Expression libre (public)
STOP CA SUFFIT besoin de soutien, aide, réconfort.
L
Lallie
Inscrit il y a 11 ans / Habitué / Membre
83
33
Bonjour, ça faisait longtemps que je n'étais pas venue ici, 5 ans...
Mais aujourd'hui j'en ai le plus grand besoin.
Cela fait des années que je suis en thérapie. Depuis 1 an tout a changé à cause de circonstances tragiques (maladie puis décès de mon psychiatre) J'ai été prise en charge par une des trop rares thérapeutes formés en psychotraumatologie, les méthodes de traitements des victimes sont radicalement en train de changer, différentes de tout ce que j'ai connu. Et ma thérapeute est une personne vraiment exceptionnelle en tout points, avec une personnalité hors du commun. Je n'avais jamais progressé aussi vite, aussi fort, aussi profondément. Pour la première fois je crois être engagée, et correctement accompagnée, sur le chemin de la libération.
Mais voilà... se libérer de 36 années sous emprise (je n'ai pas encore réussi la ''mission'' indispensable de couper les ponts avec mes géniteurs, j'essaie :blink: ) c'est un chemin difficile.
Ca fait plus d'un mois j'ai entamé un processus pour débloquer une très violente névralgie cervico-brachiale droite, irradiante sur le foie et le diaphragme qui durait depuis 4 mois, et s'était aggravée au point d'une quasi impossibilité d'utiliser mon bras. J'ai de très nombreux problèmes de santé, mais pour une fois, je savais et sentais que la source de ces troubles n'était PAS somatique, ça n'avait pas commencé n'importe quand, et je n'avais pas mal n'importe où. J'ai pris mon courage à pleine mains pour creuser, comprendre les messages que disaient ces douleurs, ça m'a pris bien 15 jours mais j'ai libéré lentement tous les blocages, découvrant à chaque palier des traumatismes de plus en plus profonds, de plus en plus graves...et anciens Et un soir,d'un seul coup mon bras s'est débloqué. J'ai retrouvé tous mes mouvements et le reste s'est envolé avec un peu plus de temps.
Mais en faisant ce travail...j'ai creusé vraiment très profond, et j'ai libéré le mouvement de moi-même qui a résisté à toutes ces horreurs, qui m'a permis survivre. Et ce mouvement, qui a la force d'un trsunami, d'un volcan, je ne peux plus l'arrêter. Je VEUX SORTIR, c'est fini de subir, j'en ai assez, je veux VIVRE.

J'éprouve un besoin contraire à tout ce que j'ai eu quand je souffre trop: besoin de parler, partager je voudrais crier au monde entier...et que l'on m'entende. J'ai tant crié et personne n'est venu à mon secours
J'ai utilisé un vieux outil de libération oublié: l'écriture, parce que c'est tellement délicat ce que je rencontre que c'est difficile de mettre des mots sur mes souffrances. J'ai réussi à faire un bout du chemin samedi, après des évitement car je ne VEUX PAS aller là... mais il le faut... je ne peux plus reculer.

J'aimerais partager ce bout de ma souffrance. Les émotions remuées, ces terribles choses que j'ose enfin affronter, ça me rend malaaaaaaade: vertiges, envies violentes de vomir, troubles de la vision, gastrite, coliques intestinales. ET le plus difficile à supporter: des fortes crampes spasmodiques bassin et perinée... Vous comprendrez quand vous aurez lu...
Les expression ''ça prends au tripes'' et ''c'est viscéral'' s'appliquent tout à fait

Attention ça déménage.... purée que j'ai maaaaaaaaaaaallll



J’ai tant, tant et tant de choses à essayer de déposer, lâcher, et- pour la première fois de ma vie, l’écriture ne suffit pas, j’ai besoin de parler, parler parler, je me suis tue sur bien trop de choses pendant 36 ans. Je suis en train de me noyer de souffrance de suffoquer, ça atteint des niveaux ou j’ai des tentations très puissantes de me faire du mal, comme si en faisant cela je pouvais crever un abcès, ou crier à pleins poumons ma douleur insupportable. C’est insensé puisque, même si c’est plus que des bien mauvais souvenirs, c’est justement eux qui génèrent autant de réactions de violence. J’ai aussi constamment envie de vomir, et serais tentée- moi qui n’ai jamais eu ces problèmes, de me gaver de nourriture pour aller jusqu’à en vomir, pour libérer, sortir cet écoeurement massif, expulser le mal hors de moi. Ca aussi c’est insensé, parce que je reproduirais des violences subies en faisant ça. Pourquoi diable pourquoi pourquoi pourquoi. A quoi ça me servirait ? Qu’est-ce que ça donnerait comme message ?
Le vomissement y’a pas photo, mon vécu, mes émotions ravalées ont de quoi faire largement vomir tripes et boyaux jusqu’à n’en plus finir… De là à avoir carrément envie de les provoquer ça… c’est pas compréhensible et même j’arrive parfois à me dire c’est inadmissible… mais puis-je contrôler encore longtemps je ne sais pas… j’ai tant besoin de libérer ce qui m’étouffe !!!!
Les envies de scarifications…. Y’a tant de colère et de violence en moi, je suis complètement terrorisée de m’en savoir capable. Je n’en suis de loin pas à ma première crise de débordement d’émotions mais celle-là elle est très particulière, je le sens profondément. Après tant d’années en thérapie, j’ai enfin réussi à libérer quelque chose de très très profond en moi et c’est comme avoir foré sur une faille sismique: ça provoque geysers et éruptions à tout va, tout ce qui a été contenu, enfermé, muré dans des années et des années de silence pousse très fort ou jaillit violement , je peux plus l’arrêter, ça veut sortit, ça doit sortir, il faut que tout cette souffrance s’arrête, il faut que je cesse de me faire du mal, il faut que je brise toutes ces années de silence, que je puisse enfin exprimer les choses. Si j’y suis arrivée au début du patient travail de déblocage, maintenant la force du mouvement qui veut se libérer est débordante, je n’arrive quasi pas à gérer, c’est trop puissant. J’ai l’intégralité…enfin ….(ou peut-être pas encore) de toutes les choses ignobles que j’ai subies, encaissées, enfermées- et pour cause, à multiples tours pendant des années…pour survivre… maintenant que j’ai libéré des profonds blocages, c’est le volcan qui rugit.
Avant, j’avais des fragments de souvenirs, un par ci un par là, ça me faisait tout autant souffrir, je me noyais dans les flashbacks, j’ai déjà eu posté des morceaux de souffrance dans des forums sur le web….Mais c’était plus facile à gérer. Aujourd’hui….j’ai le puzzle qui se réunit…je sais bien que c’est ce que je recherchais, ce que je travaille avec acharnement mais c’est juste….. INNOMMABLE. Si je le pouvais j’écrirais durant des heures, déposer une par une toutes ces choses qui me submergent, toutes toute toutes. Ca me rend effroyablement malade. Mais je ne crois pas possible que je puisse tout mettre en une fois. Il faudrait un roman, et ça serait trop sordide.
Le tout dernier évènement en date venu secouer ce qui déjà remuait très fort c’était un des rarissimes appels de mon frère (on a presque 10 ans d’écart), je ne l’ai pas revu depuis des mois, Là en l’occurrence c’est parce que je recherchais ma nièce….qui va fêter ses 18 ans… et cet évènement me ramène à des choses intolérables.
Quand ma nièce est née ça a provoqué un débordement d’émotions et de souffrances tous plus effroyables les uns que les autres. J’avais 18 ans… J’ai terriblement terriblement honte de l’avouer mais les premiers sentiments très forts que j’ai éprouvés pour elle sont de la peur/panique… et de la jalousie. A cette époque je ne comprenais pas ma terreur. Ce tout petit être, je pouvais plus ou moins la regarder, mais je flippais comme une dératée quand on voulait me la mettre dans les bras. Je n’osais pas refuse mais c’était trop dur trop fort,…et la petite se mettait presque tout de suite à pleurer, je sais aujourd’hui qu’elle ressentait intensément mes émotions et que ma peur se transmettait. Pauvre puce, je ne t’ai pas donné l’immense tendresse que j’aurais dû avoir pour toi, je suis tellement désolée. Et puis cela ravivait avec une force inouïe mes propres difficultés d’assumer mon identité féminine…je suis soft quand je dis ça, je haissais violemment mon corps. Et la naissance de ma nièce, coïncidence ou réveil de traumas profonds, mon corps s’est mis à dérailler à tout va. La rage devenait carrément haine, une haine orientée sur mon corps, mais pas du tout sur tout le corps, seulement ce qui me donnerait une identité complète, sexualisée. Je ne crois pas avoir jamais pu l’accepter, en tout cas dès que j’ai émergé et me suis trouvée dans le corps d’une ado, j’ai jamais, jamais supporté mon identité, j’ai systématiquement eu des accès de violences autodestructrices quand la nature se manifestait- et j’avais la malchance d’avoir des troubles très violents qui ont trouvé explication médicale des années plus tard, je me scarifiais. Jamais je n’ai eu la possibilité ni même la présence d’esprit d’essayer un peu de réfléchir au pourquoi, pas tant que j’étais plongée dedans…
Je n’arrive pas du tout à départager ce qui m’appartient à moi, comme haine viscérale de ce corps feminin, de ce qui m’a été inculqué dans la multitude de maltraitances, faites, dites et non dites, et la plus grande multitude encore d’attitudes contradictoires seulement par le fait que j’ai eu le malheur de naître fille…
J’avais oublié, grâce surtout à un traitement de progestatifs supprimant entièrement les manifestations physiologiques, cette partie-là de moi, enfouie très soigneusement et enfermée le plus loin possible. Mais….voilà que des événements viennent me bousculer violemment, et certainement aussi l’avancée de mon parcours de libération, ma nièce fête ses 18 ans…et me voilà replongée violemment dans tout ce que son arrivée au monde m’a fait vivre, et aujourd’hui me revoilà confrontée à ….je ne sais pas comment appeler ça les mots s’échappent au profit d’une réaction de répulsion violente. C’est difficile de mettre des mots et pourtant je sens que ça serait important que j’y arrive, que je puisse trouver des pistes, des mots même violentissimes ne me blesseraient pas
Les bébés provoquent tous chez moi une peur viscérale, une appréhension jusque dans le tréfonds de moi-même et une douleur tellement profondément intense qu’il m’est encore aujourd’hui difficile de voir un bébé entre les mains d’un adulte. Et comme cela arrive tous les jours… Je fais désormais souvent l’effort de ne plus détourner le regard, au contraire, quand la poussette passe tout près je jette un œil, je me penche parfois carrément sur le petit, et…je ressens… un immense élan de tendresse….et une immense immense douleur. Si le bébé est dans les bras d’une personne, là aussi j’essaie de regarder même si ça me fait mal, horriblement mal…. De voir des adultes avec des gestes, des mots, des attitudes pleines de douceur et de diligence pour ces petits êtres, je regarde tout ça et souvent je suis au bord des larmes partagée entre élan de tendresse et….réveil d’une souffrance insondable, qui n’a pas de mot. Et invariablement je me demande, partagée entre les larmes, l’incompréhension et la colère : mais comment peut- on faire du mal à un si adorable petit être, à un enfant ????
Parce que ma souffrance à moi, c’est que je n’ai pas été accueillie avec un bonheur fantastique qui, paraît-il rend presque ivre de joie les parents, non moi c’était différent. Mitigé est un faible mot, je dirais complètement partagé entre une haine viscérale et…je ne sais trop quoi, mais en aucun cas de l’amour dans le cerveau complètement dérangé du monstre qui m’a mise au monde….et d’ailleurs même avant ma naissance c’était comme ça. Ce n’est pas des spéculations que le fœtus ressent les ressentis de la personne qui le porte. J’ai ressenti bien avant mon arrivée que je n’étais, d’une part nullement attendue car je suis arrivée presque 10 ans après mon frère, mais je n’étais absolument pas la bienvenue. Mais, hélas…chez des catholiques pratiquants, et il y a 36 ans, l’avortement était- et reste un péché… donc ils ne me désiraient pas du tout mais ils n’avaient ‘’pas le choix’’
Et le must: à ma naissance LA pire surprise: j’étais une fille. Aie. Ma génitrice supportait déjà mal un garçon… une fille c’était le sommet de l’horreur. Un psy dirait sûrement que ça devait la renvoyer à ses propres troubles d’assumer sa féminité….et à ses propre vie difficile….La bonne affaire, qu’est-ce que j’étais responsable de tout ça moi ???
Mais elle, elle m’a rendue responsable de tout.
Dès mon arrivée, j’ai cumulé les expériences d’une génitrice qui simultanément ou successivement (elle pouvait virer d’humeur en un quart de seconde) détestait son enfant au point de lui faire subir des atrocités et tortures physiques et psychologiques, désirant le tuer et en faisant des tentatives….mais n’allant jamais jusqu’au bout de ses actes parce la réalité implacable, sordide, tout récemment découverte, c’est que un enfant mort, on ne pouvait plus ‘’jouer’’ avec… Et puis elle avait ses moments de… je ne dirais pas amour, je ne sais pas comment je peux appeler cela. Je la vois comme ces petites filles qui reçoivent une poupée pour leur anniversaire. Elles peuvent la choyer, la câliner, la bercer, l’habiller comme une princesse pour qu’elle soit la plus belle, la montrer à tout le monde avec fierté… et à d’autres moments elles la taperont de toutes leurs forces, elles lui hurleront dessus toute leur rage et un tas d’ignobles mots, elles la traineront par les cheveux, elles la jetteront dans une malle pour ne plus la voir et l’oublieront… bref…tout le monde a du voir ceux des petites filles jouer avec leur poupée. Et pour moi eh bien….c’était comme ça.
Je me suis complètement égarée là…. Je parlais de ma nièce… voilé une part infime des souffrances profondes que sa naissance a réveillées. ET j’ai été aveugle, je le regrette tellement et profondément, la jalousie m’a embarquée, je voyais ( je ne sais comment j’ai pu croire naïvement) que ma génitrice éprouvait de l’amour véritable pour cette petite, elle ne cessait de l’appeler ‘’ma petite fille chérie’’, même à mon âge aujourd’hui c’est exactement par ces termes qu’elle m’appelle, imaginez la confusion… et je me disais que ce bébé prenait la place que j’aurais tant voulu avoir…elle recevait ce que je n’ai jamais reçu, je trouvais ça ignoble, injuste, j’avais envie de hurler é ma génitrice pourquoi MOI qui suis VRAIMENT sa fille elle ne m’aimait pas…
Aujourd’hui je retrouve ces souvenirs et je constate que ma nièce était traitée exactement comme moi…sauf qu’elle n’était pas suffisamment longtemps- et heureusement- en contact avec ma génitrice pour passer de la poupée adorée que l’on berce et on montre fièrement a tout le monde à celle dont on ne veut plus qu’il faut ranger dans un placard sur laquelle on passe ses rages les plus noires…
82 messages
C
chevalierblanc
Inscrit il y a 8 ans / Actif / Membre
Publié le 27.04.2014 00:13
Kdo
C
chevalierblanc
Inscrit il y a 8 ans / Actif / Membre
Publié le 27.04.2014 00:13
N
Naturella
Inscrit il y a 8 ans / Habitué / Membre
Publié le 27.04.2014 17:39
S'autostimuler : je n' y avais pas songé
se mettre une baffe et pas plus par exemple

Reproduire la destruction que l'on a connue : ça se démonte jour après jour
il faut imager dans sa tête un nouveau circuit : je ne suis pas une poubelle hein

J 'ai vu des reportages sur les traumas, les enfants prostrés, j'ai moi même été bénévole de passage dans un orphelinat .. c'était atroce , en Inde.

Je me suis mise dans ces états de recroquevillement quand j'étais en régression, au plus mal, dans des crises de douleur.
Je me sentais à nouveau comme une proie, une victime ..

Si tu n'as plus les flashbacks, c'est super

Dans ces moments de régression, je pouvais réclamer un pervers mais je me protégeais en même temps
je savais mettre la limite
Je savais que j'étais dans un délire inconscient
je savais ce que je voulais

Je me répète mais quand on a un but, une motivation, un truc qui nous raccroche au réel, ces phases de droguées en manque, on les passe en sachant que c'est un faux soi,

Vu ta lucidité, je pense que tu vas trouver ta combine, et ton but du moment, puis du long terme.

A 22 ans, je me voyais clocharde, foutue, même esclave
mais le cerveau qui a lutté chaque jour m'a donné une expérience, et ma famille.

Tu vas y arriver
tu n'es pas foutue
C
chevalierblanc
Inscrit il y a 8 ans / Actif / Membre
Publié le 27.04.2014 18:01
Tu as tellement de recul naturella....tu me rappelles ma combinours. .......

moi jai un but......l'amour de ma vie que je sais sous emprise et ses petits...

cb
L
Lallie
Inscrit il y a 11 ans / Habitué / Membre
Publié le 27.04.2014 19:03
@chevalierblanc MERCI c'est déjà une belle chose que de les lire... belle chanson je ne connaissais pas
Et j'aime beaucoup ton pseudo, ça me fait penser à Gandalf le Blanc :laugh:

J'aimerais ENTENDRE ces mots, ça donne une dimension tellement...différente
C'est comme lire ''je te fais un gros câlin'', et en recevoir un pour de vrai...Y'a tout un monde...
que j'ai du découvrir et apprendre d'ailleurs (bon sang j'aurais jamais pensé que j'écrirais un jour que je veux un vrai câlin... moi ''l'enfant sauvage'' qui ne tolérait pas d'être touchée...)

Je fais le même chemin pour l'audition mais c'est plus compliqué, j'ai un handicap très lourd (même s'il n'est pas reconnu SCANDALEUX !!!!): je suis l'inverse complète d'une personne sourde (quelle ironie quand même... mon géniteur est presque entièrement sourd :dry: ): je suis hyperacousique très sévère.
J'ai la capacité auditive qui se rapproche des chauve souris...(j'entends certains ultrasons :evil et une tolérance au sons extrêmement faible, entre 25DB et 70DB... Pour référence le seuil de la parole est à 60 DB...
Je vais pas faire une conférence sur ça, juste faire savoir que je suis par exemple dans l'incapacité absolue d'entendre une conversation au delà de 3 personnes (à moins que chacune parle à son tour) ou ce qu'on me dit dans un environnement bruyant (genre au supermarché... ça donne une petite idée...
Désormais je suis extrêmement sensible aux choses que l'on me dit (mes oreilles ont été tellement malmenées, physiquement et niveau auditif :unsure: ) quand les conditions sonores sont adéquates (pas d'autres bruits...) je ne fais pas qu'écouter, je les ENTENDS
J'ai entendu ET enregistré le message récent de ma psy qui m'a dit ''vous n'êtes pas fautive d'être née avec telle et telle caractéristique. On vient au monde avec une couleur de cheveux, un couleur de peau, un sexe défini. On est comme ça, c'est la nature, on n'y peut rien. Ce sont les personnes qui vous ont accueillies qui n'ont pas su vous prendre comme vous étiez''

Ca paraîtra peut être dingue (ou pas si on a la même expérience) mais toute seule, je n'arrive pas souvent à me convaincre de choses aussi ''ça va de soi''. Pour moi non, ça ne va pas de soi...même pas du tout du tout...
J'en ai un tas, de ''mauvaises croyances'' à balayer

Au fait... passionnée...je ne sais pas. Acharnée ça.... une vraie tête de mule :whistle: :whistle: :whistle:

@Naturella je suis d'accord avec chevalierblanc c'est beau de te lire et je me sens sur la bonne voie, ça me motive merci merci merci. Et tu me rends mon sens de l'humour salvateur en plus

Hé bien oui c'est sordide mais la vérité: s'automutiler par besoin de s'auto-stimuler...
Quand on a rien d'autre ou qu'on ne sait pas ce que représente exister sans douleur c'est le seul moyen de survivre.
C'est ça...ou se laisser mourir.
Même les bébés en sont capables.
Moi j'ai choisi la survie...

NON NON il ne faut même PAS se mette une baffe (je sais, c'est de l'humour sarcastique, ) mais c'est pas de la rigolade....
J'ai...fait une entorse à mon objectif ''ne pas me faire de mal'' hier... :S ça faisait 15 jours... c'est pas malin je suis malade

Pour la poubelle, aaaaah non c'est pas moi qui suis dans la poubelle :silly:
Elle fait partie des stratégies (tant qu'elles sont imaginaires et/ou ne blessent personne) que j'essaie de faire chaque fois que je parviens à mettre ma colère sur la bonne chose, le bon mot, le bon geste...ou la bonne personne. Toutes les astuces de nettoyage sont bonnes: mettre aux ordures, au compost, balayer, récurer, utiliser du savon, de l'insecticide, du détergent, de l'acide, brûler... :evil:
Y'a pas longtemps mon ''mouvement sage'' intérieur (pas si sage que ça) me disait ''on fait les nettoyages de printemps,
Bémol...ça use... :dry:

Je n'ai plus de flashbacks noooooon :blink: hmy: hmy: ...enfin pas eu depuis mars.
Et je ne comprends pas comment c'est POSSIBLE...
Je l'ai écrit dans mon texte je crois... c'est nettement plus dur à encaisser (mais apparemment nettement mieux): au lieu d'avoir mon passé fragmenté ou sous forme de flashbacks (il reste et restera certainement plein de trous dus à l'amnésie post-traumatique...) j'ai les pièces de puzzle qui se rassemblent, et par la même occasion, mon esprit se rassemble, mon corps qui s'unifie (aie aie aie ça ça cause des dééééérapaaages... )

Il semble qu'on n'est capable de voir les traumatismes de son vécu que lorsqu'on est prêts à le faire. Tant que c'est trop difficile, un mécanisme de défense puissant les maintient dans l'ombre de la conscience.

vous ne savez pas par hasard OU il y'a des réserves de courage parce que quand même...c'est duuuuuuuuuuuuur

en tout cas merci merci merci de m'aider
C
chevalierblanc
Inscrit il y a 8 ans / Actif / Membre
Publié le 27.04.2014 19:59
Pour la reserve de courage si tu la trouve fais moi un plan stp jsuis au bord du gouffre....

bisous
M
Mamsou
Inscrit il y a 11 ans / Actif / Membre
Publié le 27.04.2014 20:52
Comme d'habitude, j'arrive en retard pour parler de la colère. J'ai trouvé un livre : "petit éloge de la colère". Voici ce qu'il est écrit entre autre :
Cette colère dont je fais l'éloge ne peut être vécue et assumée pleinement par tous. La colère est essentiellement violente, antisociale et souvent pénible à supporter physiquement et psychologiquement. C'est peut être la raison pour laquelle je lui voue un culte inaltérablement et infini.
La colère est le propre de l'homme qui reste debout. Elle empêche d'être laminé. Il faut l'apprivoiser, puis la comprendre telle un enfant sauvage.
N
Naturella
Inscrit il y a 8 ans / Habitué / Membre
Publié le 27.04.2014 20:58
Chevalier Blanc, c'est donc ta femme pu chérie qui est sous emprise avec des enfants ?

Ma belle-mère s'est fait aggripée par un petit gourou parasite qui vit à ses crochets et qui lui a bouffé la tête en la séparant de ses enfants ...

On ne peut rien faire, elle est totalement esclave et foutue.

Mon mari a eu da dose .. mais nous tenons les coup.

Je ne sais pas quoi vous dire : il y a des moments de découragements et puis on remonte car on veut se battre .. c'est ainsi.

Bon courage à tous ceux et celles qui souffrent, doivent supporter.

Le deuil est plus salutaire : à un moment, se sacrifier ne sert à rien : si on a un doute, la bataille vaut le coup
mais parfois, on perd des êtres et on doit l'accepter

J 'ai accepté de n'avoir aucune famille car evidemment, je suis la seule à avoir pris conscience et être en dehors de la sphère au sens large ...

Quand Lallie acceptera qu'il n 'y a rien à espérer ...
elle sera libérée

TENEZ BON
soyez égoistes un minimum
et entourez vous des bonnes personnes
C
chevalierblanc
Inscrit il y a 8 ans / Actif / Membre
Publié le 27.04.2014 22:54
naturella ...c'est ma chérie...combinours....cf son post sur "viol conjugal et inceste...au bord du gouffre"....ou sinon les miens !
C
chevalierblanc
Inscrit il y a 8 ans / Actif / Membre
Publié le 27.04.2014 22:56
Citation de Mamsou
Comme d'habitude, j'arrive en retard pour parler de la colère. J'ai trouvé un livre : "petit éloge de la colère". Voici ce qu'il est écrit entre autre :
Cette colère dont je fais l'éloge ne peut être vécue et assumée pleinement par tous. La colère est essentiellement violente, antisociale et souvent pénible à supporter physiquement et psychologiquement. C'est peut être la raison pour laquelle je lui voue un culte inaltérablement et infini.
La colère est le propre de l'homme qui reste debout. Elle empêche d'être laminé. Il faut l'apprivoiser, puis la comprendre telle un enfant sauvage.


Mamsou, puis-je te citer sur mon post "la poubelle" ? parce que ma tendre qui est partie, m'a souvent reproché ma haine et ma colère envers ses agresseurs.........

Le forum Face à l'inceste,
c'est :

7 341 membres enregistrés
123 050 messages
2 personnes en ligne
Entraidons nous dans la lutte contre l’inceste !