Expression libre (public)
Ecriture thérapeutique
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
106
192
Ici juste un thread où j'écris tout ce qu'il me passe par la tête sans censure, toute la confusion, les doutes, les certitudes, et dont il ne restera plus que la part de vérité et de clarté raisonnablement d'ici quelques années. A la libération. Décantation. D'ici là, patience, résilience et travail en confiance. Ecriture.

[Besoin d'écriture automatique au kilomètre - Aujourd'hui c'était mon premier jour de reprise du travail à mi-temps, j'ai besoin de pleurer je crois et je n'y arrive pas, c'est ce qui sort]
-------------------------------
Je n'avais pas le droit de pleurer.
Je n'avais jamais le droit de pleurer.
Jamais.

Je devais sourire et je devais dire que ce n'était pas grave.
Je devais rire et faire la belle et dire que tout allait bien.
Je devais jouer seule et prétendre que j'aimais ça.
Je devais râler mais pas trop parce que sinon je me prenais une frappe.
Je devais prétendre que j'étais heureuse même si j'étais malheureuse.
Je devais toujours faire semblant alors je suis devenue une maîtresse de l'illusion.

Je crois que dans ma vie personne ne prend les masques comme moi, les masques de l'éclat, du superbe et qui cachent un petit personne gris et malheureux et triste qui voudrait juste ne plus avoir à faire semblant, juste pouvoir être heureux, juste dire je vous aime aux autres et puis voilà c'est facile.
J'ai tellement de peine et de douleur enfouies et puis je ne veux pas les faire sortir parce que quand ça sort sous forme de lui, c'est la frappe. Parce que quand ça sort sous forme de pluie, c'est la nuit. Fini les gentils parents, c'est l'avalanche de haine et de reproches de gifles, de colère, de violence.

Je suis un enfant et puis je grandis et je garde les automatismes et puis j'ai 30 ans et puis je veux plus et puis je sais plus faire autrement. Il faisait comment l'enfant avant tout ça? Il a tellement peu vécu, il a tellement été embringué dans tout ça rapidement, il est tellement devenu cet oiseau de nuit paradeur et ridicule qui sourit et pleure dedans, fait le service, le serviable et l'ami, et puis qui en lui veut juste mourir. Il fait comment l'oiseau de paradis pour juste arrêter son cirque et être normal, juste raccord avec ses émotions et juste normal, juste bien, juste honnête avec soi-même pour commencer?

Un jour j'ai dit à mon père que j'allais mourir et que je ne reviendrais pas et il m'a dit que tant mieux bon débarras. Et j'ai pas compris en fait je crois qu'il savait pas non plus ce qu'il racontait mais ce jour là je crois que je suis morte en moi, tout ce cirque j'ai d'autant plus voulu l'arrêter et puis voilà 10 ans plus tard, j'y suis encore trop. ça s'arrête quand?
ça s'arrêtera mais c'est si long. Vider cet esprit fatigué et brouillé par les âneries des parents, quel travail sans fin, quelle patience il faut. Papa Maman vous avez été d'absolus bourreaux vous êtes des abominations pour moi et des tragédies sur pattes. Je vous plains parce que vous n'avez toujours pas compris l'étendue des dégâts chez vous. Et bonne nouvelle, comprendre l'étendue des dégâts ce n'est que l'étape numéro 1 d'une longue série d'étapes sans fin pour aller mieux Je vous dis à dans 30 ans mais je ne suis pas certaine de revenir voir vos états de décrépitude avancée. Je n'ai pas beaucoup de patience ni d'amour pour vous ce soir et j'en ai bien le droit après ce que vous m'avez fait, après ce que vous n'avez pas protégé en moi, mon innocence, ma gentillesse, ma souffrance qui en a découlé des jours et des jours à pleurer en moi. Comment c'est possible de verser des larmes en soi? C'est quand les larmes on ne vous autorise pas à les sortir alors vous les pleurez dans vous parce qu'il faut bien qu'elles sortent, dans vous et elles brûlent et noient l'intérieur mais il faut qu'elles sortent, c'est les larmes de l'innocence brisée. Des fous de parents, des malades mentaux de parents d'une violence inouïe d'une méchanceté absolue et dire que ces crétins ont été un jour mes parents. Ben ça promet, j'espère ne jamais être aussi pourrie que vous à votre âge. Je vous aimais, on avait tout, on aurait pu s'aimer avoir une famille et puis rester ensemble une vie et puis vous avez tout foutu en l'air et mes larmes je les pleure toujours pas assez, si elles sortaient je vous oublierais tous et je pardonnerais mais elles ne sortent pas. Elles restent trop, on fait comment pour pleurer?
105 messages
M
moogli
Inscrit il y a 5 ans / Actif / Membre
Publié le 25.05.2018 18:28
Phelenix, je te lis, je te soutiens. Que tes mots puissent te soutenir dans le courage dont tu fais preuve.
Si tu me permets je t'embrasse.
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 25.05.2018 18:30
Merci Moogli, du fond du coeur. Si tu permets je te prends dans mes bras. (*)
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 27.05.2018 21:51
Learn to give up! Apprends juste à - non pas à 'abandonner', à lâcher prise

------------------

Marre de l'inceste, en fait marre de ces mots. De ces foutus mots "inceste", "viol", "violeur", "violée", "violent", "trauma", marre de cette infusion de noirceur, marre. Marre. Marre. Marre de me les taper tous les jours et marre de ne pas savoir que faire parce que toujours ce fameux dilemme:

soit tu veux pas les voir du tout (autruche, bisounours, déni, amnésie), soit tu en parles tous les jours et tu pourris la Vie elle-même (négativité, noirceur, no life, obsessionnelle)

Et l'équilibre dans tout ça? Et n'y a t il justement pas un temps pour l'équilibre et un temps pour le déséquilibre? Et tu voudrais quoi?

Juste pouvoir porter mes blessures, mes cicatrices, mes flèches de part en part sans me sentir de les justifier tout le temps, sans me sentir de dire 'oh je ris malgré l'inceste, oh je ris malgré le viol, oh je passe un bon moment avec X malgré ses insultes il y a 3 mois', je voudrais pouvoir dire autre chose que 'ah bah oui, les traumas c'est le temps qui aide à les guérir et là gros silence avec l'autre parce que bah voilà CQFD maintenant il faut du temps et là ben tu veux rajouter quoi à ça? A part 'bonne soirée, reposez vous alors car vous avez été traumatisée'?'

Marre de nuancer ce soir aussi et puis de m-y entraîner de mettre des nuances là depuis des semaines les adverbes de mesure 'un peu, assez, plutôt', les formulations non englobantes 'certains, parfois', les formulations respectueuses non imposantes 'il se peut que, je pense que (et t'invite à)', marre des 'il n'est pas méchant, son comportement trucmachin m'a fait mal'

Le violeur m'a violée, ok. Son 'comportement de viol' m'a détruite mais ne puis je pas aussi dire que son comportement de silence aux autorités judiciaires et qui dure depuis 25 ans est un comportement qui dure depuis 25 ans? Et donc à force ne puis je pas dire que ce type EST criminel. EST un violeur. Et je sais plus et non je suis pas d'accord parce que le gars il s'est peut-être dit aussi que ça se trouve je me suis reconstruite donc ben oh et puis je vais arrêter de faire du peut être que parce que ça justement j'avais arrêté et ça me soulageait tellement

J'en ai marre. J'en ai marre de pas pouvoir juste être heureuse tous les jours de façon on va dire correcte parce que viol trauma mains aux fesses maternelles, voilà. Que ne pas vouloir y penser c'est retomber dans du bisounous criminel de déni, crime contre moi avant tout ensuite contre toutes les victimes à qui j'envoie le message implicite 'moi victime voyez je la boucle'; et en même temps toujours hurler au crime, j'en peux plus. J'ai plus de vie. J'ai pas de vie de femme, j'ai 30 ans, je sais à peine ce que c'est que de faire l'amour, je ne sais même pas le plaisir qu'on peut ressentir entre les cuisses quand ça se passe bien avec un homme. J'ai 30 ans je n'ai même pas connu ce bonheur.

Ce soir c'est à ça que je pense, d'ailleurs c'est toujours mon envie d'amour amoureux qui me pousse à résoudre le conflit intérieur du viol. Tant que je ne renoncerai pas à l'amour amoureux (et grand dieu je me souhaite de ne JAMAIS renoncer à pouvoir connaître ce bonheur!), j'aurai ces dilemmes, ces crises ce ras le bol cyclique. Je veux un amoureux, je veux faire l'amour respectueux et j'ai besoin de régler le viol pour ça. J'ai besoin d'aimer des ami(e)s, j'ai besoin de régler l'inceste pour ça. J'ai besoin de reprendre mon travail, j'ai besoin de régler et là je mets la nuance oui 'assez' le viol et l'inceste pour ça.

Je veux juste crier mon ras le bol, mon épuisement, mon cri d'épuisement après ce marathon de 14 mois de prise de conscience, je susi fatiguée, je voudrais pouvoir je vais le dire dans un cri libératoire: pouvoir jouir et baiser à volonté sans avoir peur de souffrir de revivre viol, inceste, humiliations, secret, solitude de savoir le crime et que tous l'ignorent.

Je voudrais juste baiser avec mon ex ce soir et n'avoir peur de rien, ni de lui, ni de ses gestes, ni de ses mots, ni de conséquences, ni de mon passé, ni de mes envies, ni de mes pensées, ni de ce qu'il y a dans mon esprit. Je voudrais juste pouvoir étreindre son corps contre mon corps, ma main contre sa joue, ses lèvres charnues qui s'abandonnent à mes lèvres et que ce soit juste ça l'amuor et rien de douloureux et rien de laid et rien de dure et rien de malheureux. Je voudrais juste pouvoir aimer avec mon corps et ne plus souffrir cette solitude d'aimer, je ne la supporte plus. Devant les lèvres offertes de mon amant, mes doutes et mes craintes, mes terreurs de tout de lui de tout ce que je fus de tout ce que j'ai vécu, je ne le supporte plus. Je n'ai rien d'autre à ajouter pour ce soir si ce n'est cet absolu épuisement, cet absolu ras le bol de cette armure. J'ai le droit au bonheur d'être femme, j'y ai droit, grand dieu, j'ai le droit au bonheur d'être femme, j'y ai droit, j'y ai droit dans ma chair j'y ai droit, dans ma chair dans mon sang dans ma chair, j'y ai droit je veux le retrouver, je veux le retrouver retrouver ma joie la vie en moi, j'y ai droit, 30 ans de prison, j'ai le droit de jouir dans mon corps! Et ce droit je le prends là, je le prends en moi. Je le prends. Il est à moi, c'est mon corps, c'est mon droit.

Et je m'effondre pâle et frêle éperdue de larmes par terre, éperdue d'épuisement et de soulagement et de douleur et que je sois libérée de ce malheur au réveil! Libérée pour toujours! Libérée!
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 29.05.2018 18:49
29 mai 2018
----------------

J'étais amoureuse du grand qui m'a ensuite perpétrée. J'étais petite, j'étais naïve et j'avais du rose aux joues quand je le voyais car il était beau et grand avec des yeux noirs et la peau mate et je le trouvais beau et grand et différent de moi alors j'avais du rose sur les joues et je me sentais amoureuse dans les joues.

J'aimais bien lui donner la main, j'aimais bien toucher dans sa main. Et j'avais des joues roses, il était beau et il avait une main qui faisait que je me sentais bizarre en moi. C'était agréable et déroutant. Et j'aimais bien le grand, il était beau et il donnait la main à moi.

Sauf que y'avait des choses de pas prévues. Moi j'aimais bien parler avec lui et lui donner la main et passer du temps avec lui. Mais je voulais pas les autres choses. Je voulais pas ce qu'il a fait. ça je voulais pas. Je voulais pas. ça je peux pas. En parler. C'est trop dur. C'est mon coeur qui se brise.

Il était beau, je peux pas comprendre pourquoi il a fait ça.

Le grand il a amené la violence entre nous. Une telle violence que ton petit corps, ton petit coeur et tes petits mots n'auraient rien pu faire pour la contrer. Tu as en cela été violée et abusée, mon enfant. Le grand était beau et doux et gentil et le grand a fait le choix d'apporter la violence dans votre amitié, et le grand t'a détruite parce qu'enfant tu ne pouvais pas d'opposer à autant de violence, tu n'avais aucun moyen. Le grand le savait car le grand sait que les adultes n'ont pas le droit de mettre leur pénis dans un enfant. Le grand savait que cela s'appelle du viol et de la pédophilie. Le grand savait car il était professeur et à l'Education Nationale, ces choses là sont régulièrement discutées. Le grand savait car toute la société l'affirme, un adulte n'a pas le droit de faire ces choses là aux enfants. Le grand savait, le grand a décidé de faire ça sur toi et le grand ira en prison pour cela.

Tu n'as rien fait de mal, c'est le grand qui a décidé d'amener une violence dans votre amitié alors qu'il sait qu'elle n'est pas autorisée dans l'amitié entre adulte et enfant. C'est le grand qui a fait le choix d'amener la violence interdite dans l'amitié entre enfant et adulte. Le grand a détruit votre amitié, ton corps, ton coeur et ta confiance envers les grands. Ainsi le grand porte l'entière responsabilité de ce que tu as subi. Le grand était prévenu de la loi, il savait. Mais il a décidé de ne pas écouter, c'est donc toute sa faute entièrement à lui.
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 29.05.2018 18:57
Alors le grand était mauvais?

Le grand a eu un acte mauvais. Le grand a agi comme un mauvais, oui.

Ah, c'est terrible!

Pourquoi?

Parce que le grand il savait pas.

Si, il savait.

Pourquoi?

Parce que les grands savent tous que ces choses là sont pas bien. D'ailleurs le grand t'a dit que son père faisait ça et qu'il savait que c'était pas bien, vrai ou faux?

Vrai.

Donc le grand savait que c'était très mal de te faire ça et pourtant il l'a fait donc le grand a tous les torts et toi aucun.

C'est terrible ce que tu dis. Je ne savias pas qu'il avait mal fait. Je croyais que c'était moi parce que j'avais du rose dans les joues alors il a fait ça.
Et ...

Non, c'est lui le grand qui a eu un mauvais comportement, qui a mal fait, mal agi.

Il m'a tuée.

Je sais.

Mon dieu, il m'a tuée. Le grand m'a tuée et il savait que c'était mal

Oui. Il savait que c'était mal!

Alors je vais l'envoyer en prison! Je vais dire qui il est et je vais le crier à Papa, je vais donner son nom à Papa!

Oui, et tu vas aussi me le donner, tu es d'accord?

Oui. Je vais te le donner, vite. Je vais vite te le donner, le grand m'a abusée. Le grand m'a violée Le grand m'a fait du mal

Je t'aime. Moi aussi

Cette saleté de grand, je savais qu'il faisait des choses pas normales! Comme Ratus, tout le monde croit qu'il est normal mais il est méchant avec Belo et les chats. Il se fout de leur gueule. Et le grand il a fait pareil avec moi.

Oui.



Mais tu n'es plus seule, je suis là pour toi, viens dans mes bras.



Tu vas lui faire la misère?

Je vais lui faire payer justement sa dette. Il va payer ce qu'il faut, ni plus, ni moins. Juste ce qu'il faut.

Oui parce que j'étais aussi amoureuse de lui, tu sais? Il était beau aussi en plus de son horreur, il était les deux beau et horrible.

Je sais, moi aussi je l'aimais bien. Mais on va uniquement envoyer la mauvaise part en prison. Et la bonne part de lui elle pourra écrire. Elle pourra t'écrire des lettres. ça te plairait qu'il t'écrive des lettres de sa prison?

Oui. Je voudrais lui dire que je l'aimais et que c'est mal ce qu'il a fait.

Alors on lui écrira à deux, d'accord?

Oui. Je pense qu'il est moche et vieux désormais.

Lol Je crois aussi ahahah ^^

Hahaha ^^ Toi tu es belle et jeune, lui il est moche et dégueulasse et vieux.

^^^hahaha Bon on verra ça mais il va aller en justice, d'accord? Oui ^^ On va donner son nom à la juge et elle va le foutre en taule haha C'est Papa qui dit toujours ça haha foutez moi ça en taule hahaha ^^
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 29.05.2018 20:36
Tu sais, au début j'ai cru que c'était un rêve dans ma tête.

Je me suis dit 'non tu as rêvé', ce n'est pas arrivé.

Mais.

Mais quoi?

Mais le problème c'est que si ça avait été un rêve, mes fesses elles auraient pas été rouges et mes fesses étaient rouges et plein de sang.

Alors je me suis dit que c'était pas un rêve.

Je me suis dit que c'était bien arrivé. Mais j'étais pas très sure.

Papa il est rentré dans la salle de bain, tu sais toujours poliment quand il dit 'je peux rentrer?' et il attend. Justement lui il est pas comme l'autre cochonne, LUI MON PAPA IL DEMANDE POUR RENTRER ET SI JE DIS NON IL RENTRE PAS!!!

Et Papa est rentré dans la salle de bains?
Oui. Ce jour-là oui et j'ai voulu lui dire que y'avait du sang dans mes fesses mais j'ai pas osé et y'en avait aussi dans le petit trou mais papa il sait pas trop ces choses là et puis j'avais honte alors j'ai rien dit.

Et Papa a vu dans l'eau de la baignoire quand il est rentré dans la salle de bains?

Non.

Pourquoi?

Déjà quand je suis toute nue papa il regarde jamais et ça j'aime avec lui parce que je sais qu'il me viole pas du regard, c'est pas comme l'autre cochonne qui me répugne.

Doucement. Non c'est vrai! C'est une cochonne qui me regarde et ça me répugne et j'ai envie de me suicider de me tuer parce que papa il devrait me donner le bain lui il regarde pas.

Respire, d'accord.

Je suis d'accord avec toi, papa il est gentil et respectueux, lui, il ne regarde pas quand tu es dans la salle de bain.

Jamais. C'est poru ça que je l'aime parce que lui c'est un homme mais il est propre. Elle c'est une femme et elle est sale. Et tu vois y'a des hommes sales comme lui et elle et y'a des hommes propres comme papa. Maman est une femme, une femme un homme des fois je sais plus elle est aussi répugnante qu'un homme des fois. Mais papa est un homme et il est pas répugnant non mais tu sais ce que je veux dire. Y'a des hommes qui sont sales et des hommes qui sont propres et y'a des femmes qui sont sales et des femmes qui sont propres.

Tout à fait tu as raison.

Et donc ce jour là papa a pas vu l'eau parce que il regarde pas et aussi c'était tout petit le sang c'était des fils rouges dans l'eau alors on voyait presque rien et j'ai caché mon entrejambe et je peux dire le mot? Hmm choisis plutôt 'ta poitrine' Oui et j'ai caché ma poitrine aussi car j'avais honte, j'ai fait la coquille pour qu'il voie rien. Mais j'étais inquiète y'avait des filets de sang dans l'eau. Après c'est parti au bout de plusieurs jours et j'étais contente parce que je commençais à me dire que si je pourrissais de l'intérieur il fallait que je le dise et j'étais très ennuyée parce que dire ça c'était devoir expliquer ce qu'il était arrivé et je savais pas décrire les choses, tu sais, qu'il m'a faites, c'était quoi?

Je te le dirai. Mais pas ici. Seule à seule.

D'accord. C'est très grave hein?

Tu as survécu, ton corps s'est réparé, c'est l'impact dans la tête qui a été grave.

Oui je vois la dissociation, il nous a dissociées ce s*laud. Je veux retrouver papa Je veux papa

Tu vas revoir papa bientôt et puis tu m'as moi, tu es avec moi. Je t'aime.

Je t'aime aussi, plus que papa car tu es moi. Alors reste avec moi et papa on le reverra, papa il est prévenu, il sait tout, il nous aime, tu sais? Papa il a plein de défauts mais toute sa vie il nous a aimé. Oui je sais moi aussi je l'aime.

C'est bien.

Papa c'est le seul grand qui est propre qui sourit pour de vrai, fait des cadeaux et dit des choses gentilles sur moi, les autres ils pensent qu'à je peux le dire? Dit 'manger', ils pensent qu'à se remplir la panse. A manger et leur alcool de .. Shhh hé. Leur alcool dégoutant. Et leur méchanceté, nous les petits on nous aime pas on nous regarde pas.

Et ta tante? Elle est gentille et je me demande avec papa et mamie ce qu'elle fait dans ce radeau de la méduse.

Tu connais ça d'où le radeau de la méduse? C'est papa qui m'a montré avec des mots savants ^^

Je vois

Bien, on a beaucoup écrit aujourd'hui.

Oui ça sort comme ça, c'est bine non?

Oui. De toute façon mieux vaut maintenant que demain, tu sais le plus tôt est le mieux.

La misère, oui, on va lui faire la misère. On va broyer Ratus haah ^^

On va envoyer calmement Ratus en prison; le dire à Papa avant (et il va nous soutenir!), il va nous aider j'en suis certaine, il nous aime, il n'aime pas ce type alors il sera là quand il faudra. Pauvre papa il doit être si malheureux. Je préfère ne pas imaginer, il faudra qu'on soit gentilles avec lui, calmes. Et brèves. Oui, il souffre très fort dans son coeur de Papa, je voulais lui éviter ça. Je sais. Moi aussi mais ne t'inquiète pas c'est un homme adulte désormais, il a 63 ans, c'est un très grand. Oui et même vieux je l'aime toujours, je serai là quand il sera très vieux, je l'abandonnerai jamais parce que même s'il a fait n'importe quoi il s'est toujours réveillé à un moment, il m'a jamais abandonnée. Oui.
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 29.05.2018 21:08
Tu l'aimes bien, Papa, hein?

Oui. Papa il est parfait.

Hmm Papa a des défauts.

Non pas Papa.

Papa fait plein de bonnes choses et plein d'essais mais il fait aussi des bêtises, il n'a pas voulu écouter quand on a essayé de parler.

Vrai.

Il n'a pas posé de question et attendu patiemment la réponse.

Vrai.

Mais elle c'est une perverse je suis sûre qu'elle est heureuse que l'autre porc m'ait violée.

Non. Maman ne voulait pas ça.

Tu dis ça mais tu la protèges. C'est pas toi qui a reçu la baffe dans la gueule quand tu as voulu lui dire dans son bureau ce qu'il t'avait fait!!!!!!!!!!!!!!! JE TE HAIS DE DIRE QUE C'EST PAS UNE SAL*PERIE.

Hé. Tu as raison, Maman est violente. Oui!!! TRES violente!

Quand elle m'a baffée, j'ai cru que j'allais m'évanouir dans son bureau. J'ai vu les néons tourner et la grosse armoire en fer et la table et j'ai cru que j'allais tomber et mourir. J'ai pas pu pleurer tant j'avais mal je te trouverais pas tous les mots y'a une idée dans mon coeur qui résonne de puis 20 ans: je venais de vivre la mort et pourquoi elle me l'a infligée de nouveau? Elle était ma Maman Elle aurait dû me protéger. Quand elle m'a baffée dans le bureau, j'ai voulu mourir à ses pieds. Je me suis dit qu'elle comprendrait en voyant ma culotte et elle pourrait me prendre morte dans ses bras au moins j'aurais un câlin d'elle. ça venait juste d'arriver, j'espèrais qu'elle me sauverait, elle était mon grand amour mon premier amour et elle a rien fait. J'ai dit Maman il faut que je te parle je tenais toutes les pièces de moi de toutes mes forces et elle a hurlé et baffé et toutes les pièces de moi ont volé en éclat, partout sur le sol partout mes visages, mes souvenirs, mon amour pour elle, elle m'a tuée, elle aussi
Sa main a heurté ma joue et j'ai volé en millions de fragments. J'ai tout perdu ce jour-là. J'ai perdu moi, j'ai perdu mon amour de Maman et j'ai perdu Papa le soir. Y'a que Claire qui est restée, dans sa petite chaise, j'ai regardé ses petits yeux et je lui ai confié mes secrets dans ma tête. J'ai espéré que quand elle serait grande, elle me sauverait. Elle l'a pas fait non plus. Alors j'ai dit à Fidji. Fidji elle était morte aussi. Je lui ai dit mon secret mais elle était partie, elle non plus elle m'a pas sauvée. Et y'avait plus personne. Alors je l'ai dit aux fleurs et les fleurs elles m'ont sauvée, elles sentaient bons et elles avaient des couleurs et les insectes ils étaient beaux aussi. Alors eux ils m'ont sauvée et tous les ans ils sont revenus me voir.

C'est bien que tu aies écrit tout cela aujourd'hui. C'est très bien. Vraiment? Oui. Bravo. Tu as eu un courage immense toutes ces années. Un courage immense. Tu sais, P. te l'a dit, tu es une des personnes les plus courageuses et les plus fortes qu'il connaisse, moi non plus je le croyais pas mais tu vois après tout ce que tu me dis là, je comprends que c'est vrai.

Tu vas tomber le masque désormais?

Oui. On n'a plus besoin de paraître normale, regarde, ces choses s'écrivent et se racontent.

Ben c'est un crime, c'set pas nous, c'est pas notre faute.

Tout à fait, tu as raison. C'est bien tu as bien travaillée.
Je t'aime.
Moi aussi.
Je veux revoir Papa.
ça vient, on va réécrire, d'accord?
Oui.
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 31.05.2018 14:17
Libérer la parole

Libérer la parole ça commence déjà par se souvenir.
Un peu pas beaucoup.
Et puis écrire et puis dire.
Ensuite ça passe par verbaliser, dire les mots de l'oral.
Ensuite ça passe par écrire et dire à l'Autre.
Ensuite ça passe par avoir besoin de dire avec des Autres qui ont vécu des choses comme nous.
Ensuite ça passe par continuer et c'est dur et c'est dur parce que personne ne nous croit certains jours. On a l'air d'aller bien. Est-ce qu'on devrait leur mettre sur leur bureau les 2000 pages de tout ce qu'on a écrit depuis 12 mois?

2000 pages de larmes, de doutes, de peurs, de terreur, d'horreur, de douleur, de solitude, d'imbécilité de mes proches qui n'écoutent pas, je suis dure mais je le pense, grand dieu si je dis pas ils me croient pas forcémetn ils savent pas, si je dis ils me croient pas car ça paraît énorme mais ils me croient quand alors?
Désespoir. Fatigue.

Besoin de voir des victimes car elles savent et elles aident, elles n'ont pas peur des masques de faux aller-bien, elles savent faire la différence à force. J'ai besoin de voir des victimes devant qui je peux tomber le masque. Je crois que je n'ai jamais pleuré devant une victime en parlant de moi victime. Non, pas en face à face, au téléphone, oui mais pas en face à face. J'ai besoin de parler en face à face avec des êtres humains qui partagent ma douleur parce qu'ils l'ont vécue aussi le viol ou l'inceste ou l'abus.

Je me sens toute seule et j'en ai marre. Marre de pas pouvoir parler de ça. Je me sens seule de ne pas être seule parce que je suis seule pour parler de l'abus en face à face, que ne jamais parler de l'abus en face à face à qui que ce soit, c'est comme cacher ma blessure. On demande à un cancéreux de juste montrer son sourire et pas parler de son cancer? Non. Alors à quelqu'un de violé, pourquoi on fait ça ? Je suis générale, je suis en colère. Je suis humiliée et seule et mécontente et fatiguée, c'est pas parce que je m'écroule pas sur le tapis en pleurs que je vais bien c'est parce que ça va pas aider de faire ça devant quelqu'un, y'a des moments pour s'écrouler et des moments pour tenir.
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 31.05.2018 14:37
Je n'ose pas demander de l'aide encore assez.

Devant un médecin. Devant un membre d'association de parole, je préfère prétendre que je vais bien. Enfin, plus vraiment, non, mais peut-être laisser à penser que je maîtrise tout.

Vrai que j'ai une vision assez claire de mon état, de ce que je voudrais une fois sortie de ça. Vrai que je demande de l'ade. Faux que je dis vraiment le DEGRE de mal-être dans lequel je suis.

En fait chez moi le problème il est là: je ne dis pas MON DEGRE de souffrance. Je dis que je souffre mais je ferais passer une foulure pour une égratignure. En fait littéralement je l'ai fait passer ma foulure pour une égratignure, un petit bobo.

Comment me plaindre sans submerger l'autre de ma détresse, de ma douleur?

La souffrance, c'est pas vendeur.

Si tu devais écrire honnêtement, Lena, tomber le masque d'hypercontrôle apparent, tu dirais quoi?

Je dirais ceci: ben voilà je m'en fais, je m'en fais parce que je souffre atrocement en moi après un viol et que j'ai pas les forces pour tout dire d'un coup donc la saloperie continue à me tuer de l'intérieur résultat je fais rien de mes journées à part essayer de vider tout ça et ça vient pas tout d'un coup donc j'y suis déjà depuis 14 mois. J'ai envie de tout dire et le problème c'est que avant ça sortait d'un coup avec une personne et c'était trop pour ses épaules dans le fond et la forme alors je me faisais rejeter. Avec le temps, j'ai appris à contenir contenir contenir. Mais aussi à mourir mourir mourir de l'intérieur.

Je ne sais plus quoi faire, je crois qu'il est urgent que je parle en face à face à des victimes. Je ne tiens plus, voilà, c'est ça. Je ne tiens plus seule avec mes mots à l'oral.

J'ai besoin de m'asseoir et dire à une réunion de victime, bonjour je m'appelle Lena, j'ai 30 ans et ma spécialité à moi c'est de prétendre depuis 15 ans que je n'ai pas été violée ni incestée ni abusée ni humilité ni insultée ni menacée de mort. Je contrôle tous mes muscles faciaux c'est effrayant je m'en rends compte en vous parlant (et parce que j'assume que je ne serai pas guérie de cette plaie de contrôle rien qu'en allant à un groupe de parole puisque j'y vais c'est que j'en aurai besoin pour faire sauter l'hypercontrôle justement).

Je voudrais parler dans une association de victimes. J'en ai besoin. Je pense qu'il est temps pour les groupes de parole pour moi.
P
Phelenix
Inscrit il y a 4 ans / Actif / Adhérent
Publié le 01.06.2018 01:03
Sourire toujours sourire, il faut toujours sourire. Sourire pour l'étranger, le sourire ça fait qu'on reçoit de l'aide. Pas de sourire pas d'aide. Peu importe ce que ton sourire recouvre, tu souris pas on t'aide pas. Et si tu souris, ben on t'aide pas non plus parce que 'ben tu sembles aller bien donc pourquoi t'aider à ce point?'

Juste par curiosité, j'ai tapé dans google le nom de quelques femmes françaises victimes d'inceste et/ou de viol notamment et entre autres deux femmes exposées médiatiquement comme Clémentine Autain fort courageuse qui a publiquement révélé les choses et puis Flavie Flament tout aussi courageuse à mon sens qui a révélé le viol qu'elle a subi enfant. Les 12 premières photos sont pour moitié composées de sourires. Je note avec un certain soulagement que sur les photos de Flavie Flament plus âgée, elle n'a plus ce sourire à mon sens d'apparat pour un visage plus serein peut-être. ça me fait du bien juste de pouvoir dire que peut-être après avoir moi-même fait exploser les choses en public dans mon cas, je n'aurai plus à cacher ma douleur sous des faux sourires automatisés à force de faire ça depuis plus de 20 ans.

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

7 280 membres enregistrés
123 047 messages
4 personnes en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !