforts pour trouver qu’elle vit je voulais mener, prendre confiance, arrêter de me définir par mes agressions et arrêter de croire que je pourrais pas avoir une belle vie.

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

8 073 membres enregistrés
124 032 messages
Personne en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !